Terra 04 novembre 2016 à 08h00 | Par Sophie de Verdelhan, conseillère circuits courts, filières de proximité, chambres d'agriculture de Bretagne

Oser s’entourer et se former pour réussir

En circuits courts, la réussite d’une création ou reprise d’exploitation nécessite un accompagnement personnalisé et dans la durée. Pour les porteurs de projets, l'appui des réseaux les aide à se façonner un parcours d'installation sur mesure. Retour sur deux trajectoires professionnelles avec les témoignages livrés par Steven Perrichot et Virginie Simon.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Avant de s'installer comme éleveur de Porcs blancs de l'Ouest, une race locale bretonne, Steven Perrichot  s'est formé à la transformation du porc à Aurillac.
Avant de s'installer comme éleveur de Porcs blancs de l'Ouest, une race locale bretonne, Steven Perrichot s'est formé à la transformation du porc à Aurillac. - © Syndicat éleveurs Porc Blanc de l'Ouest

"Se former, c’est trouver la bonne info pour faire les bons choix". Steven Perrichot, en cours d’installation en porc, pré-installé depuis début 2015, le répète volontiers : "Je construis mon projet grâce à des rencontres. Ceux qui nous accompagnent ont un réseau et ils le partagent avec nous". Durant son parcours à l’installation, le futur agriculteur a entendu parler du centre de formation d’Aurillac (CFPPA). Cet établissement lui a semblé adapté à son projet d’exigence qualitative. Il y a passé une semaine début 2016 pour se former à la transformation du porc en "super produits fermiers sans conservateurs chimiques". Il a gagné en compétence et pourra mieux valoriser ses Porcs blancs de l’Ouest en charcuterie goûteuse.

Bien s'entourer pour faire les bons choix

À Aurillac, il a appris des techniques de transformation. Il a retenu plein d’astuces pour bien choisir son matériel et dimensionner son laboratoire. Les conseils du formateur vont lui permettre de réfléchir à son investissement en connaissance de cause, de façon à limiter la pénibilité du travail et les soucis sanitaires sur ses produits. Il s’est aussi déplacé dans les Côtes d’Armor pour visiter une exploitation de Porcs blancs de l’Ouest. Cette visite, proposée par la conseillère porc de la chambre d’agriculture, lui a permis de consolider son projet en termes d’élevage et de débouchés.

Prendre le temps de se former en cohérence avec son projet

"Une fois l’exploitation démarrée, on a moins le temps et on vit avec ses erreurs", souligne Steven Perrichot. Il ajoute "Je me suis inscrit à la formation saucisson sec d’Aurillac à la session de janvier 2017, juste à temps pour démarrer. Il n’y avait pas de place avant cette date, les gens viennent de toute la France pour cette formation pointue". Faire de la route et s’absenter plusieurs jours demandent un effort d’organisation par rapport au quotidien. Pour l’éleveur, en matière de compétences acquises, on en tire un vrai bénéfice. Pourtant Steven Perrichot a déjà de l’expérience. Il a travaillé sur plusieurs exploitations porcines dans le Sud-Ouest, en élevage et à la vente en circuits-courts. Mais il souhaite tenir compte du contexte de son installation en Ille-et-Vilaine sur la ferme de ses parents (16 ha autrefois en lait) en porc de race locale élevé sur paille.

À chaque projet, son programme : les formations et visites proposées à Steven Perrichot répondent à ses questions et réflexions. Il n’est pas toujours nécessaire de faire 8 heures de route pour bien se former !

Demander du renfort après l'installation

Virginie Simon a quant à elle rejoint la pépinière tenue par son mari en janvier 2015. La conduite de la production des rosiers et des arbres fruitiers étant bien maîtrisée, la nouvelle associée développe l’activité. En plus de son travail en production et à la boutique, elle se lance dans la création de nouvelles roses et la vente de pétales de rose. Les week-ends de printemps et d’automne sont consacrés aux foires et fêtes des plantes. Le travail ne manque pas !

Régulièrement le couple s’interroge sur la dynamique commerciale. Comment se faire connaître un peu plus ? Quelles actions privilégier pour soutenir les ventes et développer une nouvelle clientèle ? À l’occasion d’une visite de suivi post-installation, Virginie fait part de ses questions. Elle accepte un accompagnement par une conseillère spécialisée dans les circuits-courts, avec un coup de pouce du Conseil régional qui prend en charge une grande partie du montant de la prestation. C’est l’occasion pour Virginie de faire le point de façon personnalisée sur son budget de communication. L’appui a contribué à augmenter l’efficacité de ses outils existants : site web et vente en ligne, catalogue et autres imprimés. Il lui a également permis de faire le point sur les contrats avec ses prestataires.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui