Terra 05 juillet 2017 à 08h00 | Par Chantal Pape

La Limousine fête ses 40 ans dans le Finistère

Si le premier taureau est arrivé en 1961 et les premières vaches en 1967, c'est dix ans plus tard que les éleveurs de Limousines se sont regroupés en association. Une association qui a fêté ses 40 ans le week-end dernier, à Rosnoen.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Dimanche dernier, plus de 70 personnes se sont retrouvées à Rosnoen pour fêter les 40 ans de l'association des éleveurs de Limousines du Finistère (ici, les membres fondateurs, les animateurs et Mickaël Dossal, le président actuel).
Dimanche dernier, plus de 70 personnes se sont retrouvées à Rosnoen pour fêter les 40 ans de l'association des éleveurs de Limousines du Finistère (ici, les membres fondateurs, les animateurs et Mickaël Dossal, le président actuel). - © Limousine Finistère

"Les premières vaches limousines sont arrivées dans le Finistère en 1967, se souvient René Danion. Installé à Ergué Gabéric, il veut se libérer de l'astreinte de la traite et remplace ses vaches par un troupeau allaitant, ce qui lui donne plus de temps pour se consacrer aux semences fourragères, l'autre production de l'exploitation. "Nous étions plusieurs dans ce cas-là. Et, au bout de quelques années, nous avons ressenti le besoin de nous organiser".

 

Trois temps forts par an

 

L'association Limousine Finistère voit le jour le 24 janvier 1977. Et pour fêter ses 40 ans, plus de 70 personnes se sont retrouvées dimanche dernier à la ferme-auberge du Seillou, à Rosnoen. Après les grillades préparées par Serge Troadec, lui aussi éleveur de Limousines, place aux souvenirs... "L'association a connu cinq présidents et quatre animateurs", relate Mickaël Dossal, qui vient de succéder à Maurice Even à la présidence.

Dès 1980, Finistère et Morbihan créent le GIE Proralim, pour vendre la viande sous label rouge Blason prestige. "Aujourd'hui, un éleveur de Limousines sur deux est adhérent, souligne Raymond Barré, conseiller à la chambre d'agriculture et animateur de l'association. Et l'an passé, la plus-value atteignait 0,45 €/kg".

En 2005, autre étape importante dans la vie de l'association, ce sont les Finistériens qui organisent le concours national de la race, réunissant près de 400 animaux de la France entière à Quimper. "Le temps a passé mais la dynamique reste intacte", indique Mickaël Dossal. Et les mots-clés restent convivialité et échanges de vive voix. "Tous les ans, nous organisons trois temps forts, autour de l'assemblée générale, du festival Agri Deiz et d'une journée technique".

 

Réfléchir à la transmission

 

Première race allaitante en Bretagne, avec 30% des effectifs et près de 35 000 vaches, la Limousine compte un peu plus de 8 300 vaches dans le Finistère. "La génétique, une alimentation plus adaptée et une meilleure finition des animaux se sont combinés pour faire progresser les poids de carcasse, note Raymond Barré. De 351 kg de carcasse en moyenne pour les femelles labellisées en 1992, on est passé à 393 kg en 2010 et 420 kg l'an passé".

Si le Finistère enregistre, bon an mal an, un peu plus d'une centaine d'installations en agriculture, ils sont moins d'une dizaine à opter pour l'élevage allaitant. "Entre foncier et cheptel, il faut compter entre 800 000 et un million d'euros de capital pour un troupeau de 80-100 mères", calcule Raymond Barré. Pour les financer, l'élevage doit donc dégager 30 000 €/an. "Si on y rajoute l'amortissement du matériel, des bâtiments..., il faut un EBE de 100 000 €, 1 000 €/vache, pour espérer dégager 20 000 € de prélèvements privés". Une somme difficile à atteindre dans les conditions actuelles de marché. "C'est la raison pour laquelle on a vu fleurir circuits courts, vente directe aux particuliers, aux bouchers ou aux grandes surfaces". Mais pour relever le défi de la transmission des exploitations, les producteurs de viande bovine ne pourront pas faire l'économie d'une réflexion en profondeur sur le financement de la reprise. "Aller vers la location de foncier ? Des prêts à 30 ans ?". Les idées ne manquent pas. Reste à les mettre en musique.

 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui