Aller au contenu principal
Font Size

22 000 producteurs ont réduit volontairement leurs livraisons

Avec la crise sanitaire liée au Covid 19, les marchés laitiers ont connu une brusque réorientation au printemps. La fermeture des marchés de producteurs, l’arrêt de la restauration hors foyers (RHF), le quasi-monopole des grandes et moyennes surfaces (GMS) pour s’approvisionner en denrées alimentaires : ces événements ont entraîné une modification profonde de la consommation chez nos concitoyens. La filière laitière a mis en place un dispositif exceptionnel de lissage de la production de lait.

Redoutant que le pic de production annuel, attendu au printemps, ne vienne saturer les outils de transformation et craignant de voir les producteurs contraints par leurs laiteries de jeter du lait, la FNPL a proposé au Cniel, en conformité avec le régime dérogatoire de l’article 222 de l’OCM autorisé par la Commission européenne, un dispositif exceptionnel de lissage de la production de lait en indemnisant les producteurs pour le lait non produit. Un fonds de solidarité, issu de la propre trésorerie du Cniel, dont le montant maximum annoncé s’élevait à 10 millions d’euros a été débloqué.

 

Les litrages non produits indemnisés

Ainsi, tout producteur de lait affichant une baisse de 2 à 5 % de son volume produit en avril 2020, par rapport à avril 2019 (ou mars 2020 pour les cas dérogatoires) était éligible à une indemnisation pour le lait non produit, à hauteur de 320 €/1 000 l. Finalement, le Cniel a recensé, par le biais des laiteries, 22 000 exploitations éligibles au dispositif, réparties de manière aussi homogène sur l’ensemble du territoire français que l’est la production laitière. Les volumes indemnisables sont de 48 millions de litres de lait non produits, largement au-delà des 31 millions programmés. Le Cniel a décidé d’indemniser tous les volumes non-produits sur la base du tarif annoncé (320 €/1 000 l) et donc de porter son enveloppe en faveur des producteurs de lait de 10 à 15,28 millions d’euros (+50 %).
Le versement de l’indemnisation devrait intervenir dans le courant de l’été. Il sera opéré directement par les laiteries aux éleveurs laitiers concernés et sera intégralement financé par le Cniel. Dans le contexte incertain de l’après crise sanitaire, l’ensemble de la filière laitière s’accorde à dire que "le collectif renforce l’équilibre" et maintient sa feuille de route établie au travers du plan de filière "France, Terre de lait".

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Cette année, les moissons de céréales affichent de faibles  rendements
Avec le retour du soleil, les moissonneuses sont nombreuses dans les champs de la région ces derniers jours. En revanche, même si…
Nouveau cadre financier pour 2021-2027 : Quelles conséquences pour la réforme de la Pac ?
Les discussions entre les dirigeants européens qui ont abouti à un accord le 21 juillet ont porté sur les enveloppes budgétaires…
Revenu des agriculteurs : l’objectif de deux Smic est hors d’atteinte
Les revenus bruts par actif agricole non salarié avoisinent plutôt le Smic. Seuls les producteurs de porcs, de volailles standard…
"L’agriculture est un élément déterminant du plan de relance"
A peine 24 heures après avoir été nommé au ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, Julien Denormandie recevait la…
Dans le Finistère, un appel à projets pour les exploitations innovantes
Souhaitant accompagner les mutations de l’agriculture, le conseil départemental du Finistère vient de lancer un appel à projets…
Du maïs poussant, en floraison  sur la moitié sud et est Bretagne
Si cette année, les céréales ne sont pas à la fête, le maïs, avec des situations tout de même hétérogènes, laisse entrevoir à ce…
Publicité