Terra 14 octobre 2016 à 08h00 | Par Patrick Lamy, président de la commission employeurs de la FDSEA 35

Dialogue social, dialogue vital

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Patrick Lamy, président de la commission employeurs de la FDSEA 35
Patrick Lamy, président de la commission employeurs de la FDSEA 35 - © Terra

La vitalité du dialogue social en agriculture n’est plus à démontrer. La négociation collective dans laquelle la FNSEA assure systématiquement la représentation des employeurs couvre l’ensemble des secteurs professionnels agricoles sur la totalité du territoire. Les FDSEA expriment ainsi les réalités de terrain des employeurs auprès des syndicats de salariés mais aussi des pouvoirs publics et législateurs, que leur confère leur légitimité.

Au sein des commissions, les employeurs définissent collectivement des priorités pour venir en soutien du quotidien des entreprises et ainsi faciliter les échanges avec leurs salariés. Il y a plus de vingt ans, employeurs et salariés participaient à la création des Associations emploi formation en agriculture pour promouvoir l’emploi salarié agricole. Au travers de la bourse d’emploi agricole, ils facilitaient les recrutements dans les exploitations par la mise en relation des candidats et des employeurs. Définir le contenu de la convention collective, négocier les salaires minima chaque année, font aussi partie des moments forts du dialogue paritaire.

Au sein de la commission paritaire départementale hygiène, sécurité et conditions de travail en agriculture (CPHSCT), employeurs et salariés participent de concert à la prise en compte de l’amélioration des conditions de travail. Ils militent pour la recherche de solutions concrètes pour que les exploitations agricoles puissent mieux accueillir leurs salariés tout en cherchant à limiter les coûts. Pour que l’enjeu des conditions de travail soit efficacement intégré par les entreprises, dans l’intérêt des employeurs comme de leurs salariés, les FDSEA développent également un accompagnement à destination des employeurs pour la réalisation du document unique d’évaluation des risques professionnels (Duer).

Agir auprès des pouvoirs publics et des parlementaires est aussi un enjeu d’un dialogue social agricole affirmé. Défendre nos positions sur les textes discutés au Sénat et à l’Assemblée nationale est nécessaire pour préserver les particularités de l’emploi agricole. Nous avons su faire reconnaître le secteur agricole comme secteur à part entière et disposer ainsi de mesures spécifiques, à l’image des exonérations de charges pour "travailleur occasionnels" qui favorisent l’emploi de saisonniers agricoles. Le dialogue a permis des avancées sociales importantes créant notamment une couverture santé et prévoyance des salariés agricoles bien avant le régime général.

Le dialogue social a toujours été le moyen le plus opérant pour mener une politique de l’emploi et de la formation professionnelle cohérente et efficace. Alors que la réforme annoncée des branches professionnelles vise à réduire drastiquement le nombre de conventions collectives locales, gardons-nous d’appauvrir cette construction spécifique au secteur agricole, faite de pragmatisme et d'inventivité.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui