Aller au contenu principal

70 tracteurs finistériens à Paris pour réclamer un allègement des charges

Mardi dernier, 70 tracteurs finistériens ont pris la route pour aller manifester à Paris. Une première dans l'histoire des revendications agricoles. Et le signe d'un profond ras-le-bol dans les campagnes, les agriculteurs n'ayant pas reculé devant 1 200 km, aller-retour, et 4 jours d'absence sur leur exploitation, pour se faire entendre !

"Quand on reste ici, on n'est pas écoutés". La preuve ? "L'accord que les légumiers ont obtenu le 24 septembre dernier n'a toujours pas été respecté". Alors Jacques Jacob n'a pas hésité longtemps quand FDSEA et JA ont évoqué un déplacement en tracteurs à Paris. Installé depuis un mois, en EARL avec sa soeur, il produit des mini-légumes, des pommes de terre primeur et du chou pomme sur 7 ha de plein champ et 2 ha sous abri. Et a une idée bien précise de ce qu'il va demander au Gouvernement, en montant à la capitale. "On a trop de charges". Des charges salariales, d'abord, pour cet employeur d'un CDI et d'occasionnels. "La main d'oeuvre représente 30% du coût de production en tomates et jusqu'à 60 à 70% en mini-légumes. Comment lutter avec des pays où le coût du travail est bien moindre ?" Mais aussi une fiscalité qu'il juge inadaptée. "Il est urgent de la repenser entièrement".

 

Trouver des solutions

 

Eleveur à Mespaul, Eric Trévien sera aussi du voyage à Paris. "Ce mois-ci, le lait nous sera payé 320 €/t, quand on était presque à 400 € l'an passé à la même époque". Dans ces conditions, impossible de faire face à ses charges. "Je me suis installé il y a 7 ans et j'en suis déjà à ma troisième crise". Autant dire qu'il a déjà fait le tour des marges de manoeuvre dont il disposait pour diminuer son coût de production !

"Puisqu'on ne peut pas fixer le prix, il faut impérativement trouver une solution pour les charges". Comme en légumes, il demande à revoir le coût de la main d'oeuvre et la fiscalité agricole. "On paie sur des variations de stocks !" Mais aussi à alléger les contraintes environnementales qui pèsent sur les exploitations. Comme 140 autres agriculteurs finistériens, deux par tracteur, il n'a pas hésité à faire 1 200 km, aller-retour, et à s'absenter 4 jours de son exploitation pour faire entendre ses revendications.

Le coût du déplacement, carburant et repas, est estimé à 1 000 € par tracteur. "Il sera pris en charge collectivement, indique Thierry Merret, le président de la FDSEA. Grâce à la solidarité du réseau et à l'appui de nos partenaires de l'amont, bien conscients que, si on n'est plus là demain, eux non plus". Mais les producteurs n'entendent pas faire le déplacement pour rien ! "On attend des réponses".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le Finistère surfe sur le Bien manger
Après avoir lancé son PAT, projet alimentaire de territoire, le Finistère a continué sur sa lancée, en faisant de 2020 l’année du…
Légumes de conserve, gérer la variabilité et le prix juste
Une campagne mitigée avec une tendance aux moindres performances des légumes en conserve et surgelé. La Bretagne n’échappe pas au…
Tout Feu Tout Frais traque additifs, conservateurs, colorants et arômes
À Plabennec (29), voilà 20 ans déjà que Brédial et sa marque Tout Feu Tout Frais traquent sans relâche additifs, conservateurs,…
Une farine pleine de promesses
Produire une farine à base de blé issue d‘une agriculture locale et raisonnée, tout en répondant aux attentes du consommateur,…
Bovins mutilés : comment agir ?
Depuis plusieurs mois, des faits de mutilations de chevaux ont été signalés un peu partout en France et font régulièrement la Une…
Les ministres trouvent un accord sur la future PAC

Le 21 octobre à l’aube, les ministres de l’Agriculture des 27 sont parvenus à un accord sur la prochaine PAC qui ouvre la…

Publicité