Terra 12 juin 2015 à 08h00 | Par Chantal Pape

Le Cardinal agrandit la famille des artichauts

Disponible depuis quelques jours sur les marchés ou dans les rayons fruits et légumes des magasins spécialisés ou des grandes surfaces, le Cardinal vient segmenter la famille des artichauts Prince de Bretagne.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Ce sont les anthocyanes qui donnent au Cardinal sa belle couleur pourpre. © Terra Joseph Rousseau, président du Cerafel, et David Esnault, animateur technique à l'OBS, l'Organisation bretonne de sélection. © Terra

Robe pourpre aux reflets violacés, fond gourmand et généreux, goût plus doux et sucré que ses cousins Camus ou Castel : le Cardinal, nouveau venu dans la gamme des artichauts Prince de Bretagne, devrait rapidement se faire une place sur la table des gourmets, tant ses atouts sont nombreux.

Un travail de longue haleine

Commercialisé depuis début juin, le Cardinal est la première variété d'artichaut entièrement créée par l'OBS, l'Organisation bretonne de sélection, basée à Plougoulm (29). "Nous avons récupéré les collections de l'Inra en 2005, quand il s'est désengagé de la création variétale, relate David Esnault. Et nous avons pris le relais". Pas moins de dix ans auront été nécessaires pour aboutir à une nouvelle variété. Mais le résultat est à la hauteur des espérances !

"Le Cardinal est vigoureux, ce qui lui permet de produire, en moyenne, 8 drageons par pied-mère", détaille l'animateur technique de l'OBS, qui souligne aussi sa très bonne reprise en sortie d'hiver, ou son bon rendement, avec une moyenne de trois têtes par plant. "Les capitules sont de très bonne qualité, avec un bon poids des têtes, une bonne épaisseur des fonds et une excellente conservation post-récolte, un détail qui a toute son importance pour le commerce". Des qualités qui ont valu au Cardinal de décrocher un Sival d'argent, dans la catégorie innovations variétales. "Le jury a aussi apprécié l'originalité du produit, son adaptation au terroir et au climat".

Relancer la consommation

"C'est vraiment l'artichaut que nous attendions". Joseph Rousseau, le président du Cérafel, ne cache pas son enthousiasme. Parmi les premiers à cultiver cette nouvelle variété, il en attend beaucoup pour relancer un marché de l'artichaut plutôt atone. "Il va apporter de la diversité". Cultivé, pour le moment, sur 105 ha en Finistère et Côtes d'Armor, il n'est pas près de talonner les charnus Camus et Castel. Mais devrait, à terme, suivre le chemin du Petit violet, ce petit artichaut sans foin, à consommer cru ou cuit, feuilles comprises. "Nous sommes allés chercher les premiers plants en Provence en 1992", se souvient Joseph Rousseau. Depuis, la culture a connu un bel essor. "Et, à certaines périodes de l'année, on en exporte en Espagne ou en Italie". Un segment qui devrait bientôt s'enrichir, lui aussi, d'une variété pourpre, encore en test à l'OBS. "Elle se caractérise par sa tendreté, son absence de foin et une bonne aptitude à la poivrade", ces bouquets qui nécessitent tiges et feuilles irréprochables.

L'OBS, la création variétale aux mains des producteurs

L'OBS, l'Organisation bretonne de sélection, a été imaginée en 1970 pour aider à la sélection des variétés population de choux-fleurs ou d'oignons. Puis, en 1984, les premiers choux-fleurs hybrides font leur apparition. Créés par l'Inra, ils sont multipliés par l'OBS, un schéma qui perdure jusqu'au désengagement progressif de l'Inra de la création variétale. Les collections végétales sont alors transférées à l'OBS qui, de multiplicateur, devient aussi créateur.

Propriété des légumiers, via les 6 coopératives qui la composent, Sica, Socoprim, la Bretonne, Triskalia (29), UCPT (22) et Terres de Saint Malo (35), l'OBS emploie 35 collaborateurs, dont près d'un tiers dédiés à la création. Particularité de taille, ce sont les producteurs qui définissent eux-mêmes les orientations des recherches, via un comité de pilotage par produit.

Disposant de 8 ha de surfaces couvertes et 30 ha de plein champ, l'OBS propose des semences et plants de chou-fleur, artichaut, échalote, oignon rosé, coco de Paimpol, carotte et cerfeuil tubéreux. Elle dispose également d'une gamme bio et multiplie des vitro-plants de rhododendron, daphné, agapanthe et crosne.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes