Terra 02 février 2017 à 08h00 | Par Jean Dubé

Les ETA se voient comme une solution au sur-investissement

Avec 911 entreprises de travaux agricoles et forestiers, le secteur des ETA représente en Bretagne un véritable gisement d'emplois et de compétences. Mais entre des clients agriculteurs confrontés à une crise profonde et une concurrence interne de plus en plus vive, la rentabilité de ce secteur se réduit année après année. Pourtant les ETA ont des atouts. Elles se voient déjà comme une alternative au sur-investissement dans les exploitations et une solution face à l'agrandissement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pour Frédéric Jan, président de l'Aretar, les entreprises de travaux agricoles souffrent aujourd'hui d'un manque de reconnaissance.
Pour Frédéric Jan, président de l'Aretar, les entreprises de travaux agricoles souffrent aujourd'hui d'un manque de reconnaissance. - © Terra

Alors qu'en 2011, 955 entreprises de travaux agricoles proposaient leurs services en Bretagne, elles ne sont plus en 2016 "que" 911 dont 608  employeuses de main d'œuvre.

Agrandissement et baisse de rentabilité

La tendance de ces entreprises est à la fois de grossir en terme d'offre de services et de nombre de salariés, comme en témoigne l'importante progression de 4 404 salariés en 2010 à 5 211 en 2015 (2/3 en CDD et 1/3 en CDI). C'est dans le Finistère que les évolutions ont été les plus sensibles. En l'espace de deux ans, seize entreprises y ont disparu, passant de 162 à 146, avec malgré tout +35 équivalents temps plein sur la même période.

Au niveau national, les ETA estiment représenter plus de 100 000 emplois directs. Ces entreprises sont aujourd'hui largement touchées par la crise agricole. Le manque de trésorerie des exploitations agricoles impacte directement le paiement des travaux agricoles réalisés par les ETA. Elles estiment que les créances non réglées représentent 20 % de leur CA, avec une augmentation des délais moyens de paiement. De source CER France, le résultat courant représente aujourd'hui moins de 0,8 % du chiffre d'affaires, alors qu'il était cinq fois supérieur en 2011.

En 2016 les ETA ont obtenu parallèlement aux exploitants agricoles la possibilité de mesures d'urgence sur les cotisations sociales, pour les non salariés et les salariés du secteur auprès des caisses de MSA.

Attractivité et formation

Lors de leur assemblée générale, les représentants régionaux ont tenté de trouver des perspectives positives, dans un contexte général très complexe. Philippe de Guenin, directeur de la Draaf, est venu expliquer que le durcissement des normes phyto représenterait à court terme une formidable opportunité pour ces entreprises : "Nous aurons dans les années à venir une pression sur les phyto, de la part de la société, largement supérieure à la situation actuelle". Olivier Allain qui représentait le conseil régional a repris à son compte l'argument d'outils indispensables permettant de lutter contre le sur-investissement dans les exploitations agricoles.

Mais pour les ETA, un des enjeux de ces années sera leur attractivité, et leur capacité à trouver les compétences et la technicité pour répondre à la fois à la complexification des matériels mais surtout de la réglementation notamment en matière de produits phytosanitaires. Elles se sont déjà investies sur le sujet avec l'accompagnement de formations avec le réseau des MFR, et la mise en place de formations spécifiques diplômantes au métier d'entrepreneur de travaux ou de salarié d'entreprise. Aujourd'hui la quasi totalité des jeunes formés ont trouvé un poste qui devrait être pérenne.

Au niveau national on estime qu'environ 100 000 personnes sont directement dépendantes de l'activité des entreprises des territoires. Les entreprises présentes à Janzé vendredi dernier ont à la fois témoigné de leur capacité à répondre aux besoins des exploitations agricoles, mais d'un quotidien compliqué par les difficultés économiques et administratives. Comme employeurs de main d'oeuvre, comme entreprise de transport, ou utilisatrice de produits phytosanitaires, les ETA aimeraient bien qu'on leur simplifie la vie, même rien qu'un peu !

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui