Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

144 millions de pertes pour l'agriculture

Avec la suppression de l’allègement des charges pour l’emploi de travailleurs saisonniers, des organisations de producteurs craignent pour l’avenir de certaines filières. Le coût du travail est l’un des principaux vecteurs de distorsions de concurrence en Europe.

Les cultures spécialisées risquent d’être particulièrement impactées.
Les cultures spécialisées risquent d’être particulièrement impactées.
© Stéphane Leitenberger

Les organisations de producteurs sont inquiètes depuis l’annonce de la suppression du dispositif permettant aux employeurs, de main-d’œuvre saisonnière, d’être exonérés de charges.

Au niveau national, la FNSEA estime que cette mesure concerne 870 000 contrats et représenterait une perte sèche de 144 millions d’euros pour les agriculteurs. Certaines filières sont particulièrement menacées, comme la filière viticole qui emploie environ 45 % des travailleurs saisonniers. Concrètement, cela correspond à une augmentation du coût du travail de 1,50 € par heure. Ainsi, un employeur qui utiliserait 10 000 heures d’emploi saisonnier perdrait 15 000 euros. "Sur mon exploitation, j’emploie environ 30 à 40 saisonniers pour les récoltes. Si demain on supprime l’allègement, je n’aurai pas les moyens de payer 15 000 euros de plus en main-d’œuvre, donc mon exploitation risque de disparaître", dénonce Gregory Chardon, président de la FDSEA de la Drôme, viticulteur et arboriculteur.

Les cultures spécialisées risquent d’être particulièrement impactées, selon les producteurs de légumes de France, les filières pourraient perdre jusqu’à 57 millions d’euros par rapport à 2017. "Pour les légumes, le coût du travail représente 30 à 70 % du coût de production", rappelle Céline Camgrand Vila, responsable de la commission emploi des producteurs de légumes de France. Afin de compenser la disparition du CICE(1) et du Tode(2), le Gouvernement proposerait un allégement maximal à 1 Smic, contre 1,25 auparavant. Ceci ne convainc pas les organisations professionnelles. "Les salaires de nos saisonniers sont plus à 1,1, voire 1,2 Smic, car on a les congés payés, et souvent des heures supplémentaires, quand vous devez récolter les tomates le vendredi, ça ne peut pas attendre le lundi", explique Céline Camgrand Vila. Elle estime le coût supplémentaire à environ 189 euros par mois par salarié. "Par exemple, pour une exploitation qui emploie une trentaine de travailleurs saisonniers, pendant quatre mois, cela correspondrait à 24 000 euros supplémentaires. Ce n’est pas quelque chose que l’on va pouvoir répercuter sur les prix de vente, on vit souvent sur les prix du marché car on ne peut pas stocker, on dépend de l’offre et de la demande", souligne la responsable de la commission emploi des producteurs de légumes de France. En juin, par exemple, les tomates françaises ont connu une crise, face à la faible consommation et à une forte production, les prix ont chuté, pour un coût de production de 1 euro, le prix de vente est descendu à 0,50 euro.

 

De plus en plus de distorsions de concurrence

Au-delà du coût direct qu’une telle mesure représente pour les exploitations agricoles, les producteurs craignent aussi la concurrence des pays européens. "Entre le CICE et le Tode, on arrivait à rester à peu près compétitifs, sans ces allègements ça ne sera plus le cas", alarme Céline Camgrand Vila. En Allemagne, en Italie ou encore en Espagne, le coût du travail est inférieur d’environ 30 % par rapport à la France. Or, ces pays représentent d’ores et déjà de forts concurrents pour les fruits et légumes et le vin. "À terme, ce genre de mesure signifie la disparition du maraîchage, et va fortement impacter la production viticole au niveau commercial, la concurrence du vin espagnol, par exemple, va fortement empirer", alerte Gregory Chardon. Ces suppressions d’allégements représentent une véritable déception pour les organisations, qui mettent aussi en garde contre la disparition du modèle français. "Ces allègements permettent de produire en France, avec les conditions françaises de travail comme l’accès à la sécurité sociale, avec le droit du travail, etc. C’est aussi un moyen d’éviter les travailleurs détachés", rappelle Céline Camgrand Vila.

Les organisations de producteurs et la FNSEA sont donc mobilisées afin de demander au Gouvernement le maintien des exonérations et ainsi conserver une agriculture compétitive. "Au niveau de notre département on prépare des rencontres avec les parlementaires, on a aussi interpellé la direction départementale des territoires et le préfet afin de leur expliquer l’impact que ce genre de mesure aurait sur les filières", raconte Grégory Chardon.

(1) Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi.(2) Travailleurs occasionnels demandeurs d'emploi agricole.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le tribunal de Saint Brieuc exige du GDS la délivrance des ASDA
Depuis plusieurs mois, un conflit oppose des éleveurs adhérents ou non adhérents du GDS, au sujet, d'une part, du montant des…
Notre agriculture devrait-elle répondre aux diktats pour perdurer et être légitime ?

De plus en plus, nous, agricultrices et agriculteurs devons répondre à des injonctions, et même plus que cela, à de…

Après 7 ans au Canada, Julien Thomin s'installe à Plouider
Salarié pendant 10 ans, dont 7 au Canada, Julien Thomin a fait le choix de revenir sur l'exploitation familiale, à Plouider (29)…
Pourquoi et comment mesurer le bilan environnemental des élevages ?
Sur la question environnementale, l'élevage est pointé comme une cause importante de dommages à l'échelle de la planète, avec des…
TICPE : faites vos demandes de remboursement 2019, avant le 31 janvier 2020

La loi n° 2019-1479 de finances pour 2020 va supprimer le taux réduit applicable au gazole non routier (GNR), auquel sera…

"On vit une guerre économique"
Invité à intervenir à l'occasion de l'assemblée générale de la FDSEA 35 qui se déroule le 20 février prochain, Gil Rivière-…
Publicité