Terra 02 mars 2017 à 08h00 | Par Chantal Pape

Négociations commerciales : FDSEA et JA passent à l'action

Samedi dernier, à l'appel de la FDSEA et des JA, les producteurs se sont rendus au Leclerc de Plougastel Daoulas pour tirer la sonnette d'alarme : dans les négociations commerciales entre industriels et grande distribution, cette dernière tente encore de tirer les prix vers le bas alors que les agriculteurs, en crise depuis des années, ont besoin de hausses pour faire face à leurs charges et espérer tirer un revenu de leur travail.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le 25 février dernier, François Plougastel et Agnès Kerbrat, vice-présidents de la FDSEA, ont longuement échangé avec Alain Dolou, directeur de l'hypermarché E.Leclerc de Plougastel Daoulas.
Le 25 février dernier, François Plougastel et Agnès Kerbrat, vice-présidents de la FDSEA, ont longuement échangé avec Alain Dolou, directeur de l'hypermarché E.Leclerc de Plougastel Daoulas. - © Chantal Pape

 

"Les centrales d'achat demandent un prix à la baisse alors que le marché est orienté à la hausse". Alors que les négociations commerciales entre industriels et distribution touchent à leur fin, la FDSEA et les JA ont voulu tirer la sonnette d'alarme et se sont rendus au Leclerc de Plougastel Daoulas le 25 février dernier. "On ne peut pas continuer avec des prix si bas", plaide Agnès Kerbrat, vice-présidente de la FDSEA. Alain Dolou, le directeur du magasin, entraîne les agriculteurs dans les différents rayons, lait, viande, charcuterie... et montre les efforts de l'enseigne pour acheter français et faire figurer l'origine des produits sur les étiquettes. "Leclerc fait son possible". La réponse des producteurs ne se fait pas attendre. "Vous vous vantez pourtant d'être l'enseigne la moins chère". "Pas au détriment des producteurs", assure le directeur, sans beaucoup convaincre. "Il faut que vous réduisiez vos marges", lui rétorque-t-on aussitôt.

En lait, alors que plusieurs accords seraient déjà signés, avec Sodiaal, Laïta, Le Gall, la Sill..., les premiers bruits de couloir font état d'un prix équivalent à 340 ¤/1 000 l pour le producteur. "Largement insuffisant, tempête François Plougastel. Il faut qu'on arrive à 380 ¤, le niveau de 2014. Si vous ne le faites pas, on va tous crever et ce sera le désert dans les campagnes". Et le vice-président de la FDSEA d'insister. "A 340 ¤, on arrive à peine au point d'équilibre. Il faut 380 ¤ pour les récents investisseurs, les jeunes...". D'autant que le marché se redresse. "Et la grande distribution traîne des pieds !"

Pendant ce temps, à l'appel de la FDSEA et des JA, les agriculteurs ont distribué des tracts pour alerter les consommateurs : si le prix payé au producteur ne cesse de baisser, le prix de vente au consommateur, lui, est à la hausse.
Pendant ce temps, à l'appel de la FDSEA et des JA, les agriculteurs ont distribué des tracts pour alerter les consommateurs : si le prix payé au producteur ne cesse de baisser, le prix de vente au consommateur, lui, est à la hausse. - © Chantal Pape

Les familles, aussi, pâtissent de la crise

 

"Je suis fatiguée à force de me battre". Samedi dernier, avant de rencontrer le directeur du magasin, c'est aux journalistes qu'Agnès Kerbrat, vice-présidente de la FDSEA, vient expliquer la présence des agriculteurs au Leclerc de Plougastel Daoulas. L'air las, elle raconte son quotidien. "J'en ai ras le bol. Ca fait un an qu'on se mobilise et rien ne change ! Il est temps que les politiques agissent : je veux des actes, pas des paroles".

Et celle qui est aussi présidente de la section régionale des agricultrices d'évoquer "des pleurs, de la détresse" chez les femmes qui se confient à elle. "C'est la famille qui en pâtit. Les enfants, on les prive de tout. On travaille, on a besoin d'un salaire ! L'agriculture aussi a le droit à la dignité". Et d'en appeler aux politiques. "Qu'ils nous disent s'ils veulent encore garder l'agriculture en France ou s'ils préfèrent tout acheter ailleurs".

 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui