Terra 20 mai 2016 à 08h00 | Par Emmanuelle Le Corre

Le top de la génétique à l'honneur aux Terralies

Cinq races laitières et trois races à viande : le concours bovin des Terralies rassemblera les plus beaux spécimens du département avec plus de 400 bovins présents dans le hall 3, avec pas moins de 160 vaches en race Prim'holstein et 70 en race Normande. Il est vrai qu'après le grand show du national Normand en 2015, l'ambiance cette année sera plus intimiste, chacun retrouvera ses habitudes et ses repères. En piste, les premières foulées sur le ring débuteront dès le vendredi 27 mai à partir de 10 heures par le concours Normand. Ce même jour et pour la 3e édition consécutive, une vente aux enchères sera organisée, ouverte à 3 animaux dans chacune des trois races à viande. Appréciées pour leur qualité bouchère, les bêtes seront jaugées à loisir par l'œil expert d'artisans bouchers avant d'être vendues au meilleur prix. Quelques spécimens de race Blanc bleu belge seront également présents à Terralies.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Hortensia, pré-sélectionnée 
au concours européen de Mende en avril dernier, sera à Terralies avec son éleveur Jean-Pierre le Flohic (Pont-Melvez, 22).
Hortensia, pré-sélectionnée au concours européen de Mende en avril dernier, sera à Terralies avec son éleveur Jean-Pierre le Flohic (Pont-Melvez, 22). - © Terra

Dans l'actualité récente de la Brune, il y a eu le concours européen à Mende. L'occasion de s'intéresser à cette race séduisante par ses atouts.

Jean-Pierre Le Flohic de l'EARL Pont Ar Léguer, président du syndicat de la race Brune en Côtes d'Armor, a vu sa participation au concours européen de la race lui filer sous le nez, en avril 2016. "Deux de mes animaux étaient pré-sélectionnés mais n'ont pas été retenus", regrette l'éleveur qui conduit un élevage de 49 vaches à 100 % en race Brune. Ce passionné a toutefois pris la route pour Mende (Lozère), mais en simple visiteur. Des élevages du grand Ouest ont participé à l'évenement, venus des départements des Côtes d'Armor, Ille-et-Vilaine, Vendée, Maine-et-Loire, Loire-Atlantique, Manche. Le Gaec La Saudraie à Langourla (22) a même remporté un
2e prix de section face à des vaches suisses qui ont survolé le concours. "La suisse a envoyé à Mende ce qu'elle avait de meilleur. Les animaux ont des mamelles exceptionnelles. Leurs vaches ressemblent à des Holsteins mais en plus enrobées", indique l'éleveur admiratif.

Palma, une vache suisse, a décroché bien des titres : grande championne, championne adulte, meilleure laitière et meilleure mamelle adulte. En 6e lactation, cette brune a produit 14 138 kg de lait en 305 jours à des taux de 40,2 de TB et 33,7 de TP. Époustouflant.

Les atouts de la Brune

En effet, un des atouts de la race, outre son caractère docile et son adaptation aux différents climats, est sa capacité à produire un lait riche en protéines, idéal pour la transformation. En 1994, Jean-Pierre Le Flohic choisit d'introduire des animaux de la race dans son troupeau pour améliorer le taux azoté. Sur la dernière campagne laitière 2015-2016, le troupeau a produit un lait à 44,2 de TB et 34,8 de TP à un niveau de production moyen de 7 653 kg de lait par vache. L'incidence des taux, selon les chiffres du contrôle laitier, s'élève à 12 000 € sur la dernière campagne, ce qui n'est pas rien au vu du contexte. En Côtes d'Armor, la première vache brune est arrivée en 1994, aujourd'hui, le nombre atteint 450 animaux contrôlés. "L'effectif se maintient mais n'augmente pas", décrit le président. "Aujourd'hui, les éleveurs n'ont pas d'argent pour investir, adhérer à un organisme de contrôle ou venir en concours". Il est à noter un frein à la race brune lié à la faible valorisation du veau, à moins de pouvoir engraisser les mâles bruns sur l'élevage.

À Terralies seront présents 15 vaches brunes et 5 éleveurs costarmoricains. Jean-Pierre Le Flohic, qui domine depuis quatre ans le podium espère, fair play, "laisser sa place à un autre élevage". La grande championne 2015, Elsa, sa fille Hortensia (pré-selectionnée pour Mende) et deux autres vaches seront à Terralies 2016. Du beau spectacle en perspective.

Sébastien Rolland et le taureau Héron, un mâle de 4 ans qui a concouru au SIA cette année.
Sébastien Rolland et le taureau Héron, un mâle de 4 ans qui a concouru au SIA cette année. - © Terra

Limousine : la jeune génération prend la relève

Passionné par la race Limousine, Sébastien Rolland a repris la relève sur l'Èlevage familial.
Après Paris 2016 pour la première fois avec son taureau Héron, il présentera à Terralies
un beau lot d'animaux. Détails.

La famille Rolland à Lannion - Hervé Rolland le père et aujourd'hui Sébastien, le fils - est un incontournable de la génétique limousine en Bretagne, présente depuis les années 2000 sur les rings des Côtes d'Armor. L'installation individuelle de Sébastien Rolland en avril 2015, à la suite de ses parents, ne pouvait pas débuter sous de meilleurs auspices : le jeune homme, pour la première fois de l'histoire de l'élevage, a décroché le summum : une place à Paris d'où il a ramené un 3e prix de section avec le fameux taureau Héron. Bel exploit.

Héron, le héros

Sébastien Rolland, âgé de 28 ans, conduit un troupeau de 60 mères allaitantes de race Limousine et la suite (toutes les femelles sont gardées au moins jusqu'au premier vêlage). Héron est l'un des trois taureaux présents sur l'élevage avec Félin, qualifié reproducteur reconnu et Jomarin, qualifié Espoir.

À l'exception des mois d'octobre et novembre, les taureaux de l'élevage sont utilisés, même sur les génisses, c'est pourquoi l'éleveur recherche des taureaux avec une bonne facilité de naissance.  Chaque choix de taureau est donc mûrement réfléchi. Héron, fils de Turbot (Gaec Launay, 35) est élevé en copropriété avec l'élevage naisseur, l'EARL RD à Châtillon-en-Vendelais (35). Ce taureau a été choisi pour ses qualités morphologiques, de viande et de bassin, des atouts recherchés pour la descendance du troupeau. "Je recherche de bons animaux mixtes avec de la viande à l'arrière et sur le dos, de la finesse d'os et des qualités maternelles. Dans les prochains mois, je privilégierai cette fois l'achat de taureau mixte", annonce l'éleveur, qui achète aussi des reproducteurs de la station de Lanaud. Bientôt, Héron quittera l'élevage, une fois ses index connus, et ce afin de varier les origines génétiques au sein du troupeau. En résultent de ce travail de sélection des niveaux élevés d'index : IFNais, 100 ; IVMat, 102  et ALait, 103.

S'afficher et se mesurer aux autres

Fidèle des concours, l'élevage a connu d'autres moments forts. Régence au Space, a remporté le
titre de meilleur animal du con-cours en 2012. Et plus récemment en octobre dernier, Jade, une génisse née en 2014, fille de Félin, a décroché le titre de meilleur animal du concours à Pontivy.

"Les concours, c'est une façon de se mesurer aux autres", reconnaît Sébastien Rolland, qui a participé dès l'âge de 12 ans à ses premiers concours. En ces temps difficiles, c'est aussi un moyen de séduire de potentiels acheteurs. Ici, dix à quinze reproducteurs sont vendus par an en moyenne. Alors, monter à Paris est non seulement une fierté mais aussi une vitrine inespérée, explique l'éleveur, qui participe aux concours départementaux, régionaux et nationaux.

Ambiance assurée

Mais à Terralies le 28 mai prochain, le stress de Paris sera bien loin. L'éleveur, le plus jeune du groupe, rejoindra la dizaine d'élevages et la cinquantaine d'animaux inscrits au concours interdépartemental. Sébastien Rolland emmènera avec lui six animaux de qualité parmi lesquels Jade, Héron et deux de ses fils. Le concours se déroule habituellement dans une ambiance saine et bon-enfant. Pour preuve, les trois syndicats de races Limousine, Charolaise et Blonde d'Aquitaine ne composent plus qu'un seul stand. Entre eux, ils s'arrangent pour l'achat de la nourriture des animaux. Même le repas des éleveurs est partagé de façon collégiale.

 

Pratique :

Concours Limousin : 50 animaux venus des Côtes d'Armor, Morbihan (4 élevages) et Finistère (1 élevage).

Samedi 28 mai, de 14h à 17h, hall 3, parc expo Brézillet.

Le détail des concours

Vendredi 27 mai :

- Concours normand de 10 h à 17h

- Concours montbéliard de 14h à 16h

- Pesée - vente aux enchères de 15h à 18h

- Mise à l'honneur d'un éleveur et de son animal à 19h30

- Inauguration et apéritif dinatoire à 20h.

 

Samedi 28 mai :

- Concours prim'holstein de 9h30 à 17h

- Concours brune de 10h30 à 13h

- Présentation charolais de 10h30 à 11h30

- Concours pie rouge de 14h30 à 17h30

- Concours limousin de 14h à 17h.

 

Dimanche 29 mai

- Concours blonde d'Aquitaine de 10h à 13h

- Présentation de vaches par les jeunes de 10h30 à 12h

- Défilé des champions à partir de 14h.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui