Terra 13 septembre 2018 à 08h00 | Par Jacques Jaouen, président de la chambre régionale d’agriculture de Bretagne

Utilisons notre capacité d'agir et d'orienter

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jacques Jaouen, président de la chambre régionale d’agriculture de Bretagne.
Jacques Jaouen, président de la chambre régionale d’agriculture de Bretagne. - © Terra

La Bretagne agricole clôt ce jour une semaine complète de rendez-vous agricoles et agroalimentaires d’une intensité remarquable. Bien des territoires nous envient cette compétence, ce professionnalisme, et surtout cette volonté d’agir.

En juin dernier, les chambres d’agriculture de Bretagne organisaient avec l’Association d’entreprises agro-alimentaire de Bretagne (l’Abea) et le conseil régional, les premières rencontres économiques de l’agriculture et de l’agro-alimentaire à Pontivy. Un premier rendez-vous qui avait mis en lumière le destin soudé de nos exploitations agricoles, de nos entreprises agro-alimentaires, sur notre territoire régional.

Nous nous étions donné rendez-vous au Space pour réaffirmer notre attachement à faire vivre ces liens, au service du leadership breton du bien produire et du bien manger en Europe.

Jeudi matin, avec l’Abea et le conseil régional de Bretagne, nous avons mis en avant des exemples concrets d’initiatives qui montrent les dynamiques en cours, des entreprises, des réseaux en mouvement, au service de cette ambition atteignable.

Atteignable, elle l'est parce que la Bretagne, critiquée sur son fameux "modèle", démontre tous les jours qu’au lieu d’un modèle, elle réunit en fait une multiplicité des trajectoires et de stratégies de transition et de valorisation de nos savoir-faire. Citons-les :

La démarche "lait de pâturage" qui ambitionne de valoriser, non pas pour un nombre restreint de producteurs, mais pour un grand nombre d’éleveurs bretons, des pratiques déjà très présentes dans nos élevages bretons, et surtout un cahier des charges détenu par les producteurs.

La stratégie des coopératives d’Aucy et Triskalia qui regroupent leurs talents dans le secteur des légumes, pour innover, peser sur la mise en marché et répondre aux attentes diverses des consommateurs.

Les témoignages de deux fleurons de la charcuterie à forte identité bretonne sur le segment du bio, ou dans la fabrication d’andouilles, démontrant des voies inspirantes de valorisation, de captation de clients, et invitant de fait le maillon production de la filière à regrouper son offre et peser sur la rémunération de la segmentation dans toutes ces composantes

Le témoignage d’un éleveur Doux prêt à relever le défi de la transition nécessaire pour la réponse à de nouveaux marchés, dès lors que les producteurs seront accompagnés dans l’adaptation technique de leurs bâtiments

Ne nous racontons pas d’histoire, l’argent public sera rare pour accompagner toutes ces dynamiques. Mais dès lors que la volonté de rester une grande région de production agricole est partagée, c’est l'’addition des leviers mobilisables qui permettra de transformer l’essai. Le cadre "omnibus" européen qui permet de s’organiser en OP et AOP, le plan d’investissement que le monde agricole et agroalimentaire doit saisir, le PCAEA … et surtout notre volonté d’agir avec la collectivité régionale dans son ensemble, sans attendre. Toutes ces initiatives ne prendront de l'ampleur que grace à une juste retour de valeur ajoutée à chaque maillon de la filière... et avant tout au producteur.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui