Terra 03 septembre 2016 à 09h00 | Par Claire Le Clève

Couverts végétaux, pour réussir une implantation soignée

La réglementation oblige à couvrir les sols en hiver. Une contrainte qui offre pourtant des bénéfices, à condition d'en soigner l'implantation. Si sa précocité garantit son efficacité en matière agronomique, pour la structuration du sols et la production de biomasse...le mélange d’espèces est intéressant tant pour les fourrages que pour la reconnaissance des SIE (Surfaces d'intérêt écologique). Il complexifie la donne pour un semis homogène. Autres éléments, le bon débit de chantier avec le bon matériel, aussi en TCS. Autant d'aspects abordés le 24 février dernier par la FD Cuma en partenariat (1) à Taupont.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une démonstration pour tester le matériel à disposition et rappeler les intérêts, nombreux, des couverts végétaux
Une démonstration pour tester le matériel à disposition et rappeler les intérêts, nombreux, des couverts végétaux - © Claire Le Clève

 

 

34 °, mercredi 24 août. Au premier passage du Terrastar (lire encadré 2), déchaumeur intermédiaire entre outils à disques et à dents du constructeur anglais Claydon, la terre de la parcelle de la Ville au blanc, vole en poussière. L'outil est présenté pour la première fois en Bretagne à l'occasion de ces journées de démonstration orchestrées dans les quatre départements bretons par les FD Cuma.

Affaire de précocité

Sur le Gaec de la famille Touzard qui met à disposition sa parcelle, ce n'est pas pour la recherche d'humidité résiduelle du sol que cette démonstration a eu lieu peu après les moissons. D'eau, il n'y en a pas ! Et c'est bien dommage car elle serait favorable à une bonne levée des couverts, effet recherché. Car les principales espèces semées requièrent 1 000 degrés jours pour se développer correctement. D'où les recommandations de précocité d'implantation pour cumuler la somme de température nécessaire et profiter, si possible, de l'humidité restant encore dans le sol. "C'est une période avec beaucoup d'hectares à semer avec une préoccupation de bons débits de chantier. Avant, un covercrop suffisait pour implanter un couvert unique. Aujourd'hui, avec les SIE, il faut avoir un semoir capable de semer des mélanges avec des graines de tailles différentes, et c'est compliqué ", campe Eric Touzard, coté recherche de solutions techniques.

De larges bénéfices

Une réelle préoccupation pour la cinquantaine d'agriculteurs venus pour l'occasion. Sans compter que "le couvert répond à l'ensemble des enjeux environnementaux, tant sur les aspects azote, phosphore que phyto pour préserver la qualité de l'eau", enchaîne Aurélie Chatelier du grand bassin de l'Oust (GBO). Finie la mise du couvert pour relever l'unique enjeu de piège à nitrates, car si l'un des atouts de cette culture est bien de pomper le reliquat d'azote du précédent cultural, c'est loin d'en être le seul bénéfice. Côté sols, les couverts assurent une protection contre l'érosion, "éviter la fuite du phosphore qui est liée à cela", un effet structuration par les racines, le dopage la vie microbienne et complément de fourrage... "C'est efficace si vous réfléchissez en amont le choix des espèces, la période d'implantation, suivant vos rotations et à la culture suivante... Ne négligez pas non plus la dose sans oublier la destruction derrière", inventorie la technicienne. Coté agronomie, le couvert augmente la dose de carbone dans le sol et donc la matière organique. "Cela dope l'activité biologique des sols. Avec le couvert, pour obtenir ces effets bénéfiques, l'objectif est donc de produire le maximum de biomasse et de tonnage par ha", enchaîne Philippe Lanuzel, agronome de la chambre d'agriculture. Pour la composition du mélange, "tout dépend du système et de l'effet recherché, si on a ou pas des légumes ensuite, si on cherche de la biomasse, une valorisation fourragère", inventorie Olivier Michel de la Cecab suivant les mélanges proposés par la coopérative avec introduction de légumineuses.

Avec le bon matériel

Reste à choisir le bon matériel pour l'implantation du couvert. Et il n'est pas neutre, "vu que l'on veut valoriser les couverts dont les prix de semences sont élevés, autant les semer dans de bonnes conditions et avec les bons outils ", résume de la démonstration Christopher Brachet de la FD Cuma 56. Avec le concours des Cuma locales, la voie verte et l'espoir, et celui du constructeur anglais Claydon, matériels, type de travail et coûts ont pu être comparés pour au final, mettre tous les atouts afin de réussir une bonne implantation. Ainsi, un fin lit de semence avec déchaumage superficiel avec disques ou dents, entre 2 et 4 cm maximum, avec une répartition homogène, une bonne densité et rappui après semis, garantiront une levée rapide et homogène.

Claire Le Clève

 

 

 

 

 

 

 

Tableau

Coût d'implantation d'un couvert suivant le matériel utilisé

 

Une démonstration en partenariat
Une démonstration en partenariat - © Claire Le Clève

(1) Démonstration en partenariat

*Pour cette démonstration qui se déroulait en parallèle sur les trois autres départements bretons, la FD Cuma avait réuni en appui les responsables et le matériel de la Cuma la voie verte de Loyat (covercrop de marque Souchu et semoir petites graines Delimbe et combiné de semis herse rotative et semoir à céréales Lely avec cultivateur frontal)et de la Cuma espoir de Saint Gérand (Semoir TCS à disques de marque Vaderstad), le technico-commercial du constructeur Claydon pour présenter le déchaumeur à bêches roulantes et le semoir TCS à dents. Les représentants de la chambre d'agriculture intervenaient sur les bienfaits agronomiques, tandis ceux du grand bassin de l'Oust sur les intérêts environnementaux, et de la Cecab sur le choix des variétés à privilégier suivant le système et effet recherché, CIPAN ou dérobés, compatible ou non avec la culture de légumes dans la rotation de la parcelle.

Grande largeur pour le Terrastar qui faisait ses premières armes en Bretagne à l'occasion de ces démonstrations avec ses 68 bêches roulantes en guise de dents
Grande largeur pour le Terrastar qui faisait ses premières armes en Bretagne à l'occasion de ces démonstrations avec ses 68 bêches roulantes en guise de dents - © Claire Le Clève

(2)L'effet bêches, l'effet boîte à œuf

Avec ses 6,4 m de largeur, pour une vitesse optimale de passage comprise entre 12 et 15 km/h et un rendement quotidien de 90 ha pour une puissance de traction de 150 cv, le Terrastar de la marque anglaise Clayton faisait la semaine passée ses premières démonstrations en Bretagne. Cet outil à dents constitué de 68 bêches roulantes (à 4 dents en étoile) travaille le sol de manière superficielle. Au premier passage après la moisson, "il améliore la dégradation des pailles et détruit les pontes de limaces", relève le technicien de la marque jaune."L'effet est un faux-semis favorable à la germination des graines et des adventices qui seront détruites par la suite", poursuit-il. Deux passages sont donc nécessaires pour donner toute son efficacité à l'outil qui agît par arrachement et poinçonnement et dont le travail des bêches à 8 cm de profondeur "donne un effet boîte à œufs" et qui, utilisé au printemps, permet de réchauffer la terre. Son coût, près 20 000 euros HT.

Semer un couvert a un cout, d'où l'intérêt de s'appliquer
Semer un couvert a un cout, d'où l'intérêt de s'appliquer - © Claire Le Clève

Coût d'implantation du couvert

 

Matériels les plus utilisés en 3m Débit de chantier Prix de revient*

Combiné de semis 1 ha/h 73 euros/ha

Déchaumeur à disques + semoir 2 ha/h 46 euros/ha

Semoir de TCSL 24 ha/h 50 euros/ha

 

Herse Etrille 12 m avec semoir : 8 ha/h - 2 l/ha - 14 e/ha

 

* Le prix de revient comprend l'outil, le tracteur et la main d’œuvre.

 

Coût du déchaumage * : de 35 e/ha à 43 euros/ha (3m)

DDI 6 m : 5 ha/h - 6 l/ha - 22 euros/ha

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui