Terra 03 octobre 2016 à 08h00 | Par Emmanuelle Le Corre

Près de Lannion, les chantiers d'ensilage entrent dans la ronde

Avec 10 à 15 jours d'avance, les ensilages de maïs dans le département sont déjà bien entamés. A Ploubezre, Jean-Christophe Saliou a lancé le coup d'envoi sur son secteur.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La tournée des remorques a débuté dimanche dernier sur l'élevage de Jean-Christophe Saliou. Lundi matin sous un beau soleil, une ensileuse 8 rangs, des remorques et 2 tracteurs tasseurs étaient à pied d'oeuvre pour finir le chantier de 21 ha. L'ambiance est décontractée même si le temps est compté.
Premier à ouvrir le bal dans le groupe, "c'est moi qui donne le coup d'envoi car mes terres sont séchantes", explique l'éleveur qui produit 340 000 litres de lait sur 50 ha. Habituellement, les travaux démarrent vers le 4 octobre mais cette année comme partout ailleurs, l'ensilage de maïs débute avec 10 jours d'avance.
Un maïs qui a bien résité au manque d'eau
Malgré l'absence de pluie, le maïs s'en sort bien. Dans une terre exposée sud, avec des cailloux et de la pente, le résultat n'était pas gagné ! Après avoir analysé il y a trois semaines le fourrage, l'éleveur avait fixé la date de récolte. En ce début de semaine, le maïs "à point" atteint en moyenne 32 % de matière sèche, atteste l'éleveur, avec des rendements a priori "normaux" autour de 12 tonnes de matière sèche à l'hectare. "Le maïs est beau, propre, les épis pleins. Vu les conditions séchéantes, je suis étonné du résultat", constate-t-il. "L'eau tombée en juin-juillet a fait du bien".
Dans le groupe, l'entraide se poursuivra la semaine prochaine, échelonnée entre le 4 et le 24 octobre. Pourvu que les bonnes conditions météo se maintiennent.

Deux tracteurs avec chauffeurs, l'un de 180 chevaux et l'autre de 400 chevaux, appartement à l'ETA Briand.
Deux tracteurs avec chauffeurs, l'un de 180 chevaux et l'autre de 400 chevaux, appartement à l'ETA Briand. - © terra

10 à 15 jours d'avance en moyenne

"On peut se faire surprendre car cette année, les maïs fourrage ont 10 à 15 jours d'avance en moyenne", rappelle Romain Guégan, responsable technique des fourrages à BCEL Ouest. Précoce, la saison 2016 est en tout opposée à celle de 2015, tardive. Cette année, les taux de matière sèche moyens sont supérieurs à l'année passée de 3 à 5 points. Les fortes températures observées depuis le 15 août et l'épisode de sécheresse estivale expliquent cette avance.
Depuis la deuxième semaine de septembre à l'est du département, les ensilages ont débuté. Avec 2 à 3 points de matière sèche engrangés par semaine, il a fallu accélérer les calendriers. "A Caulnes le 8 septembre dernier, la matière sèche analysée était déjà de 30 %. A Plounévez-Moëdec, la moyenne étant de 25 % le 21 septembre, les premiers ensilages débuteront la 1ère semaine d'octobre sur ce secteur", indique le responsable des "Rencontres matière sèche" de BCEL Ouest.
L'autre élément de cette année si particulière est l'hétérogénéité des résultats avec des écarts de matière sèche analysés allant de 24 à 40 % (analysée à Caulnes le 8 septembre). En effet, le manque de pluviométrie - divisée par deux cet été - a touché les maïs en zone sèche.
Côté conservation, la fibre sèche piège l'air contrairement à une fibre plus élastique. "Dans la mesure du possible, il faut placer le maïs sec au fond du silo, bien éclater les grains et ajouter le maïs vert par dessus", conseille Romain Guégan, qui souligne cependant la surprenante capacité du maïs à faire face à la sécheresse.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes