Terra 19 janvier 2017 à 14h00 | Par Chantal Pape

Plant de pomme de terre : une campagne en demi-teinte

Un rendement moyen en baisse de 12 %, voire de 25 % dans certaines variétés, ne suffit pas à garantir de bons prix : si le marché français du plant de pomme de terre est à la hausse, l'export s'annonce plus compliqué, du fait d'une concurrence exacerbée des pays producteurs et d'une situation économique et politique tendue dans bon nombre de pays importateurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Stockage chez un agriculteur de plants de pomme de terre destinés à l'export. Les tonnages exportés à la fin de la campagne seront en deçà de ceux atteints l'an passé.
Stockage chez un agriculteur de plants de pomme de terre destinés à l'export. Les tonnages exportés à la fin de la campagne seront en deçà de ceux atteints l'an passé. - © C. Gloria

Si le nombre de producteurs bretons de plant de pomme de terre ne cesse de diminuer, 266 sur la campagne 2015-2016 contre 285 un an auparavant, les surfaces, elles, suivent une courbe inverse, pour atteindre désormais les 5 400 ha. "Le plant biologique, lui aussi, poursuit sa progression, note Emmanuel Guillery, le directeur de Bretagne plants. Une quarantaine de variétés sont cultivées par 28 producteurs sur plus de 150 ha" . Et la Bretagne, à elle seule, produit 79 % du plant biologique français.

Moins de rendement

Cette année, si le rendement brut est en repli de 3 %, à 38 t/ha, la chute affecte les calibres de plant, en régression de 12 % en moyenne, et jusqu'à 25 % dans certaines variétés, tandis que le dessus de plant progresse de 30 %. Et certains collecteurs ont pu manquer de marchandise par rapport à leur premères estimations. "Une chance , estime Eric Bargy, directeur général de Germicopa, en évoquant le marché français. Sinon, avec le faible prix des céréales, on aurait connu une explosion de la production de pomme de terre de consommation l'an prochain" . Pour le moment, les cotations des variétés du domaine public sont en forte progression : 800 €/t pour de la Bintje n°1 au 8 décembre 2016 contre 460 € un an plus tôt, 450 € pour le n°2 au lieu de 270.

Une situation compliquée à l'export

A l'export, la campagne s'annonce plus compliquée. "Si nous pouvons manquer de marchandise, ce n'est pas le cas de nos concurrents, hollandais ou danois, constate Pierre Cadiou, directeur de Gopex. Et aussitôt arrivés, ils ont tiré les prix vers le bas". S'y rajoutent situations politiques tendues et dévaluations monétaires dans bon nombre de pays... "Nos clients n'ont plus d'argent". Et le directeur de Gopex de craindre des litiges à destination. "Ou des impayés", rajoute Eric Bargy. Les expéditions démarrent, dès septembre-octobre, sur l'Afrique de l'Ouest : Mali, Niger, Sénégal... "Les volumes y sont en progression régulière et dépassent les 7 000 t", détaille Emmanuel Guillery, le directeur de Bretagne Plants. Chez les trois principaux clients de la Bretagne, la situation est contrastée. En Egypte, les exp.ditions au 15 décembre, 17 420 t, avaientdéjà dépassé le total de la campagne précèdente, 15 230 t. Si les tonnages progressent aussi en Tunisie, ils sont par contre en nette diminution en Algérie. "Sur l'ensemble des pays tiers, les exportations étaient en légère avance au 15 décembre. Mais, compte-tenu des faibles disponibilités restantes, le total à fin de campagne n'atteindra pas les tonnages de l'an passé".



Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui