Terra 19 octobre 2017 à 08h00 | Par Chantal Pape

Erasmus permet aussi aux Maisons familiales de partir à l'étranger

Le programme européen Erasmus fêtait ses 30 ans les 13 et 14 octobre derniers. L'occasion, pour les Maisons familiales, de souligner que leurs élèves, aussi, profitent de ce programme européen de mobilité pour partir en stage à l'étranger.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
C'est avec beaucoup d'enthousiasme que ces jeunes, parties en Suède pendant un mois au printemps  dernier, ont fait part de leur expérience aux autres élèves des Maisons familiales du Finistère. (© Terra)  © Terra Des cupcakes ou des scones pour la Grande Bretagne, un enclos à moutons pour l'Irlande, une pizza pour l'Italie : les élèves ont symbolisé, à leur façon, le pays qui les a accueilli en stage. © Terra

Des cupcakes aux couleurs vives, une pizza appétissante, des moutons en laine dans leur enclos... : vendredi dernier, réunis au pôle des métiers, à Landivisiau, les élèves des Maisons familiales du Finistère ont rivalisé d'imagination pour représenter, à leur façon, le pays dans lequel ils ont effectué leur stage. "L'idée ? Donner envie aux plus jeunes de partir à leur tour", explique Marie Guillou, formatrice en anglais et cheville ouvrière du programme Erasmus à la maison familiale de Poullan sur Mer.

Maturité et ouverture

Voilà déjà cinq ans que l'établissement profite du programme Erasmus pour proposer à ses élèves de Première de partir en stage d'un bout à l'autre de l'Europe : Grande-Bretagne d'abord, proximité avec le port de Roscoff oblige, puis la Suède, la Hongrie, la Lettonie et bientôt la Croatie. Et ici, comme dans les autres maisons familiales engagées, pas question de faire marche arrière ! "Les bénéfices sont énormes pour nos jeunes, affirment d'une même voix les enseignantes. Durant ce séjour, ils gagnent en maturité. Et acquièrent une ouverture à l'autre et à des cultures très différentes des leurs".

Dix ans déjà

"Si Erasmus fête ses 30 ans, nos Maisons familiales ont rejoint le dispositif il y a une dizaine d'années, détaille Nathalie Bordereau. Et, en 2017, 220 élèves, issus de 15 Maisons, partiront dans 15 pays européens". Avec un objectif ambitieux, "que d'ici 2020, ce soient nos 30 établissements bretons qui en profitent".

Les enseignants aussi

Si le stage est obligatoire, partir à l'étranger reste une option, au choix de chacun. Et les freins sont encore nombreux à lever dans la tête des jeunes, pas toujours enclins à tout quitter pour aller vers l'inconnu. Mais aussi dans celle des parents, qui trouvent leurs enfants bien jeunes, ils sont tous mineurs, pour partir ainsi à l'aventure. "C'est tout l'inverse", veut leur expliquer celle qui se charge d'animer ce programme au sein de la fédération bretonne des Maisons familiales.

Car le programme Erasmus commence par la mobilité des enseignants, qui partent une semaine à l'étranger afin de tisser des liens avec un établissement scolaire et des entreprises. "Nous vérifions toujours leur capacité à accueillir des stagiaires, à transmettre leur savoir". Des enseignants qui vont accompagner les jeunes à destination, jusque leur lieu d'hébergement et leur entreprise, puis qui retourneront les chercher et feront, sur place, un premier bilan du stage avec l'entreprise d'accueil.

"C'est un gros travail administratif, reconnaît Nathalie Bordereau. Mais il permet de rassurer les parents". Vendredi dernier, les 220 élèves finistériens venus découvrir le programme Erasmus avaient des étoiles plein les yeux en quittant le pôle des métiers... Nul doute qu'ils seront nombreux, l'année prochaine, à vouloir, à leur tour, découvrir Malte, le Portugal, les Pays Bas, la Belgique ou la Grèce...

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui