Terra 09 février 2017 à 08h00 | Par Emmanuelle Le Corre

La frustration des producteurs de lait LNA

Les 14 février à Bourbriac et 16 février à Plélan-le-Petit, les producteurs de lait LNA défendront leurs causes. Description d'une situation difficile pour 500 producteurs de lait.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les représentants de l'association des producteurs de lait LNA.
Les représentants de l'association des producteurs de lait LNA. - © terra

La frustration des producteurs de lait LNA n'a fait qu'enfler ces dernières années. Elle est arrivée à son paroxisme. Producteurs non coopérateurs du groupe Laïta, ils veulent aujourd'hui être reconnus au même titre que leurs homologues, adhérents des différentes coopératives (Even, Triskalia, Terrena). Ils se perçoivent comme "des sous-producteurs", "de simples fournisseurs de lait" et veulent fort justement bénéficier de la même équité de représentation et de rémunération. "Mon collègue l'année dernière a touché 8 euros/1 000 litres en plus. Regardez ce que cela peut représenter sur 20 ans", s'indigne un producteur LNA.
Une association s'est montée en 2011 qui rassemble aujourd'hui un tiers des 502 producteurs du département. "Nous avons toujours été dans l'attente d'être coopérateur. On nous a promis que la situation allait évoluer", s'indigne Etienne Jouffe, nouveau président de l'association.
Les membres de l'associations décrivent une situation kafkaïenne, figée depuis trop longtemps. "Cette situation est subie car nous n'avons pas la liberté de changer de laiterie du fait d'accords de collecte entre industriels. Pour avoir un pouvoir décisionnel, il faudrait une pénurie de lait. Notre seule solution aujourd'hui pour sortir est le passage en bio", indiquent-ils.
Former un socle solidaire
A l'occasion des réunions de producteurs LNA le 14 février à Bourbriac et le 16 février à Plélan-le-Petit, les membres de l'association réitéreront leur revendication à Laïta. Ils tenteront de convaincre un grand nombre de producteurs à se mobiliser au sein de l'association. "Nous voulons former un socle solidaire", lance Eric Amelot, vice-secrétaire de l'association. Deux rendez-vous où les producteurs souhaitent que des solutions concrètes soient discutées comme l'adhésion à une des coopératives. En revanche, l'option qui serait de créer une organisation de producteurs (OP), n'a pas été retenue par le collectif.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui