Terra 22 avril 2016 à 08h00 | Par Arnaud Marlet

Coopédom met en place une remise conjoncturelle

La Coopédom est une coopérative agricole qui regroupe actuellement environ 700 adhérents dans un rayon de 40 km autour de Domagné (35). Cette année, son conseil d'administration a décidé de mettre en place une remise conjoncturelle de 11 euros/tonne de fourrage protéique sur la prestation 2016.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Après l'assemblée générale, les adhérents étaient invités sur une exploitation à Pléchatel
Après l'assemblée générale, les adhérents étaient invités sur une exploitation à Pléchatel - © Terraa

"Dans notre souci d'accompagner nos adhérents, nous avons redistribué le résultat 2014 en 2015 à hauteur de 21 euros/tonne de fourrage protéiques, et nous avons fixé les prix d'achats de luzerne et de maïs sur des valeurs hautes des récoltes 2015", a expliqué Philippe Etienne, président, lors de l'assemblée générale qui s'est tenue le 7 avril. Mais pour aller plus loin dans l'accompagnement des éleveurs, une mesure spéciale a donc été prise cette année au vu de la crise que traversent les éleveurs avec une remise conjoncturelle de 11 euros/tonne de fourrage protéique sur la prestation 2016.

La coopérative a été créée en 1969 par une vingtaine d'agriculteurs dont l'objectif était la production et la conservation de fourrages de qualité tout en améliorant les conditions de travail de ses adhérents. Côté récolte, l'année 2014 avait permis à Coopédom de réaliser son meilleur tonnage depuis sa création, avec 46 930 tonnes de fourrages désydratés. En 2015, le volume a été moins important et s'élève à 41 332 tonnes, "mais avec en contrepartie des très bonnes teneurs en MAT", précise Philippe Etienne.

Après la partie statutaire de l'assemblée générale, les adhérents étaient invités à une porte ouverte au Gaec des Landes, à Pléchatel. Un Gaec de 5 associés, avec 280 hectares, une production laitière, vaches allaitantes, volailles et vente directe. Leur intérêt pour le déshydraté est à la fois de diversifier la ration (prairie, luzerne, poids fourrager), et l'autonomie fourragère avec l'implantation de 14 hectares de luzerne. Enfin, la diminution des concentrés leur a permis de réaliser une économie de 19 500 euros, soit une économie réelle de 13 000 euros si on soustrait le coût supplémentaire des fourrages de 6 500 euros.

Repères

- La plaine

2 000 ha de luzerne (4 coupes)

2 500 ha de graminées (1 coupe)

650 ha de maïs épi

1 000 ha de maïs plante entière

- La récolte

3 faucheuses

3 andaineurs

4 ensileuses à caissons

9 semi remorques

- L'atelier déshydratation

2 sécheurs rotatifs

8 presses à granuler

2 presses à balles

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui