Terra 27 janvier 2017 à 09h00 | Par Claire Le Clève

Ils dénoncent des promotions " humiliantes et illégales "

"Humiliantes, inacceptables et illégales", c’est ainsi qu’ils jugent les promotions qui ont fleuri, la semaine passée dans toutes les enseignes de la grande distribution. Les producteurs de la FDSEA du Morbihan sont allés demander des comptes et leur retrait immédiat des rayons Leclerc de Vannes et Ploërmel, et Carrefour, vendredi dernier. Instantanés.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Des promotions affichant des ristournes allant jusqu’à 70 % du prix du produit, " humiliantes, illégales et inacceptables " pour Marie-Andrée Luherne
Des promotions affichant des ristournes allant jusqu’à 70 % du prix du produit, " humiliantes, illégales et inacceptables " pour Marie-Andrée Luherne - © Claire Le Clève

 

 

 

"On brade nos produits ! Moins 70, moins 50, moins 30 % ! Sur toutes les marques de produits laitiers, que ça vienne de nos coop ou du secteur privé !", s’indigne Marie-Andrée Luherne. "En plein crise laitière, chaque pourcentage de moins sur ces prix, c’est du revenu en moins pour nous", enchaîne l’un des 15 éleveurs venus en renfort. Avec ses collègues, la productrice de lait ne décolère pas en feuilletant le dernier catalogue de promotions du centre Leclerc de Vannes. "En bradant ces produits laitiers de qualité, qui respectent toutes les normes, on liquide les producteurs, c’est humiliant, inacceptable", répète t-elle. En quelques minutes, le directeur de l’enseigne vannetaise rencontré par la responsable de la section lait de la FDSEA, fait retirer les produits incriminés. Une course de rapidité se joue alors avec les éleveurs, prêts à les sticker dans les rayons, ce vendredi midi. Le même scénario se joue aussi dans la même enseigne de Ploërmel et se reproduira un peu plus tard au Carrefour de Vannes.

 

Promotions indécentes et illégales

"Et c’est illégal", rajoute Marie-Andrée Luherne, s’appuyant sur les derniers dispositifs de la loi Sapin qui interdit la vente d’un produit "en dessous d’une ristourne de 30 % de sa valeur. L’esprit de la loi est celui là, nous entendons qu’il soit respecté", appuie-t-elle fermement. Des promotions jugées "indécentes" dans un contexte de crise et de baisse de la production. "Nous l’ avons réclamée face à l’effondrement des cours. Les laiteries manquent de matière première pour faire tourner leurs usines. Elles donnent des rallonges laitières mais pas les prix qui ne remontent pas assez vite...". Et la responsable d’estimer que ces promotions sont un bien mauvais signe qui leur est adressé. "On n’a même pas sorti la tête de l’eau qu’on nous l’enfonce de nouveau". Et de rappeler, "derrière, il y a des hommes et des femmes qui fabriquent ce lait, des familles qui souffrent ". Rarement invoqué par la FDSEA, Marie-Andrée Luherne rappellera pourtant "qu’un agriculteur se suicide en France tous les deux jours. Ça laisse tout le monde indifférent ? ", interroge-t-elle devant l’urgence à voir les prix payés aux producteurs à la hausse.

 

Quel retour aux producteurs ?

"Tout le monde se porte bien mais pas nous", enchaîne t-elle. "On va revenir, surveiller" prévient-elle alors que les négociations de prix dans la grande distribution sont en cours. "Les laiteries nous demandent un coup de pouce avec des actions en magasins pour aider leurs négociateurs à passer des prix ! Mais quel retour pour nous ? Ceux proposés sont toujours inférieurs de 8 à 10 % par les quatre qui se partagent la grande distribution". Et tous les ans, le même rapport de force, "usant. Ce n’est pas normal, nous sommes les grands perdants", estiment lassés les producteurs qui préviennent : "ils nous spolient, on ne pourra pas survivre très longtemps dans ce modèle".

 

Claire Le Clève

 

accroche : chaque pourcentage de moins sur ces prix, c’est du revenu en moins pour nous"

Opération d’étiquetage interrompue par le retrait des rayons des produits en promotion
Opération d’étiquetage interrompue par le retrait des rayons des produits en promotion - © Claire le Clève
les enseignes leclerc ou comme ici carrefour de vannes étaient visées
les enseignes leclerc ou comme ici carrefour de vannes étaient visées - © CLC
"On brade nos produits ! Moins 70, moins 50, moins 30 % ! Sur toutes les marques de produits laitiers, que ça vienne de nos coop ou du secteur privé !"
"On brade nos produits ! Moins 70, moins 50, moins 30 % ! Sur toutes les marques de produits laitiers, que ça vienne de nos coop ou du secteur privé !" - © Claire le Clève

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui