Terra 06 octobre 2016 à 08h00 | Par Chantal Pape

Phytos : des projets d'arrêté qui inquiètent

Dans le cadre de la journée d'action nationale lancée par la FNSEA, la FDSEA du Finistère a invité les parlementaires à se rendre sur une exploitation, afin de mesurer concrètement l'impact qu'auraient les modifications envisagées de l'arrêté de 2006. Des actions similaires (lire aussi en pages 4-5) étaient conduites dans les autres départements bretons.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La FDSEA du Finistère a invité les parlementaires à se rendre chez Gilles Morvan, éleveur de moutons à Lopérec, afin de visualiser l'impact qu'aurait une modification de l'arrêté phytos de 2006.
La FDSEA du Finistère a invité les parlementaires à se rendre chez Gilles Morvan, éleveur de moutons à Lopérec, afin de visualiser l'impact qu'aurait une modification de l'arrêté phytos de 2006. - © Terra

"Dans cette parcelle de 4,6 ha, des ZNT de 50 mètres entraîneraient le gel de 3,5 ha". Des ZNT ? Ce sont des zones de non traitement. Apparues dans l'arrêté du 12 septembre 2006, elles fixent des distances, de 5 à 100 mètres le long des cours d'eau et plans d'eau, en-deçà desquelles il n'est pas possible d'appliquer de produits phytosanitaires. Mais cet arrêté a été abrogé et les ministères de la santé, de l'environnement et de l'agriculture réfléchissent à une nouvelle écriture. Et les échos sont loin d'être rassurants... "Le projet prévoit de nouvelles ZNT pour les fossés, les lieux d'habitation et les ZNCA, les zones non cultivées adjacentes, telles que forêts, bosquets, jachères, friches... dès qu'elles dépassent 5 mètres en bordure de parcelle", énumère Charline Alenda, chargée de l'environnement à la FDSEA du Finistère.

23 % de la SAU gelée

Dans le cas de Gilles Morvan, éleveur de moutons et forestier à Lopérec (29), le calcul est vite fait. Située en plein cœur des Monts d'Arrée, avec une vue imprenable sur le Mont-Saint-Michel de Brasparts, l'exploitation n'est que très peu concernée par la présence de riverains. Mais son parcellaire est bordé de bois et forêts et, si l'arrêté passe en l'état, c'est 23 % de sa surface qui ne pourra plus être traitée par les phytos. "Au niveau national, la FNSEA a estimé que 4 millions d'hectares seraient touchés, indique Jean-Alain Divanac'h. Et en Bretagne, sur le seul critère ZNT eau, on arrive déjà à 55 000 ha".

Inacceptable

Si la profession juge ces propositions inacceptables, "elles menacent des milliers d'emplois agricoles et vont encore accroître les distorsions de concurrence", elle ne comprend pas ce tour de vis supplémentaire. "Nous avons déjà fait des efforts". Et le responsable de la commission environnement de la FDSEA du Finistère de citer le Certiphyto, détenu par 96 % des agriculteurs, les réductions de doses, les buses anti-dérive... "Selon les chiffres de la DDTM, 87 % des contrôles santé des végétaux n'ont signalé aucune anomalie". Sans compter que, dans le cadre de la loi d'avenir, un autre projet d'arrêté est en cours de rédaction sur la protection des personnes vulnérables, en maison de retraite, école, crèche ou hôpital...

À quand une réelle simplification ?

Ces nouvelles ZNT, qui varient de 5 à 50 mètres en fonction des produits phytos, pourraient éventuellement être réduites, en fonction de la culture, en cas d'utilisation de buses anti-dérive ou de MCRED, moyens complémentaires visant à réduire l'exposition à la dérive. "On ne gagne ni en simplification ni en visibilité", souligne Jean-Alain Divanac'h, qui souhaite que les parlementaires appuient la demande de la profession de conserver l'arrêté 2006 en l'état. "Il y a urgence : le projet d'arrêté doit être finalisé courant octobre".

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui