Terra 31 juillet 2015 à 08h00 | Par Jean Dubé

Rencontre avec l'Académie bretonne

Le lieu est agréable en bordure du Lac Aux Ducs, juste à côté de Ploërmel. C'est là que je retrouve les 12 membres de la 6e promotion de l’ "Académie bretonne". Ils sont trois de chaque département breton, agricultrices, agriculteurs, infirmier en retraite, chef d'entreprise, artisan, pratiquement autant d'hommes que de femmes. Tous présidents de leur caisse locale, certains sont administrateurs de leur caisse régionale, et pour la plupart engagés depuis plusieurs années. Ils terminent leur 10e journée de formation et en juin, deux derniers jours ont clôturé leur cycle de trois années de formation. Cela a été l’occasion d'un bilan et d'un échange sur leur fonction et l'intérêt de l'engagement mutualiste.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pascale, Fernand, Jeanne, Evelyne, Philippe et leurs collègues participent à la 6e session de l'Académie bretonne. Ils ont joué le jeu de questions réponses et accepté de parler de leur rôle au sein de la banque verte.
Pascale, Fernand, Jeanne, Evelyne, Philippe et leurs collègues participent à la 6e session de l'Académie bretonne. Ils ont joué le jeu de questions réponses et accepté de parler de leur rôle au sein de la banque verte. - © terra

Les missions

Quels est le rôle et les missions d’un président de caisse locale aujourd'hui ? La question est directe, mais ne semble pas effrayer mes interlocuteurs. Manifestement ce n'est pas la première fois qu'elle leur est posée ! Pour Daniel c'est très clair : "c'est déjà un client sociétaire, qui a été élu". Jean-Paul complète : "il représente les sociétaires sur son territoire, il va servir d'interface entre les sociétaires et la caisse régionale". Mais son rôle va au-delà de la seule représentation. Il explique son rôle d'animateur et de promoteur d'actions locales. Du montage d'une "conférence sur les économies d'énergie" en passant par une "action de promotion du don du sang". la palette est large, l'ambition est d'être, de recruter des acteurs, et des animateurs de leur territoire.

Apporter un autre regard

Pour Pascale, le rôle du président est "d'apporter à l'intérieur de la banque un regard différent, celui d'un partenaire présent sur le territoire". Certains départements ont ainsi mis en place des administrateurs référents, véritables professionnels qui apportent une expertise dans leur domaine d’activité, en complément du conseiller professionnel, mais qui apporte aussi "un regard humain, la connaissance des hommes et des femmes".

Le changement

Jean se souvient qu'il y a vingt ans "le président pouvait signer directement certains prêts". Ces temps-là sont bien sûr révolus, aujourd’hui "nous avons un rôle consultatif sur l’accompagnement de certains projets". Mais les administrateurs ne vivent pas ce "retrait" comme un recul. "C'était une lourde responsabilité" et la réglementation bancaire a profondément évolué.

Daniel complète : "la banque verte s’est aussi beaucoup transformée. Elle repose toujours sur un socle d’agriculteurs, mais elle compte parmi ses clients et sociétaires des artisans, des professionnels d'horizons divers, et les élus doivent être le reflet de cette diversité sociale, professionnelle et territoriale".

Des situations difficiles à gérer

Philippe précise qu'en tant que président de sa caisse locale, il est amené à se prononcer sur les dossiers qui sont présentés au Point Passerelle, le service d'aide aux personnes en difficulté du fait d'un "accident de la vie". L'aide n'est pas toujours financière, c'est aussi accompagner le client dans des démarches administratives, le suivi budgétaire, dans la mise en relation avec des services sociaux… Là encore, chacun sera sollicité selon ses compétences et sa disponibilité.

La formation dispensée lors du séminaire de l’Académie bretonne permet aux candidats de se former et de permettre ainsi à chacun d’être à l’aise dans les missions qu’il accomplit. Elle favorise également les échanges d’expériences et représente un véritable enrichissement personnel.

RECRUTER

Alors avec autant de points de vue positifs, le recrutement d’administrateurs, de futurs présidents doit être simple ? Évidemment non ! Bien sûr, les règles internes de représentativité territoriale, sociale, de mixité sont contraignantes, mais il n'est probablement pas toujours facile d'expliquer le rôle et l'intérêt de la fonction d'administrateur de caisse locale. Notamment le fait que les élus soient ballottés entre leur souhait d’être acteur pour l’économie de leur territoire et les limites de leur rôle de président sur le métier de la banque.

Entre des règles bancaires de plus en plus contraignantes qui réservent la fonction de conseil au seul professionnel de l'art, avec des règles de gestion des entreprises qui laissent sans doute peu de place à la poésie, la question du mutualisme trouve toujours aujourd'hui un écho au niveau de la commune, du local, notamment auprès des personnes engagées depuis plusieurs années. Mais comment faire vivre cette petite flamme au niveau d'une caisse régionale, comment la transmettre auprès des jeunes générations ? Terra a aussi posé la question à Marie-Françoise Bocquet, présidente de la caisse régionale de Crédit agricole d'Ille-et-Vilaine et de la fédération bretonne.

Etienne et Laetitia Josse animateurs de la vie mutualiste.
Etienne et Laetitia Josse animateurs de la vie mutualiste. - © terra

L'Académie bretonne, école et vivier

Etienne : "il y a quelques années nous parlions souvent de fusion, de rapprochements notamment au niveau national. Les présidents et directeurs généraux des quatre caisses de Crédit agricole des départements bretons ont décidé et affirmé ensemble qu’ils ne cèderaient pas à la mode. Ils ont choisi de mettre en place des coopérations. Elles se sont développées depuis, en permettant de créer des pôles d’expertises plus performants. Si un jour il devait y avoir une évolution, ce serait les quatre départements ensemble… ou rien !

Concernant les administrateurs, ils ont souhaité multiplier les lieux et les occasions d'échanges entre départements car dans une même région, chaque entreprise a son histoire et des cultures très différentes". L'Académie bretonne est née à ce moment-là, il y a sept ans.

Elle répond à cette attente de multiplier les échanges d'expériences à l'échelle des présidents de caisses locales. Laetitia Josse ajoute : "on travaille ensemble, on s'enrichit des expériences des autres. Il ne s'agit pas d'uniformiser mais bien de comprendre pourquoi les pratiques sont de fait très différentes au quotidien".

Les présidents de caisse locale qui peuvent s’engager dans ce cycle vont réellement constituer une équipe, ce groupe se réunit 12 jours en trois ans. Il bénéficient d'apports sur la partie technique des métiers de la banque, mais aussi de formation personnelle dans le rôle d'animateur d'équipe, d'initiateur et de porteur de projet. "Il faut donc trouver des gens disponibles, motivés, et qui vont accepter de dégager tout ce temps, mais cela s'est toujours bien déroulé".

Des inter-sessions ont aussi eu lieu. Après l’Ille-et-Vilaine sur le thème de l'innovation en s'appuyant sur des échanges avec le pôle de compétitivité Valorial, puis le Morbihan sur la filière nautique à Lorient, ce sera cette année aux Costarmoricains de réunir les différentes promotions pour des travaux communs.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui