Terra 01 septembre 2017 à 10h00 | Par Claire Le Clève

Visites à la ferme, des rendez-vous tout l’été

A Ploërdut, le miel de la Fontaine d’Airmeth a fait le nectar des visiteurs. Ils étaient invités à découvrir cet été, avec le réseau Bienvenue à la ferme, neuf fermes du du Morbihan. L’une des nombreuses initiatives de communication sur le métier mises en place cet été.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Dans la miellerie réalisée par Claire Prieur et Thomas Le Glatin, tout le processus d’extraction a pu être expliqué.
Dans la miellerie réalisée par Claire Prieur et Thomas Le Glatin, tout le processus d’extraction a pu être expliqué. - © Claire le Clève

 

"Chambres d’hôtes, bien être, produits locaux dont miel de la ferme", la concrétisation de la promesse est à puiser sans modération à la fontaine d’Airmeth. Le petit hameau de Kério, avec ses trois longères, à Ploërdut, a été racheté progressivement à des anglais repartis outre-Manche. Il est devenu lieu de vie et de travail pour Claire Prieur et Thomas Le Glatin. Et ils ont tout lâché pour tenter cette aventure de vie, qu’ils articulent entre agriculture et accueil, enrichie désormais par l’arrivée de leurs deux petits.

 

La belle histoire

Gîtes et chambres d’hôtes fonctionnent depuis 2015. Claire y a ajouté son jardin aromatique et son jardin dit des simples, avec plantes médicinales, le potager et l’accueil. Puis Thomas s’est installé en 2016, agriculteur-apiculteur avec ses 180 ruches, 2017 offrant "une bonne année de production". "Tout s’est bien enchaîné, nous avons beaucoup de chance", résument ce jeunes trentenaires. L’histoire aurait pu être tout autre pour Thomas, urbaniste en collectivité, lassé, rompt avec son emploi. "Ça ne me correspondait pas. J’aspirais à autre chose. C’est un coup de fil de ma petite sœur qui a changé ma vie. Elle me disait qu’un apiculteur de l’île de cherchait de l’aide". Une révélation, Thomas Le Glatin découvre là bas un métier qui le passionne et décide de se reconvertir en alliant l’accueil, se formant aux métiers du tourisme au CFPPA de Pontivy. "On avait le même projet, on s’est rencontré sur la formation", raconte Claire Prieur. Coup de foudre.

 

Un été à la ferme

En partant, les anglais ont tout laissé sur place, "ça nous a permis de démarrer vite", coup de chance. Désormais, le couple étoffe son offre, la structure. "Avec la Région sur leur offre de "voyage responsable en famille", très liée à la nature et aux produits locaux. Les gens trouvent des offres qui correspondent directement à leurs attentes. Et aussi des séjours que l’on monte avec le réseau Bienvenue à la ferme " Vivez fermier, mangez fermier" où l’on propose de se mettre dans la peau d’un apiculteur durant le séjour !". Alors c’est avec le même naturel que Claire et Thomas ont accepté de se joindre aux visites à la ferme estivales organisées par le réseau Bienvenue à la ferme dans le cadre de l’opération "un été à la ferme", pour découvrir l’activité très diversifiée d’une dizaine d’exploitations, toutes férues d’accueil (voir encadré).

 

En pleine production

"La période est un peu difficile, nous sommes en pleine production de miel et d’accueil, alors nous n’avons proposé qu’une date", relève Claire Prieur se remémorant leur précédente portes ouvertes où près de 100 visiteurs s’étaient déplacés. C’est un comité plus restreint qui, mercredi dernier, a répondu à l’invitation. Visite à la faveur de laquelle la quinzaine de participants, a pu découvrir l’univers des abeilles et la complexité du métier d’apiculteur, tout en se régalant du cadre et autres délices réalisés à partir des produits de la ferme, proposés à la vente.

