Aller au contenu principal

Sica de Saint Pol de Léon
2009, une année de projets

Segmentation, restructuration des stations, logistique, mise en marché commune avec d'autres bassins de production, communication interne… : la Sica de Saint Pol de Léon ne manque pas de projets pour 2009.

De gauche à droite : Jean-François Jacob, secrétaire général de la Sica de Saint Pol de Léon, Pierre Bihan Poudec, président, et Olivier Sinquin, directeur.
De gauche à droite : Jean-François Jacob, secrétaire général de la Sica de Saint Pol de Léon, Pierre Bihan Poudec, président, et Olivier Sinquin, directeur.
© Terra

"La mise en marché est notre cœur de métier", rappelle Pierre Bihan Poudec, président de la Sica de Saint Pol, pour expliquer le rapprochement opéré avec les cadrans de Normandie, du Nord et de la Belgique. A l'automne dernier, durant un mois, le chou-fleur a été mis en vente à la même heure sur l'ensemble des marchés. "Les conclusions sont plutôt positives".

Regrouper l'offre

Face à une grande distribution qui s'est structurée au niveau européen, l'idée est de faire la même chose du côté producteurs. "Il faut rééquilibrer les forces, plaide Jean-François Jacob, secrétaire général de la Sica. Nous allons poursuivre la réflexion en 2009, en l'élargissant à l'ensemble des légumes communs aux différents bassins de production et, pourquoi pas, à d'autres régions productrices de légumes".
2009 sera aussi, pour la zone légumière finistérienne, l'heure de prendre des décisions sur une restructuration des stations. "Il y a eu jusqu'à 120 dépôts, se souvient Jean-François Jacob. Puis nous sommes descendus à 60. Aujourd'hui, il y a une vingtaine de stations, dont 4 dédiées à l'échalote. Il nous faut encore optimiser et moderniser nos outils".
A l'heure où le transport coûte de plus en plus cher et où l'Europe se déplace vers l'est, la logistique sera, plus que jamais, au cœur des réflexions de la Sica. "Nous ne nous interdirons pas d'être acteurs sur certains projets, s'ils nous permettent de réduire les coûts, affirme Jean-François Jacob. Nous regardons aussi du côté du conditionnement, des calibres, du transport par rail ou mer. Et la France est l'un des derniers pays où les 44 tonnes n'ont pas le droit de circuler".

Rajeunir l'image de certains légumes

"La Sica est là pour optimiser le revenu du producteur", rappelle son secrétaire général. C'est dans cette logique qu'elle propose toujours plus de segmentation, pour mieux coller à la demande. "En 2009, nous allons lancer une gamme de légumes anciens, rutabagas, panais, crosne, topinambours... Nous allons aussi proposer une nouvelle barquette pour la fraise, destinée à la grande distribution, où nous sommes moins présents".
Segmentation toujours avec un sachet ouvert pour le chou-fleur, une barquette micro-ondable pour l'artichaut, des jeunes pousses de salade ou de la mâche pour le marché du frais, de l'ail rosé tressé, de l'oignon épluché main, de nouvelles références en mini-légumes... "Ces nouveautés nous permettent de séduire une nouvelle clientèle, de rajeunir l'image de certains légumes, comme le chou-fleur ou l'artichaut...".

Informer les producteurs

2009 sera aussi l'année du lancement s'un site Intranet à destination des adhérents de la Sica. "Il y a une tradition orale à la Sica mais, aujourd'hui, il y a tellement de productions différentes que nous avons du mal à informer chacun", reconnaît Pierre Bihan Poudec. Opérationnel dans les jours qui viennent, le site permettra une plus grande réactivité sur les cours des différents légumes, mais aussi sur l'état des marchés, la veille concurrence, une revue de presse... "Les producteurs seront mieux informés de ce qui se passe dans la structure et autour d'eux : ils pourront prendre les bonnes décisions en toute connaissance de cause", estime Jean-François Jacob.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Marché foncier en croissance, des prix qui continuent de progresser
Un an de crise sanitaire n'auront pratiquement eu aucune incidence sur l'activité du marché foncier et de la Safer. Mieux, le…
Choucas : du blé pour camoufler le maïs
Ravageurs, désherbage du maïs et pression des maladies sur céréales…, programme dense à la réunion bout de champ Agrocultures,…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
L’agriculture intensive et le hors sol : une chance pour la Bretagne

Productiviste, industrielle et intensive à outrance : voilà les qualificatifs réducteurs et mensongers dont certains ne…

Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
Publicité