Terra 31 août 2016 à 08h00 | Par Chantal Pape

Le sous-préfet de Châteaulin découvre l'agriculture finistérienne

A l'invitation de la profession agricole, Bernard Musset, sous-préfet de Châteaulin depuis quelques mois, s'est rendu le 23 août dernier sur l'élevage de Jean-Alain Divanac'h, à Plonévez Porzay. L'occasion de découvrir les atouts et les difficultés de l'agriculture finistérienne.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
A l'invitation de la chambre d'agriculture, la FDSEA et des JA, Bernard Musset, le sous-préfet de Châteaulin a découvert l'agriculture en se rendant sur l'exploitation de Jean-Alain Divanac'h.
A l'invitation de la chambre d'agriculture, la FDSEA et des JA, Bernard Musset, le sous-préfet de Châteaulin a découvert l'agriculture en se rendant sur l'exploitation de Jean-Alain Divanac'h. - © Chantal Pape

C'est une tradition bien ancrée : qu'un haut fonctionnaire soit nommé dans le Finistère et aussitôt la profession agricole l'invite à venir découvrir l'un des piliers de l'économie du département. Après le sous-préfet de Brest, il y a quelques semaines, le secrétaire général de la Préfecture, il y a quelques jours, c'était au tour de Bernard Musset, sous-préfet de Châteaulin, de se rendre sur le terrain. "Je suis en poste depuis fin avril. Mais j'ai d'abord eu à gérer Synutra, la sécurité sur les festivals de l'été...".

 

Situation difficile pour les jeunes

 

Disposant d'un peu plus de temps en cette fin d'été, c'est "avec plaisir" qu'il a répondu à l'invitation des élus de la chambre d'agriculture, de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs. Et, le 23 août dernier, il a passé près de trois heures à Plonévez-Porzay, d'abord pour échanger à bâtons rompus sur l'agriculture départementale, avant de visiter les ateliers lait et porc de Jean-Alain Divanac'h.

Au nom des JA, Michel Cornec, Florian Salaün et Sébastien Le Bris, récemment installés en production laitière, ont ouvert la rencontre en évoquant leurs difficultés, chiffres et relevés bancaires à l'appui. Puis, du prix du lait à l'embargo russe en passant par l'influenza aviaire ou la fermeture de l'abattoir Gad, tous les sujets de préoccupation ont été passés en revue, en n'oubliant pas de mettre l'accent sur les dossiers dans lesquels l'Etat français peut intervenir.

 

Mangez français

 

"En volaille, les distorsions de concurrence nous empêchent de reconquérir le marché français", affirme Didier Goubil, élu à la chambre d'agriculture. Un sujet également brûlant dans les autres productions. "Au sein des filières, le producteur est toujours le dernier servi, rajoute Jean-Alain Divanac'h, membre du bureau de la FDSEA. Les distributeurs préservent leurs marges et les transformateurs reportent leurs pertes sur nos outils". Les responsables en ont également profité pour rappeler la démarche Mangez français et inciter les pouvoirs publics à y adhérer au sein de l'Armée, des écoles, hôpitaux, prisons, ministères...

Précédemment en poste en Dordogne et dans le Maine-et-Loire, Bernard Musset a découvert dans le Finistère "un territoire très différent", mais aussi "une douleur et un désarroi", qu'il n'avait pas rencontré jusque-là.

 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui