Terra 01 juillet 2016 à 08h00 | Par Audrey Dibet

90 conseillers en bâtiment partagent leurs savoirs

Les conseillers en bâtiment accompagnent les éleveurs sur des projets à la fois complexes et importants, car ils modifieront durablement la vie de l'exploitation. 90 d'entre eux, venus de toute la France, se sont retrouvés à Mûr-de-Bretagne cette semaine pour échanger leurs expériences dans l'objectif d'améliorer leur expertise.  

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jacques Charlery du GIE Élevages de Bretagne, Catherine Beaudet, service bâtiment de la chambre d'agriculture des Côtes d'Armor, André Sergent, vice-président de la chambre d'agriculture de Bretagne et Jean-Baptiste Dollé, de l'Institut de l'élevage.
Jacques Charlery du GIE Élevages de Bretagne, Catherine Beaudet, service bâtiment de la chambre d'agriculture des Côtes d'Armor, André Sergent, vice-président de la chambre d'agriculture de Bretagne et Jean-Baptiste Dollé, de l'Institut de l'élevage. - © Terra

"Nous avons besoin de retrouver de la rentabilité dans nos élevages pour rentrer dans une logique projet. Mais malgré tout, des projets, il y en a", souligne André Sergent. Le vice-président de la chambre d'agriculture de Bretagne pointe ce "paradoxe" avec d'un côté une situation de crise et des producteurs qui lâchent prise, et de l'autre des investissements qui se poursuivent dans les outils agroalimentaires et dans les élevages. Le plan de compétitivité et d'adaptation des exploitations agricoles (PCAEA), doté d'une enveloppe de 180 millions d'euros sur la période 2015-2020, est un levier pour ces investissements : "960 dossiers ont été déposés en Bretagne en 2015, dont 561 en bovins lait, précise Jacques Charlery du GIE Élevages de Bretagne, qui note une dynamique semblable en 2016 avec 471 dossiers sur le premier semestre.

"Il y a eu une continuité des investissements en lait, ce qui est moins vrai en porc ou en volaille. L'âge moyen des outils en porc est de 23 ans". Or moderniser en se dotant d'outils compétitifs est un impératif pour les producteurs en place et pour les jeunes. L'enjeu est de "maintenir nos volumes de production voire les augmenter quand le marché est là", souligne André Sergent. Et "d'améliorer l'attractivité du métier", poursuit Jean-Baptiste Dollé de l'Institut de l'élevage.

La moitié des projets en neuf

Actuellement, les projets d'élevage concernent pour moitié du neuf, et pour moitié de la rénovation. "La technicité est importante pour accompagner ces projets", remarque Jacques Charlery. Les éleveurs ont aussi besoin de personnes capables de synthétiser les informations car eux-mêmes ont déjà accès aujourd'hui à de nombreuses infos". S'agissant des élevages laitiers, les conseillers bâtiments ont notamment à accompagner des éleveurs dans l'adaptation des bâtiments à une évolution de leur troupeau grandissant. Quant aux nouvelles salles de traite, 50 % des projets étaient des robots en 2015, une part qui continue sa progression en 2016.

Les "biennales", organisées tous les deux ans dans une région différente, permettent à des conseillers en bâtiment d'échanger sur tous les enjeux actuels. Elles n'avaient pas eu lieu en Bretagne depuis 1992. Au programme de cette édition 2016, co-organisée par l'Assemblée permanente des chambres d'agriculture, l'Institut de l'élevage et le GIE Élevages de Bretagne : des conférences, des ateliers et des visites d'élevages bretons et d'entreprises du bâtiment, avec entre autres des focus sur les coûts de fonctionnement, les sols innovants pour les vaches, ou encore les grands troupeaux. Le comité régional bâtiment a aussi présenté la démarche, spécifique à la Bretagne, sur la charte qualité "bâtiment d'élevage" réunissant les métiers du conseil et de la construction. Celle-ci est le fruit d'un rapprochement depuis plus de vingt ans déjà entre la chambre d'agriculture et la chambre des métiers sur la question des bâtiments d'élevage. Aujourd'hui, deux tiers des projets entrent dans le cadre de cette charte.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui