Terra 24 septembre 2015 à 08h00 | Par Olivier Allain Président de la chambre d'agriculture des Côtes D'armor

En finir avec le laisser faire

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Terra

Alors que dans les années 1980, l'État exerçait un véritable contrôle sur les prix, nous sommes passés en quelques années - et quelques accords européens - à un véritable laisser faire libéral. Cette situation - chacun peut aujourd'hui en juger - a montré ses limites. Il est plus que temps à mon sens de redonner le rôle à l'Europe et à l'État français d'intervenir sur les marchés.

La politique des prix bas ne détruit pas que le revenu des producteurs. Elle est aussi totalement destructrice de valeur ajoutée. Un seul exemple : aujourd'hui 50 % d'un bœuf est valorisé sous forme de steak haché. En quelques decennies de prix bas, les savoir-faire, les rudiments même de la valorisation des différents morceaux ont été ou vont être oubliés.

Le consommateur est totalement intoxiqué par le seul prix bas.

Il est essentiel de faire revenir de la valeur dans les filières et les élevages, et de recréer de la valeur ajoutée. L'idée de revenir à un prix minimum par exemple par la limitation des promotions a montré cet été son impact sur les prix. Il faut poursuivre cette stratégie, recréer un cycle vertueux de création de valeur, et l'amplifier par une intervention au niveau européen. L'hyper-compétitivité ne peut être la seule politique. L'Europe doit rapidement revenir à un rôle d'orientation et de maîtrise des marchés pour faire revenir de véritables prix.

Mais la profession et les filières doivent aussi se mobiliser et assumer leur part de travail, pour organiser un nouveau cadre contractuel. La contractualisation si elle n'est pas tripartite, si elle ne s'appuie par sur un trépied équilibré entre l'agriculteur, le transformateur et le distributeur, sera illusoire et incomplète.

Alors que beaucoup de producteurs doutent, et s'interrogent sur les perspectives, ces quelques propositions montrent qu'il est possible d'influer durablement et efficacement sur le cours des choses. Les prix bas ne sont pas une fatalité.

Le redressement est possible, c'est un véritable choix : celui de l'investissement politique.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui