Terra 19 mai 2016 à 08h00 | Par Emmanuelle Le Corre

Saison du chou-fleur : des résultats contrastés

L'UCPT en assemblée générale le 20 mai reviendra sur la campagne du chou-fleur, totalement atypique, marquée par des records de températures, de prix et de fortes disparités entre les producteurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Au premier plan : Gilbert Brouder, président de l'UCPT et Joseph Rousseau, président du Cerafel et vice-président. Loïc Conan, Jean-Jacques Le Bris, Hubert Jacob et Yvon Guillou.
Au premier plan : Gilbert Brouder, président de l'UCPT et Joseph Rousseau, président du Cerafel et vice-président. Loïc Conan, Jean-Jacques Le Bris, Hubert Jacob et Yvon Guillou. - © terra

En 2015, les légumiers de l'Union des coopératives de Paimpol et Tréguier ont produit plus de 160 000 tonnes de légumes frais au travers d'une gamme de 40 légumes. En parallèle, les productions bio qui ont fêté leur 18 ans d'existence sont aujourd'hui bien ancrées, avec "Prince de Bretagne", premier groupement légumier bio en France, et quelques 18 000 tonnes à l'horizon 2018.
Mais ces derniers mois, le climat est venu bousculer les productions hivernales. En effet, les déboires climatiques fin 2015 - début 2016 à l'échelle européenne - avec des températures extravagantes par rapport aux normales saisonnières (18°C avant Noël) - ont conduit à la destruction de 13 millions de têtes de choux-fleurs sur la zone de l'UCPT. Un "gâchis", une"catastrophe", déplorent les producteurs.

Saison longue ou courte : de gros écarts
Aujourd'hui à l'inverse, la production a pris trois semaines de retard avec une "belle demande à l'exportation". "Les anglais sont très friands de choux-fleurs au printemps, et les pays du nord de l'Europe aussi. Il manque de produits en Europe, les cours ont donc remonté", décrit Joseph Rousseau, vice-président et président du Cerafel. Une situation totalement contrastée entre le début et la fin de la campagne. Il en résulte des écarts de prix moyens très importants entre producteurs, avec comme paradoxe un record d'invendus en hiver suivi par un record de vente au printemps avec un prix moyen mensuel de 19 ct par tête sur décembre et 1,70 € sur mars. Selon le choix du calendrier de production, "il y a des écarts énormes avec pour certains un chiffre d'affaires multiplié par deux, et pour d'autres, un chiffre d'affaires divisé par deux", décrit Hubert Jacob, vice-président de l'UCPT, lequel note une situation inversée lors de la campagne précédente. A l'UCPT, les comptes ont donc été réajustés. Sur un chiffre d'affaires de 20-23 millions d'euros en année normale pour le chou-fleur, "il va manquer 5 millions d'euros", indique Gilbert Brouder, président de l'UCPT. Pour autant, pas question de remettre en question les planning de production : le chou-fleur breton en hiver a sa raison d'être. Dans la mesure du possible, est conseillé un étalement du calendrier de production pour faire face aux diverses fluctuations.
Un autre légume, l'artichaut lui-aussi, souffre des conséquence de cet hiver particulier. Là encore des varaiabilités entre producteurs existent avec des taux de récolte dans certaines parcelles très faibles.

Réseau de gaz naturel, le bout du tunnel
La tomate, premier légume en chiffre d'affaires de la coopérative, a tiré partie des fortes températures de l'été 2015 dans de nombreuses régions françaises plus au sud. Les serristes sont donc satisfaits et plus encore avec l'extension du réseau de gaz naturel qui arrive à son terme après bien des rebondissements. "Enfin le bout du tunnel", se réjouissent-ils. La desserte de Trélevern est opérationnelle depuis l'automne dernier ; celle de Pléhédel sera en service fin 2016 et contribuera à l'installation d'un jeune producteur ; celle de la Presqu'île-Haut Trégor est validée pour fin 2017. "L'arrivée prochaine du gaz naturel sur ce secteur redonne des perspectives, cette desserte sera un élément important pour le maintien et le développement des exploitations dans la Presqu'île". Même optimisme du côté de la cogénération avec plusieurs dossiers opérationnels en 2017."Très bientôt, la zone légumière qui était à risque du point de vue fourniture en électricité, va devenir autonome, sur le secteur de Paimpol notamment", souligne Anne-Marie L'Aminot, directrice de l'UCPT.

Pratique
L'assemblée générale sera clôturée par l'intervention de François St Léger, juriste à Breiz Europe, sur les distorsions de concurrence au sein de l'union européenne.
Vendredi 20 mai à Plourivo, dès 16 h.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui