Terra 16 novembre 2016 à 08h00 | Par Chantal Pape

Mais d'où vient ce que l'on mange ?

C'est parce qu'elles trouvaient dommage que les enfants vivant à la campagne n'aient pas toujours la réponse à cette question que cinq agricultrices de Ploudiry ont proposé des animations aux deux écoles primaires de leur secteur.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Avant de déguster les soupes, petite reconnaissance de légumes. © Chantal Pape Animal ou végétal ? Pas si facile de classer les aliments selon leur origine pour ces petits de maternelle ! © Chantal Pape Dans ces boîtes mystère, se cachent des pommes de terre, des noix ou un potimarron. Pas évident de le deviner rien qu'au toucher... © Chantal Pape Petite dégustation à l'aveugl pour tenter de reconnaitre des ingrédients mystère dans cakes et gâteaux © Chantal Pape Du produit brut au produit transformé, un petit quizz qui a bien plu aux enfants ! © Chantal Pape

Il règne une belle effervescence, ce matin-là, à l'école Saint Joseph, à La Martyre ! Dans la cour de récréation et dans les couloirs, les groupes d'enfants se croisent en chahutant, pressés de participer à la prochaine animation. Il faut dire que le programme est alléchant : cinq agricultrices ont investi les lieux pour une demi-journée et leur proposent de découvrir de façon ludique ce qui fait la base de leur alimentation. Ici, il faut deviner au toucher ce que contiennent ces boîtes mystère. Là, c'est en en goûtant plusieurs soupes que l'on doit énumérer leurs ingrédients. Un peu plus loin, encore plus difficile, c'est les yeux bandés qu'il faut déguster cakes et gâteaux pour tenter d'y déceler des ingrédients insolites : carotte, courgette, tomate...

"Il est quand même dommage que des enfants vivant en milieu rural ne sachent pas d'ou provient ce qu'ils mangent". Avec quatre autres agricultrices et mamans d'élèves, Fabienne a saisi l'idée de la semaine du goût pour proposer une animation aux institutrices. Et c'est ensemble qu'elles ont imaginé cinq ateliers qui puissent se décliner des maternelles aux CM2, pour y impliquer toute l'école. "C'est une première, indique Stéphanie Le Jeune, la directrice. Les classes devraient maintenant aller visiter des exploitations. Et certains niveaux vont continuer à travailler sur ces sujets pendant toute l'année". Pari gagné pour les agricultrices, qui vont maintenant réaliser les mêmes animations à l'école publique et imaginent déjà de pérenniser cette demi-journée, "peut-être tous les deux ans".

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui