Aller au contenu principal

50 ans de GVA à Malestroit en livre

Ils ont fait un livre. Un livre pour raconter l’histoire, la leur, celle du GVA de Malestroit. Un livre pour ne pas oublier. Un devoir de mémoire et une somme de récits qui retracent, sur 50 ans, entre 1958 et 2008, le développement de l’agriculture en Bretagne. D’histoires en Histoire.

"l’équipe du jeudi", Gilles Cancouët, Marie-Odile Goudy, Marie-Pierre Racouët, Noëlle Lanoë et Michel Robert
"l’équipe du jeudi", Gilles Cancouët, Marie-Odile Goudy, Marie-Pierre Racouët, Noëlle Lanoë et Michel Robert
© C.L.C

 

 

"Tout le monde avait beaucoup travaillé par décennie pour le cinquantenaire de notre GVA, en 2008. On avait plein d’histoires, des témoignages, des saynètes, des chansons. C’était très riche", se rappelle Marie-Pierre Racouët, présidente du GVA de Malestroit fédéré aujourd’hui dans Idréa (pour initiative, développement rural et agricole). "Tous nos anciens nous ont dit qu’il ne fallait pas perdre tout ça, demandé d’en faire quelque chose". Un petit groupe,"l’équipe du jeudi", Gilles Cancouët, Marie-Odile Goudy, Marie-Pierre Racouët, Noëlle Lanoë et Michel Robert, avec l’aide de Dominique Loubère, de la chambre d’agriculture, s’attelle à la tâche en 2009, reprend les récits, en récolte et compile de nouveaux, structure et articule les éléments. La matière est là, riche, précise, nourrie, savoureuse, cocasse et parfois pleine de poésie. Une manne.

 

Travail intergénérationnel

"Quand on croisait les anciens, ils nous demandaient, ça en est où ? "… Car un temps mis de côté, Il faudra sept années et l’impérieux désir de tenir promesse pour faire advenir ce devoir de mémoire. Mi-janvier, il a pris forme, issu "d’un merveilleux travail de groupe intergénérationnel", savoure Marie-Pierre Racouët. Un livre de 75 pages réalisé "sans gros moyen", avec l’aide du prix des "trophées de la vie locale", remis par le crédit agricole, le soutien d’Idréa et celui de l’association Maltrec pour la composition. Une somme de récits à mettre entre toutes les mains ! Car au travers des anecdotes, celle de l’achat groupé en 1964 qui permet de voir arriver les premiers congélateurs à Ruffiac, ou du "135 Ferguson, le pulvé de Marcel, rouge au départ, jaune à l’arrivé, comme le bonhomme", ou encore de " Nouvelle ", la petite vache pie noir de Tirpen qui découvrira la stabulation à logette, c’est toute l’histoire d’un développement agricole qui a pour mission de nourrir la France, et pour l’accompagner ? "Le GVA, moteur de la vulgarisation".

 

Années décisives

On y lira aussi la formation, la reconnaissance du travail des femmes, leur émancipation, "franchement, qu’est-ce que je suis contente d’être agricultrice aujourd’hui. Quand je suis arrivée il y a une dizaine d’années, j’ai été directement associée. Mais pour arriver à cela… Quel travail et c’est fragile", résume entre autres, la présidente d’Idréa, sur la conquête du statut des femmes. "La technique a su améliorer le confort de travail, libérer des tâches intéressantes", pointe-t-elle aussi sur cette période de progrès. Reste des constantes, "la bataille sur les prix, celui du lait. 50 ans plus tard, on y est encore !" regrette t-elle. Il y aussi la mutation de la spécialisation des exploitations et l’affirmation d’un modèle breton. "On a fait de la qualité et du volume plutôt que de se démarquer par des AOC et des labels. Pourtant il y aurait de quoi faire aussi", estime t-elle, pointant une diversité de futurs possibles. De ceux que les groupes de développement continuent à inventer, préparer et nourrir. "Des cartes d’optimisme pour garder foi et passion du métier", et garder la main.

Claire Le Clève

"la bataille sur les prix, celui du lait. 50 ans plus tard, on y est encore !"

 

 

En pratique

"1958-2008, 50 ans du GVA de Malestroit", 75 pages, noir et blanc.15 euros.

Distribué auprès de l’antenne de la chambre d’agriculture de Ploërmel, Cométias, parc de Ronzouze, BP 24, 56 800 Ploermel ou directement auprès de l’équipe du jeudi

Contact : Noëlle Lanoë: 06 89 70 43 63 noelle48@hotmail.fr.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Des protéines végétales bretonnes pour réduire les importations de soja
Si la Bretagne importe 95 % des protéines végétales dont elle a besoin pour nourrir ses animaux d’élevage, le GIE SVP est bien…
Le Finistère surfe sur le Bien manger
Après avoir lancé son PAT, projet alimentaire de territoire, le Finistère a continué sur sa lancée, en faisant de 2020 l’année du…
Bovins mutilés : comment agir ?
Depuis plusieurs mois, des faits de mutilations de chevaux ont été signalés un peu partout en France et font régulièrement la Une…
"Vivre de ma passion, pas pour ma passion"
À l'occasion du Space la semaine passée, une visite d'exploitation était organisée pour mettre en avant les efforts des…
Robots d’alimentation, pour quels bénéfices ?
Avec l’agrandissement des structures, les robots d’alimentation se multiplient dans les élevages. Pour quels bénéfices ? Chambres…
Carbocage ou combien de carbone stocké dans vos haies ?
La haie bocagère recèle de richesses, y compris fourragères. Elle contribue aussi au piégeage du carbone. Mais de combien ?…
Publicité