Terra 12 juillet 2017 à 08h00 | Par Paul Jégat

Algues vertes, le 2e plan presque sur les rails

Le second plan de lutte contre la prolifération contre les algues vertes est en cours de finalisation. Une ultime étape marquée lundi dernier par une rencontre entre tous les acteurs locaux de la réconquête de la qualité des eaux à Plouaret, sur le bassin versant de La lieue des Grèves (22), suivie mercredi de la réunion du comité de pilotage du plan 2017-2021 doté d'une envoppe financière de 55 millions d'euros.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L'engagement des agriculteurs du bassin versant de la Lieue des Grèves expliquée concrètement sur l'exploitation de Jean-Marc Lohier, à Lanvellec.
L'engagement des agriculteurs du bassin versant de la Lieue des Grèves expliquée concrètement sur l'exploitation de Jean-Marc Lohier, à Lanvellec. - © Terra

La baie de la Lieue des Grèves est emblématique de l'encombrant dossier algues vertes. Le plan de lutte n'aurait sans doute jamais pris une telle ampleur de moyens sans les difficultés qui s'y sont concentrées, en commençant par l'apparition de ces algues dans les annnées 70 et leur prolifération incessante depuis. La mort d'un cheval en 2009, intoxiqué par les émanations d'algues vertes en décomposition sur la plage de Saint Michel en Grève, avait entraîné une polémique sans fin sur la responsabilté de l'agriculture et celle de l'Etat. La réponse publique de grande ampleur interviendra en 2010 avec le lancement d'un premier plan algues vertes, assorti de mesures dites "curatives" de collecte des algues et "préventives" de réduction des nitrates, via un volet agricole incitatif dans 8 bassins versants bretons les plus touchés par le phénomène. Sept ans plus tard, et après les résultats positifs engrangés, un second plan vise à prolonger les efforts pour, cette fois, espérer atteindre l'objectif de l'élimination des algues vertes. Un objectif très ambitieux alors que, sous l'effet des chaleurs de ces dernières semaines, les algues vertes prolifèrent à nouveau dans des proportions record, sur le rivage de la Lieue des Grèves notamment.

20 mg par litre

Mais lundi à Plouaret, au cœur de ce bassin versant de la Lieue des Grèves, on a beaucoup moins parlé d'algues vertes que des moyens engagés et à venir pour les faire disparaître et retrouver un littoral dans son état d'avant 1970. A l'époque, les teneurs en nitrates des eaux brutes n'atteignaient pas encore les 10 mg/litre. Depuis et jusqu'à la fin des années 2000, ces teneurs n'ont cessé de croître pour dépasser les 35 mg. Désormais, elles décroissent pour osciller aujourd'hui autour des 25 mg/ litre, soit une baisse de 10 mg liée aux actions agricoles du premier plan algues vertes. 20 mg à l'horizon 2021, c'est maintenant l'objectif du second plan à l'échelle du bassin versant et de ses cinq cours d'eau s'écoulant vers la mer. Lors de cette réunion tenue en présence de Christophe Mirmand, préfet de région et de Thierry Burlot, vice-président du conseil régional, chacun s'est concentré sur la déclinaison locale de ce futur plan 2017-2021 dont le préfet a confirmé qu'il sera doté d'un financement de 55 millions d'euros. A charge pour les autorités de décider vers quelles actions prioritaires iront ces financements conjoints de l'État, de la Région et de l'Agence de l'eau. Les élus de Lannion Trégor Communauté ont quant à eux plaidé pour un prolongation des efforts déjà entrepris en appui des agriculteurs engagés dans le dispositif de lutte, ils sont 105 dans ce cas (pour 77 % de la SAU) sur les 170 que compte le bassin versant. Augmentation des surfaces en herbe et diminution des entrées d'azote sont les deux piliers de ce plan à l'échelle du bassin, un plan qui ne s'interdit pas d'agir aussi sur le foncier pour encourager les regroupements parcellaires autour des sièges d'exploitation ou encore de favoriser des valorisations nouvelles des productions agricoles vers le bio ou les débouchés locaux. Ici encore, 30 % des surfaces agricoles ont fait l'objet de contrats MAE, autant de détails qui expliquent que le bassin versant totalise un chargement azote hectare inférieur à 90 unités.

Gagnant-gagnant

Les 105 agriculteurs engagés ont tous été consultés individuellement pour donner leur avis sur les priorités agricoles du second plan que Lannion Trégor Communauté a chiffré à 4,7 millions d'euros sur cinq ans et qui mettra un accent particulier sur une entrée agricole plus économique, compte tenu d'une conjoncture dégradée. Lundi dernier, on a surtout insisté sur le caractère "gagnant-gagnant" des actions, avec même des bonifications aux résultats obtenus, convertibles en chèques travaux (ETA et Cuma) pour les exploitants atteignant les objectifs d'engagement. Et tout le monde veut croire que ce deuxième plan algues vertes sera le dernier, que l'on passera sous les 20 mg de nitrates par litre dans les cours d'eau, et "que les algues vertes disparaîtront comme elles sont apparues" selon Jean Claude Lamandé, en charge de l'agriculture à la communauté de communes. Edwige Kerboriou, agricultrice à Plouzelambre et membre du comité professionnel agricole de la Lieue des Grèves est encore plus determinée, "S'il faut aller au bout du bout, on ira". Même détermination chez Jean-Marc Lohier, lors d'une visite sur son exploitation laitière à Lanvellec, grâce aux actions d'échanges parcelllaires, il a pu constituer une SAU en cohérence avec ses choix de production. Passé de 32 ha de prairies avant échanges à 40 ha regroupés autour du siège, et de 28 à 18 ha de maïs ensilage, il a préféré repenser le fonctionnement de l'exploitation, réduire son troupeau (de 60 à 45 vaches), investir dans un robot d'occasion et un aménagement des logettes...et maîtriser ses coûts alimentaires contenus à 65 euros des 1000 litres (et 40 en période estivale). Plus aucun apport d'azote minéral, accès des vaches au pâturage à l'année, pour lui tout irait bien... si les prix étaient au rendez-vous.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui