Terra 01 juillet 2016 à 08h00 | Par Claire Le Clève

La santé des végétaux sous surveillance

Elle veille sur la bonne santé des végétaux en Bretagne. Mais la Fredon voit ses missions croître. À la clé, des enjeux sanitaire et économique importants, ont rappelé ses responsables, mercredi à Pontivy, lors de l'assemblée générale.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Virginie Alavoine, directrice adjointe de la Draaf au coté de Jean-François Tréguer, président de la Fredon et Gérard Angoujard, directeur. (© Terra) Le datura stramoine © Terra La berce du Caucase © Terra

La Fredon est au chevet des plantes bretonnes et veille sur leur bonne santé. Si elle garde un œil sur les nuisibles et les plantes invasives ou toxiques, elle prévient aussi leur extension. "Elles prennent de l'ampleur", regrette Gérard Angoujard, directeur, "l'agence régionale de la santé est venue nous rencontrer et nous a mandaté. Il y a de vraies inquiétudes sur ces plantes là", alerte-t-il. Alors, la Fredon lutte pour les maîtriser et les éradiquer, elle forme, informe, conseille... Beaucoup de missions face à une multitude de dangers bien réels : feu bactérien, mort subite du chêne, capricorne asiatique, pépino, tylc, rhyzomanie, pourriture brune, globodéra sur la pomme de terre, charançon rouge, ambroisie, berce du caucase, datura, tigre du pieris, pyrale, oïdium.....Leur évocation tient autant d'une liste à la Prévert, par leur diversité, que des rayonnages de la petite boutique des horreurs, par leurs conséquences. Car l'impact de tous ces organismes est délétère, tant sur la santé des végétaux ou des humains, que
sur l'environnement (voirencadrés).

Reconnaître, surveiller, agir

"La gestion du sanitaire dans le domaine végétal est donc un enjeu majeur, notamment pour la compétitivité des filières agricoles", insiste Jean-François Tréguer, président de la Fredon, à l'évocation des conséquences de l'arrêt "brutal, sur 2 ans du financement de la Fredon par le conseil régional". Un manque de 60 000 euros pour la fédération, seule structure reconnue en Bretagne pour la défense des végétaux et désignée comme OVS (organisme à vocation sanitaire). Une reconnaissance qu'elle partage avec l'OVS animal avec laquelle elle construit "l'association sanitaire régionale de Bretagne où la Fredon Bretagne aura un rôle majeur avec pour mission d'établir le schéma de maîtrise des dangers sanitaires". Un domaine où le travail en réseau est essentiel, comme l'auront rappelé ses responsables à l'évocation des nombreux partenariats tissés pour garantir l'alerte et la réactivité en matière de protection.

 

 

- © Terra

Invasives, attention dangers

"Elles prennent de l'ampleur", ces plantes invasives sont redoutées de tous, notamment de l'Agence régionale de la santé qui a missionné la Fredon sur leur gestion. Pas étonnant alors que la structure régionale, mercredi à Pontivy, les ait mises au menu de son assemblée générale. Pour présenter ces végétaux invasifs, Olivier Audras, leur spécialiste. Il identifie, diffuse l'information et les conseils de lutte, gère les foyers. Parmi les surveillances confiées à la Fredon :

- Le datura stramoine (85 foyers) : plante pionnière, toxique, psychotrope avec effets sur le système nerveux central... Elle s'implante dans les zones remaniées et possiblement dans les cultures légumières d'été irriguées. "Elle peut se retrouver dans un lot de légumes de conserve. Même avec juste un fragment, le risque existe. Si la plante est là, on ne récolte pas", indique-t-il. Conséquence ? "Une perte sèche pour le producteur".

- La berce du Caucase (40 foyers). Cette plante monumentale, pluriannuelle présente un risque sanitaire majeur : sa sève rend la peau photosensible entraînant des brûlures au 2nd et 3e degrés.

- Le raisin d'Amérique (22 foyers, dans le 56 et 35) dont la plante est intégralement toxique, conduisant à la mort par ingestion.

Des fiches sur ces espèces sont à télécharger sur www.fredon-bretagne.

En cas de doute faire une photo et l'adresser par mail à Olivier Audras : olivier.audras@fredon-bretagne.fr

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes