Terra 02 mars 2017 à 08h00 | Par Emmanuelle Le Corre

Pression des producteurs de lait sur les négociations commerciales

A Dinan, Guingamp et Lamballe, 80 producteurs de lait de la FDSEA ont manifesté pour demander la hausse du prix du lait à l'heure où s'achèvent les négociations commerciales entre distributeurs et fournisseurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Lait déversé au magasin Cultivert à Lamballe.
Lait déversé au magasin Cultivert à Lamballe. - © terra

"On est dans le dernier round des négociations commerciales entre distributeurs et fournisseurs, on veut une plus grande transparence mais rien n'est respecté. II faut alerter le consommateur et le grand public de la situation catastrophique des producteurs de lait", expliquait lundi dernier Philippe Cherdel, vice-président de section lait de la FDSEA sur le parking d'Intermarché à Lamballe. Dès dimanche soir à Lannion, les éleveurs avaient allumé un feu de palettes et de pneus sur le parking du centre commercial Géant Casino. Le lendemain, des barrages filtrants se sont déplacés devant les grandes et moyennes surfaces de Lidl, Intermarché et Carrefour à Dinan, Lamballe et Guingamp. Réquisitionnés, deux camions-citernes (Sodiaal et Laïta) ont été utilisés pour filtrer les accès et du lait a été déversé sur les parking des magasins Cultivert à Lamballe et Carrefour à Guingamp.
Ces actions prévues une semaine auparavant ont été reportées avec le décès de Xavier Beulin. "Malgré la tristesse, le combat continue", a confirmé Didier Lucas, président de la FDSEA.

Camion-citerne et manifestants filtrent l'accès au Lidl de Lamballe.
Camion-citerne et manifestants filtrent l'accès au Lidl de Lamballe. - © terra

Mettre la pression sur les transformateurs et les distributeurs
Alors que la tendance dans les négociations commerciales entre tranformateurs et distributeurs est à la demande de tarifs à la baisse, dans un communiqué paru le 15 février, la FNPL exige "que les négociations commerciales en cours respecte la loi Sapin 2 qui oblige les négociateurs à fixer un objectif de prix du lait annuel". La FNPL appelle les acteurs de l'aval en négociations jusqu'à fin février à de la "décence" alors que les éleveurs affrontent une situation catastrophique depuis deux ans. Quatre jours avant le début des actions, une agricultrice se suicidait dans sa salle de traite à Plumieux. La situation des éleveurs est intenable et à l'approche du printemps, la trésorerie manque pour faire face aux charges des cultures. "Avec le début des travaux des champs, il va falloir recourir aux prêts à court terme, aux avances ultures...", décrit, lassé un producteur mobilisé. Pour Philippe Cherdel, le prix de base du lait est "largement insuffisant face aux trous de trésorerie". "C'est tout simplement inacceptable au vue du prix de revient de nos élevage et aux signaux de marché".
Mais dans les rangs de la FDSEA, des rumeurs circulent. "Nos coopératives auraient signé une hausse de 2 % avec la distribution, c'est totalement insuffisant", ne décolère pas Didier Lucas. En guise de réponse, une grosse marre de lait a fini sur le bitume du parking de Cultivert, enseigne de la coopérative Triskalia.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes