Aller au contenu principal

500 000 000 € à investir sans savoir si ce ne sera pas broyé demain 

© Patrick Cronenberger

Les 3 300 entreprises de la production française de végétaux doivent aujourd'hui engager un demi-milliard d’euros (en plants, intrants, recrutement de contrats saisonniers, matériel à acheter ou rénover), pour permettre la mise en culture des végétaux sans avoir à ce jour aucune visibilité sur la suite de la saison. Déjà fortement impacté par le confinement du printemps dernier, l’ensemble de la profession horticole demande des "garanties sur la pleine capacité des circuits de commercialisation au printemps 2021". Elle demande le "classement du végétal comme produit de première nécessité au risque de voir sacrifiée cette filière française d’excellence. Ce choix ne tolère ni l’incertitude, ni la précarité de la situation actuelle quant à la pleine liberté d’ouverture de l’ensemble des circuits de commercialisation au printemps 2021. Les fleurs, plantes, arbres sont vivants, périssables, non transformables, non stockables et sans autre alternative commerciale".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Publicité