 

Claire Le Clève

 

Pour plus de renseignements, Fontaine d’Airmeth, Kerio, 56 160 Ploerdut, 09 54 42 22 22, www.fontaine-airmeth.com, contact@fontaine-airmeth.com

 

 

 

 

Photo 2 Chaque hausse peut accueillir jusqu’à 20 kg de miel. "J’ai fait cet année 100 kilos sur une ruche" a détaillé Thomas Le Glatin sur sa récolte qui peut en compter jusqu’à trois par an.

 

 

 

 

 

Les quatre mardis à la ferme organisés par Sem’agri ont connu de véritables succès d’affluence, comme la dernière, à Pluherlin chez la famille Fréoux où une soixantaine de touristes mais aussi de voisins, intéressés ont trouvé par ce biais l’occasion de découvrir le métier d’éleveur en vaches allaitantes.
Les quatre mardis à la ferme organisés par Sem’agri ont connu de véritables succès d’affluence, comme la dernière, à Pluherlin chez la famille Fréoux où une soixantaine de touristes mais aussi de voisins, intéressés ont trouvé par ce biais l’occasion de découvrir le métier d’éleveur en vaches allaitantes. - © CLC

 

 

De nombreuses visites

Neuf Marchés à la ferme et neuf fermes en vente directe offrant des visites soit quotidiennes ou plus espacées avec le réseau Bienvenue à la ferme, quatre portes-ouvertes d’exploitations les mardis après-midi avec les groupes de développement Sem’Agri, trois les mercredis avec Idé’A, six les jeudis avec Agir de Rhuys à Lanvaux et cinq les vendredis avec Idréa… C’est un fourmillement d’initiatives, "avec un investissement éducatif " salue Aurélie Rio, animatrice de res’Agri qui ont permis, durant tout l’été et sur tout le département, de proposer, avec les offices de tourisme, sur les réseaux sociaux, la découverte de la diversité des productions des fermes morbihannaises et de leurs produits. Avec de vrais succès d’affluence pour certaines visites.

Pour ces deux réseaux, un même public, "mais les objectifs des deux associations diffèrent un peu", pointe Nadine Leray, conseillère circuits courts à la chambre d’agriculture, en charge du réseau Bienvenue à la ferme. "Là, à travers l’accueil, il s’agit bien sûr de communiquer sur le métier, les savoir-faire, proposer des produits. Mais aussi, ces agriculteurs valorisent leur ferme comme lieu qui produit, nourrit, avec un rôle social et éducatif, comme les fermes- pédagogiques par exemple".

Et parce que les attentes du public sont identiques et que les enjeux sont forts, "nous devons grouper nos moyens et nos compétences", estiment les responsables des deux réseaux. Objectif ? "sensibiliser et mobiliser les producteurs, les dynamiser localement, les encourager à se professionnaliser et se former". Pour ce faire, un groupe de travail unissant les deux réseaux, verra le jour dès cet automne avec des formations programmées :

- Comment accueillir des enfants à la ferme en séjour vacances les 21/11-5/12/30/01/2018
- Fermes pédagogiques : 12-19-26/01/2018 et 9/02-16/02/2018
Renseignement Nadine Leray- conseillère circuits courts/Bienvenue à la ferme - 02 97 46 22 56

Un public y compris d’enfants toujours curieux de découvertes
Un public y compris d’enfants toujours curieux de découvertes - © Claire le Clève
vie d'abeille
vie d'abeille - © Claire Le Clève

Vie d’abeilles

A la ferme d’Airmeth, les abeilles au cours de leur vie d’ouvrière de 45 jours passent par de nombreuses fonctions, nettoyeuses, nourrisses, butineuses, bâtisseuses, gardiennes... quand la reine, elle, durant 3 à 5 ans, n’est occupée qu’à pondre, jusqu’à 2 000 œufs par jour et les faux-bourdons, à maintenir la température de la ruche en ventilant. Les abeilles tournent dans un rayon de six kilomètres autour de leur ruche pour faire leur miel, nectar des fleurs qu’elles régurgitent dans les alvéoles.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui