Terra 10 juillet 2015 à 08h00 | Par Emmanuelle Bordon

Début de moisson de bon augure

La moisson a commencé il y a une quinzaine de jours dans le Morbihan et l'Ille-et-Vilaine. Conformes à ceux des années précédentes, les premiers résultats sont satisfaisants et on peut être confiant pour la récolte de 2015, qui bénéficie -jusque là- d'excellentes conditions.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Des pailles droites, faciles à récolter.
Des pailles droites, faciles à récolter. - © terra

Entre 75 et 85 quintaux à l'hectare en fonction des parcelles, pour des taux d'humidité entre 13 et 14 %, c'est le rendement obtenu cette année pour les premières orges d'hiver, que ce soit dans le Morbihan, le sud de l'Ille-et-Vilaine ou la périphérie de Rennes. Le Finistère, qui commence sa récolte ces jours-ci, a quant à lui et sauf incident météo, de bonnes chances d'afficher des résultats approximativement identiques. Ces chiffres, conformes à ceux des années précédentes, sont d'autant plus satisfaisants qu'à la faveur de conditions climatiques peu favorables aux maladies, le coût de la protection des cultures est faible pour cette campagne. On peut donc espérer des marges brutes tout à fait correctes. Les premières pailles sont également belles et la suite de la campagne s'annonce bien.

Des orges de belle qualité

Les températures élevées de ces dernières semaines auraient pu pénaliser le rendement. On observe en effet un impact significatif sur le poids de mille grains au dessus de 25°. Heureusement, concernant l'orge, les grains étaient déjà remplis avant les fortes chaleurs et le temps caniculaire a seulement eu pour effet d'avancer la maturité du grain et de contribuer à la production d'une orge de belle qualité. Il est cependant indispensable que les cultures soient bien mûres à la récolte pour éviter les échauffements ; un critère qui a légèrement fait défaut dans certains secteurs, parmi lesquels l'ouest du Morbihan.

En ce qui concerne les autres céréales, il faudra attendre la récolte pour savoir si le rendement a ou non été influencé par les fortes températures, sachant que les variétés tardives ont plus de risques d'être pénalisées, puisqu'elles ont subi la chaleur au moment du remplissage du grain.

La récolte proprement dite se déroule globalement sans problème, les pailles étant très droites. Quelques incendies de parcelles sont toutefois à déplorer dans le sud de l'Ille-et-Vilaine. Avec le temps orageux, les pailles, bien mûres et sèches, se sont enflammées au passage de la moissonneuse.

La fertilisation
bien gérée

La récolte du colza suivra immédiatement celle des orges et les premiers blés devraient pouvoir être moissonnés aux environs du 20 juillet, si la météo est favorable. On note cette année de belles cultures, très peu concernées par la verse. Pour Louis Le Roux, du pôle agronomie de la chambre d'agriculture, "le pilotage précis de la fertilisation porte ses fruits".

Cette année est peu favorable aux septorioses, qui sont les maladies les plus pénalisantes pour le blé. La rouille jaune a certes pu avoir un impact sur le rendement si elle a été mal gérée, mais aucun problème d'envergure n'est à craindre.

Pour ce qui est du triticale, les producteurs espèrent que les conditions météo se maintiendront jusqu'à la récolte, d'autant plus que c'est la céréale qui est la plus sensible à la germination sur pieds.

En bref, on peut dire que si quelques zones séchantes de la Bretagne sont susceptibles d'être pénalisées par les faibles pluviosités de ces dernières semaines, l'année 2015 annonce dans l'ensemble un bon potentiel, pour peu que des orages ne viennent pas verser les plantes.

 

Les évolutions 2015

Le paiement du blé connaît cette année un changement notable, puisque le taux protéique aura plus d'importance dans le calcul du prix payé au producteur. Un taux inférieur à la valeur de 10,5 points, en particulier, entraînera une réfaction. Cette évolution, qui a pour objectif d'encourager la production d'un blé de qualité, apte à la panification, est susceptible d'influencer le raisonnement de la fertilisation du blé à l'avenir.

Concernant le choix des espèces semées, il semble que les producteurs situés dans le sud de la région, notamment dans le Morbihan, soient enclins à intégrer un peu plus d'orge qu'auparavant dans leur rotation. Privilégier une céréale précoce leur permet en effet de sécuriser une partie des revenus liés aux cultures, au cas où le blé serait pénalisé par un été pluvieux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui