Terra 16 septembre 2016 à 08h00 | Par Chantal Pape

Lait : bientôt un fonds régional pour anticiper et gérer les crises ?

Alors que les producteurs de lait s'enfoncent dans la crise, la chambre d'agriculture du Finistère planche sur l'idée d'un fonds pour anticiper et gérer la volatilité des cours.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Sur l'année 2016, le prix payé producteur devrait avoisiner les 280 €/1 000 l de lait, quand le prix de revient est de l'ordre de 360 €. "La crise est dure. Il y a urgence à agir", selon André Sergent.
Sur l'année 2016, le prix payé producteur devrait avoisiner les 280 €/1 000 l de lait, quand le prix de revient est de l'ordre de 360 €. "La crise est dure. Il y a urgence à agir", selon André Sergent. - © Terra

"La crise est très dure, constate André Sergent, chiffres à l'appui. Sur l'année 2016, le prix payé producteur devrait avoisiner les 280 €/1 000  l de lait, quand le prix de revient est de l'ordre de 360 €". Et, par rapport à 2014 et ses 362 € payé producteur, le manque à gagner est de 80 000 € pour un élevage produisant 500 000 litres de lait par an.

Mais, au-delà des difficultés financières, le président de la chambre d'agriculture du Finistère perçoit chez bon nombre d'éleveurs un découragement qui ne manque pas de l'inquiéter. "Il y a urgence à agir". Car, il en est convaincu, "cette volatilité ne signe pas la fin de la production laitière sur notre territoire". La preuve ? "Depuis des décennies, les productions les plus volatiles sont aussi les plus rentables". Encore faut-il passer le cap...

Une régulation européenne ?

Pour redresser les cours, tous les syndicats sont désormais d'accord sur l'idée d'une régulation européenne de la production laitière. Mais la chambre d'agriculture du Finistère ne se fait guère d'illusions. "On voit mal cette régulation se mettre en place : il y a trop de divergences entre États-membres". Et de citer l'Irlande, qui enregistre une progression de sa production laitière de 20 % depuis le fin des quotas "et l'ambition de faire encore plus".

Un fonds professionnel

Alors, face à la volatilité des prix et l'incapacité de l'Europe à agir, la chambre d'agriculture du Finistère a imaginé un fonds d'anticipation et de gestion des crises. "Le principe en est simple, détaille Pascal Prigent, secrétaire adjoint. Quand le contexte est favorable, les producteurs abondent ce fonds. Et l'Etat y participe, par le biais d'une exonération fiscale et sociale des sommes versées".

Si 90 % du montant reste affecté à l'entreprise, et est mobilisable en cas de besoin, les 10 % restants servent à appuyer des investissements industriels, à épauler les producteurs quand les cours chutent, à financer des opérations de communication pour relancer la consommation ou à favoriser l'export... "Les seuils, les montants... : tout reste à décider. Et le paquet lait permettra un co-financement de l'Union européenne".

Réservé aux éleveurs en OP

"Réservé aux producteurs en OP, le fonds sera géré par l'AOP", rajoute Pascal Prigent, qui demande le droit à l'expérimentation pour le Grand Ouest et exhorte les coopératives à demander leur agrément en tant qu'OP pour que l'AOP regroupe un maximum de producteurs. Si l'idée a reçu un bon écho dans le département et auprès du conseil régional, le projet va maintenant être partagé auprès des parlementaires et de la profession, au niveau régional et national. "Les TSST, aussi, sont partis du Finistère, relatent les élus, confiants mais bien conscients que leur projet ne va en rien résoudre la crise actuelle. En attendant, il faut obtenir un allègement des charges et renforcer l'accompagnement des producteurs".

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui