Terra 10 juin 2016 à 08h00 | Par Paul Jégat

La coop... comme un sentiment d'appartenance

Gilles Bars est plus que jamais convaincu de la pertinence du modèle coopératif. Cet éleveur laitier costarmoricain de Pommerit Le Vicomte, près de Guingamp, peut même en témoigner avec une certaine humilité, lui qui de 2008 à 2010 - en pleine crise du lait - a dû clôturer et solder le très lourd dossier Unicopa. La page est tournée mais il en a la mémoire vive. De cet épisode, il a gagné une forme de sagesse sur ce que sont et doivent être les coopératives : des modèles de gouvernance. Pas moins !

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Gilles Bars, en charge de la vie coopérative à Coop de France et de la révision  des coopératives dans le cadre du haut conseil de la coopération agricole (HCCA).
Gilles Bars, en charge de la vie coopérative à Coop de France et de la révision des coopératives dans le cadre du haut conseil de la coopération agricole (HCCA). - © Terra

Cet épisode douloureux est comme marqué au fer rouge...La plus importante coop bretonne de l'époque, véritable fleuron, exemple de ce que des coopératives unies pouvaient réaliser ensemble et longtemps citées en modèle coopératif, sombrait corps et âme après avoir régné sur le lait, le porc, la volaille et l'aliment, rien que ça.

Six ans après avoir tourné cette page là, Gilles Bars n'en démord pourtant pas, c'est bien le credo coopératif qui a permis de trouver une solution à ce naufrage d'Unicopa, pour les éleveurs adhérents et leurs productions comme pour les 4 500 salariés. Cooperl, Terrena, Coopagri (qui n'était pas encore Triskalia) puis Sodiaal, les autres coop ont été là pour sauver les productions, les outils, les emplois...et le capital social constitué des parts des adhérents.

Après un tel cauchemar, Gilles Bars aurait pu lâcher la barre, il ne l'a pas fait et est devenu vice-président de Triskalia. Esprit de responsabilité et sens de l'engagement ont pris le dessus. Tant et si bien qu'à Coop de France Ouest, il est aujourd'hui un des responsables de la commission "vie coopérative", tout en présidant la mission de révision des Coop de l'Ouest, une instance de contrôle qui, tous les cinq ans, réalise un audit de chaque coop et vérifie la bonne application de la gouvernance coopérative des entreprises. Car, les coop ne sont pas des entreprises ordinaires, elles vivent de l'engagement mutuel des uns et des autres, celui des coop vis-à-vis de leurs adhérents, celui des adhérents vis-à-vis de leur coop. Gilles Bars évoque l'importance d'un sentiment d'appartenance à la coop et la nécessaire relation de confiance entre coop et adhérents. Pour lui, beaucoup reste encore à faire quand, à son goût, trop peu d'adhérents s'investissent dans le quotidien de leur coop, par exemple en participant régulièrement aux réunions et assemblées générales. Il juge également indispensable la formation des adhérents et plus encore celle des administrateurs à la gestion ou à l'économie de marché, afin de pouvoir faire les meilleurs choix et décider. "On est en responsabilité", dit-il pour appuyer le rôle des administrateurs vis-à-vis de leur coopérative. Mais d'autres défis doivent également être gagnés, à commencer par celui de la transmission des exploitations qui conditionne l'avenir de l'agriculture... et celui des coop. "Il faut réfléchir à de nouveaux modes d'installation des jeunes, à de nouveaux modes de financement", insiste-t-il.  À bientôt 59 ans, sur ce sujet là aussi, il sait de quoi il parle.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui