Terra 15 février 2018 à 10h00 | Par Claire Le Clève

#Fierdemonmetier, une page, une journée

Répondre aux controverses sur l’élevage pour le réhabiliter. Un souhait partagé par ses acteurs dont se sont emparées trois étudiantes de BTS du lycée la Touche. Elles y ont consacré la troisième journée de l’élevage, vendredi dernier à Ploërmel. Avec du contenu pour comprendre et communiquer!

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Claire Huré, Marine Allain et Leïla Chagnon à l’initiative de la page Facebook "#fierdemonmétier" et du thème développé lors de la 3 eme journée de l’élevage à Ploërmel : pourquoi et comment partager notre passion de l’élevage.
Claire Huré, Marine Allain et Leïla Chagnon à l’initiative de la page Facebook "#fierdemonmétier" et du thème développé lors de la 3 eme journée de l’élevage à Ploërmel : pourquoi et comment partager notre passion de l’élevage. - © Claire Le Cleve

 

"Il y a des attaques, celles de L214 et d’autres associations qui tentent de discréditer l’élevage pour le remettre en cause, fondamentalement". Ce cheval de Troie, émotionnel, puissant, destructeur, Claire Huré, Marine Allain et Leïla Chagnon, toutes trois étudiantes en deuxième année de BTS productions animales, au lycée La Touche de Ploërmel, l’ont bien cerné. Et c’est au travers de leur projet d’initiative et de communication (PIC) qu’elle s’y sont attelées, persuadées a contrario que "l’élevage est un espace d’avenir pour les jeunes", 3 me journée du genre, avec cette fois-ci, pour fil conducteur "#fierdemonmétier, pourquoi et comment partager notre passion pour l’élevage".

Plus d’un million de vues

C’est d’abord en lançant "en interne, dans le lycée, un concours où nous avons proposé aux étudiants de réaliser une vidéo où ils montraient pourquoi ils étaient passionnés par l’élevage et comment ils s’engageaient". Et le résultat dépasse leurs espérances. "Nous avons été très étonnées de la qualité des films, des messages forts, sincères. De belles vidéos", découvrent-elles. Alors, pour les partager et faire la promotion de la conférence à venir, elles créent une page Facebook, "§fierdemonmétier", diffusant les films réalisés, début décembre dernier. Là encore, une belle surprise s’offre à la clé. "C’est l’ impact que ces films ont eu avec plus d’un million de vues dans 50 pays et beaucoup de réactions, très positives. On est très fières de cette page", glisse Leïla savourant à trois "une communication très large jusqu’à Haïti, le Canada".

"On s’est senties utiles"

Et ces étudiantes d’avoir aussi été confrontées "à des propos d’abolitionnistes, parfois très violents". Alors elles ont adopté une stratégie. En premier lieu, "ne pas répondre à l’injure, il y en a eu", laissant à Leïla, seule des trois à ne pas être issue du milieu agricole, l’art d’argumenter faces aux réactions virulentes car "j’arrivais à mettre de la distance, je n’étais pas directement concernée et je pouvais arguer d’une forme d’objectivité". Et si beaucoup d’agriculteurs "ont été très reconnaissants que soient diffusées ces images de gens passionnés aimant leur métier et leurs animaux, nous avons eu aussi des commentaires de gens pas du milieu agricole qui s’interrogeaient et se sont dits soulagés de voir cette réalité et ils nous disaient avoir beaucoup appris", insistent les jeunes filles. "On s’est senties utiles", apprécient celles qui souhaitent un jour s’installer. Et si mauvais élève il y a parfois dans la profession, "c’est très rare et ça ne doit pas être accepté, mais à côté, il y a tout le reste de la classe qui ne mérite pas ça", défendent-elles dans cette promotion d’un métier où ses acteurs avaient beaucoup à s’inspirer des interventions et argumentaires des tables rondes ponctuant les débats de cette journée de l’élevage.

Claire Le Clève

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes