Terra 14 septembre 2017 à 08h00 | Par Arnaud Marlet

Bien-être animal : la guerre des images

La deuxième édition des assises de l'élevage et de l'alimentation, Terre 2017, organisé par le quotidien Ouest-France s'est déroulée le 11 septembre à Rennes. Même s'il est toujours difficile de faire se rencontrer deux "mondes" que tout oppose, le débat sur le bien-être animal et la guerre des images a bien eu lieu.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Débat sur la guerre des images avec Jean-Louis Peyraud de l’Inra, Brigitte Gothière, porte-parole de L214 et Antoine Thibault, éleveur et youtubeur (agriskippy).
Débat sur la guerre des images avec Jean-Louis Peyraud de l’Inra, Brigitte Gothière, porte-parole de L214 et Antoine Thibault, éleveur et youtubeur (agriskippy). - © Terra

"On ne considère plus les animaux comme une ressource alimentaire et on refuse l'exploitation des animaux". Avant l'intervention de Brigitte Gothière, porte parole de L214, Thierry Coué, président de la FRSEA Bretagne a invité la salle à se lever pour dénoncer les méthodes de l'association et Danielle Even, présidente de la chambre d'agriculture des Côtes d'Armor a appelé au "dialogue et non à la peur". Le débat n'avait pas encore commencé mais on pouvait imaginer des discussions houleuses. Les échanges sont finalement restés courtois, même s'il est impossible de concilier des positions aussi contrastées. "Environ un tiers de la planète est composé de prairies. L'élevage apporte de la biodiversité et permet de stocker le carbone. Si on supprime l'élevage, comment on va faire pour nourrir les milliards d'habitants qui seront demain sur la planète ?", a souligné Jean-Yves Peyraud, directeur scientifique adjoint à l'Inra, en charge de l'agriculture.

"Mes bêtes, je les aime"...

Éleveur laitier en Normandie, Antoine Thibault est aussi un youtubeur assez reconnu sur le web. "Mes bêtes, je les aime, je les bichonne, je les soigne... et ma vieille vache Jasmine que je voulais garder sur la ferme, et bien, quand elle avait trop d'arthrose, je l'ai accompagnée à l'abattoir et j'estime qu'elle a eu une belle vie et même une mort utile", a expliqué l'éleveur, qui regrette aussi de se faire insulter et menacer sur Internet par des militants végan. Un élevage comme celui d'Antoine peut-il se maintenir ? "Oui, répond Brigitte Gothière... à condition que le but ne soit pas l'alimentation humaine". Difficile alors d'aller plus loin dans le débat. Pour Chrisitane Lambert, présidente de la FNSEA, "si comme vous le dites chez L214, vous ne refusez pas le débat, venez nous voir, et en plein jour !"

Auparavant dans la journée, les assises de l'élevage et de l'alimentation, dont c'était la deuxième édition, ont traité de thèmes liés à la consommation de viande, à son impact sur les filières de l'élevage et aux attentes des consommateurs.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui