Terra 27 janvier 2017 à 08h00 | Par Chantal Pape

Une nouvelle formation pour promouvoir la viande bovine

Les métiers de la viande évoluent. En partenariat avec Interbev Bretagne, l'Université de Bretagne occidentale (UBO), à Brest, proposera à la rentrée prochaine une licence pro résolument innovante, mixant formation technique et diplôme d'État en management.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
À l'initiative d'Interbev Bretagne, l'UBO et l'Isffel s'apprêtent à lancer une licence pro commerce boucher manager.
À l'initiative d'Interbev Bretagne, l'UBO et l'Isffel s'apprêtent à lancer une licence pro commerce boucher manager. - © Terra

Pour être un bon boucher, savoir découper la viande ne suffit plus. "Il faut aussi que les bouchers deviennent des ambassadeurs de nos produits", affirme Thierry Duval, éleveur de Limousines dans le Morbihan. C'est la raison pour laquelle Interbev Bretagne, qui réunit l'ensemble des maillons de la filière bovine, s'est rapproché de l'UBO, l'université de Bretagne occidentale, qui a aussitôt répondu présent. "Il nous faut sans cesse adapter nos formations, prendre en compte l'évolution des métiers", indique Yvan Leray, le directeur de l'IUT de Brest. Et c'est à l'Isffel*, avec qui l'UBO a une longue habitude de travail, qu'a été confiée la mise en route de la licence pro commerce boucher manager.

Double compétence

"Nous allons recruter à bac +2, pour une formation de 18 mois, détaille Yvan Leray. Les candidats vont acquérir une double compétence, technique avec le CQP, le certificat de qualification professionnelle technicien boucher, et commerciale, avec des enseignements en management, marketing, gestion comptable et financière, logistique...". Et, d'artisan boucher à manager de rayon en passant par chef de produit ou responsable des achats, les débouchés seront nombreux pour de futurs cadres intermédiaires, amenés à travailler en boucherie, grande surface, abattoir, agroalimentaire...

Le programme bouclé, l'Isffel commence déjà le recrutement. "À la rentrée 2017, nous devrions avoir deux promotions d'une quinzaine de jeunes, l'une à Saint Pol de Léon et l'autre à Montreuil, en région parisienne", détaille Patrice Priser, le directeur de l'Isffel. En contrat d'apprentissage, les jeunes seront rémunérés durant leur formation. "Et nous nous chargeons de trouver l'entreprise qui va les accueillir".

 

* Créé en 1993 par Prince de Bretagne, l'Isffel a d'abord formé des managers de rayons fruits et légumes dans la grande distribution, avant d'étendre son activité aux produits de la mer, au produits frais, aux rayons non alimentaires, à la distribution spécialisée... Si l'établissement accueille 263 étudiants par an à St Pol de Léon, il a également ouvert des antennes à St Brieuc, Rennes, Nantes, Poissy, Montreuil et Avignon.

 

Thierry Duval, éleveur de Limousines dans le Morbihan et président d'Interbev Bretagne.
Thierry Duval, éleveur de Limousines dans le Morbihan et président d'Interbev Bretagne. - © Terra

Des ambassadeurs pour parler de notre produit

 

Comment est née l'idée de cette licence pro ?

Thierry Duval. Les éleveurs de viande bovine ont choisi leur métier par passion, par vocation. Ils ont un attachement à leur produit et veulent la reconnaissance du consommateur. Mais notre environnement a changé et nous ne pouvons plus rester de simples producteurs de viande.

C'est la raison pour laquelle vous vous êtes rapprochés des artisans bouchers ?

T.D. Nous voulions trouver des ambassadeurs pour parler de notre produit et contrer la défiance de certains consommateurs. Et nous avons entamé une réflexion avec les artisans bouchers. Techniquement, ils savent travailler notre viande. Mais la demande du consommateur évolue : il attend désormais que la viande soit présentée et consommée différemment. Il fallait donc une solution pour compléter cette formation technique, par ailleurs excellente.

Et qu'avez-vous imaginé ?

T.D. Il faut que la viande issue de nos élevages continue à raconter une histoire, le consommateur en a envie ! C'est un produit convivial et, quand il arrive dans l'assiette du consommateur, il doit lui procurer du plaisir. La formation doit donc intégrer une part technique mais aussi une part émotionnelle et il faut qu'on arrive à faire passer nos ressentis ! Cette formation est novatrice. On est à un virage et nous avons l'obligation de réussir.

Propos recueillis par Chantal Pape


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui