Aller au contenu principal

Etude du Cnaséa
2 installations sur 3 sans aide de l'Etat

Sur les 16 000 à 17000 exploitants qui s'installent chaque année, les deux tiers le font sans aides de l'Etat. Du moins la moitié si on exclut les transferts entre époux.

Le Centre national d'aménagement des structures des exploitations agricoles (Cnaséa) vient de publier une étude : "Les agriculteurs non aidés : installation et devenir". Selon elle, 16 000 à 17 000 exploitants s'installent chaque année en agriculture, nombre relativement stable depuis le début des années 2000. Il est en tout cas insuffisant pour compenser les cessations d'activité. Conséquence : 10 000 exploitations agricoles disparaissent chaque année en France.
A noter surtout que le tiers seulement de ces installations sont des installations aidées. Ce qui veut dire que les deux tiers de ces installations, soit 10 à 11 000 sont réalisées sans aide de l'Etat, souligne le Cnaséa. Si on exclut 20 à 25 % de ces dernières qui correspondent à des transferts entre époux et qui n'interviennent pas dans l'étude, il reste donc 8 000 installations réellement non aidées. Elles se répartissent pour moitié entre des chefs d'exploitation qui s'installent avant 40 ans d'une part, et après 40 ans d'autre part, l'âge limite pour bénéficier de la DJA.
Ces agriculteurs sont loin de l'image de marginaux qui leur est souvent attribuée. Au contraire, les non-aidés sont pour la plupart issus de familles agricoles et pratiquent le même type d'agriculture que leurs homologues bénéficiaires des aides de l'Etat. Ils sont, de plus, généralement originaires de la zone où ils s'installent. Seuls 20 % viennent d'une autre région ou d'un autre pays.

Formation insuffisante
Le plus souvent (dans 60 % de cas), c'est l'amour du métier et de la nature qui explique l'installation. Cependant, 30 % s'installent par tradition familiale et un sur dix dans le but d'avoir un statut et de cotiser pour la retraite.

1 sur 4 est Pluriactif

A noter également que les trois quarts des non-aidés se sont installés à titre exclusif. Autrement dit, un non-aidé sur quatre est pluriactif. Parmi eux, plus de la moitié sont installés à titre secondaire. C'est-à-dire que plus de la moitié de leur revenu n'est pas issue de leur métier d'agriculteur.
Quant à la situation financière des non-aidés, elle est très variable. Si 60 % des exploitations sont viables, 15 % n'apportent aucun revenu. Mais malgré ce bémol, le taux d'arrêt d'activité (hors retraite ou préretraite) est relativement bas. Après dix ans d'activité, 85 % des non-aidés sont encore en place.
A la question de savoir pourquoi les non-aidés de moins de 40 ans n'ont pas bénéficié des aides publiques, l'enquête du Cnaséa révèle qu'une petite minorité seulement a fait la demande mais que le dossier a été refusé pour diplôme insuffisant dans la moitié des cas, pour la non-réalisation du stage de six mois dans un quart des cas et de revenu prévisionnel insuffisant dans 20 % des cas. Il y a donc 90 % des non-aidés qui n'ont pas effectué de démarche pour obtenir les aides. 57 % d'entre eux se savaient d'avance non éligibles (principalement pour diplôme insuffisant) et n'ont donc pas jugé utile de faire la demande. 54 % ont avancé un refus d'entrer dans un système d'aides (37 %) ou un manque de temps (17 %).
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Jean-Elie Le Crom : "J’avais vraiment envie de m’installer"
Son truc ?  "Les vaches et le lait". Une passion ! Jean-Elie Le Crom l’a chevillée au corps. Alors, à 22 ans, il vient de…
Du maïs semé tous les 50 cm pour réduire l’usage des phytos
Si il est courant de semer son maïs avec un inter-rang de 75 cm, Alex Delamarre et Philippe Briand, entrepreneurs agricoles sur…
L’irrigation : "l’assurance récolte de toute la filière"
Fin des six syndicats locaux qui contribuaient depuis 40 ans au développement de l’irrigation en Bretagne. Place à Breizh…
Les éleveurs de volailles en colère contre certains distributeurs
La semaine passée la Confédération française de l’aviculture (CFA) dénonçait "l’indifférence des enseignes Carrefour, Casino et…
63% des abattages de porcs en Bretagne aux mains de trois groupes en 2020
En 2020, à partir des données Uniporc Ouest, le nombre de porcins abattus en Bretagne montre une diminution de l’activité. Dans…
PCAEA : des nouveautés dans les appels à projets qui viennent d’être ouverts
La Région Bretagne vient de lancer trois appels à projets 2021 du plan de compétitivité et d’adaptation des exploitations…
Publicité