Aller au contenu principal

Abattoir de proximité, les besoins s’affinent

Face à la disparition progressive des outils, la relance du projet d’abattoir de proximité prend forme dans le Morbihan. Nécessaire pour concrétiser les ambitions de relocalisation de la consommation des productions locales, sa pertinence rassemble. Reste à affiner son dimensionnement face à l’expression de besoins. Sept réunions à venir vont le permettre.

Pour présenter les réunions à venir, les membres du comité de pilotage se mobilisent.
Pour présenter les réunions à venir, les membres du comité de pilotage se mobilisent.
© Terra

"Les besoins sont là et le contexte est favorable avec les États généraux de l’alimentation, le projet Breizh'Alim sur lequel nous travaillons avec la région et la préfecture de région, les projets alimentaires territoriaux qui se développent... Tout cela tend à développer la consommation de produits locaux", décrit Laurent Kerlir, président de la chambre d’agriculture du Morbihan. Un cadre qui renforce toute la pertinence du projet d’abattoir de proximité du Morbihan, né il y a 10 ans. À l’époque, l’abattoir communal de Malestroit venait de disparaître, suivi par celui des établissements Gallais à Pontivy racheté par le groupe Bigard et fermé dans la foulée en 2014. Seul subsiste désormais l’outil de Vannes, unique et vieillissant. "Les producteurs en vente directe ont de vraies difficultés pour faire abattre leurs porcs par exemple", justifie Jean-Louis Le Normand, membre du comité de pilotage agricole du projet. Les abattoirs industriels dédiés rechignent en effet à le faire. "Il nous manque l’outil pour répondre à tous ces besoins qui sont en train d’être mis en cohérence", constatent une nouvelle fois les membres du comité, réunis mercredi dernier à Pontivy.

Vents portants, la chambre d’agriculture a donc relancé le projet de construction d’un abattoir de proximité, multi-espèces, avec atelier de découpe qui répond aux attentes des éleveurs morbihannais. Un comité de pilotage avec 17 éleveurs, reflet de la diversité des productions animales, des valorisations et des réseaux, a été mis sur pied sous la houlette de Gaëtan Le Seyec. La mobilisation de moyens financiers du Ctef (contrat territorial emploi formation) Loudéac-Pontivy, "dont l’objectif est de renforcer les emplois et l’économie du territoire", précise-t-il, conforte le projet qui recevrait la quote-part de près de 100 000 € de fonds déjà constitué par la profession agricole. Un projet évalué à quatre millions d’euros, poussé par des vents portant qui aujourd’hui fédère le soutien des services de l’État, de la région, des collectivités locales et des bouchers…

L’endroit est trouvé : "Saint-Jean-Brévelay qui dispose d’une station d’épuration en capacité de traiter ces effluents". Cerise sur le gâteau, l’activité générerait la création de 10 à 15 emplois pour faire face à un volume annuel estimé à 1 000 t. "C’est à préciser, il faut que l’on ait de la souplesse. L’abattoir doit être évolutif avec un agrément sanitaire européen pour répondre aux besoins y compris des collectivités, permettant le traitement de viande sous labels de qualité, y compris bio", détaille Gaëtan Le Seyec soulignant l’approche interprofessionnelle. "Les bouchers pourront aussi venir y travailler, cela valorise tout leur travail sur la découpe". Une SCIC (société coopérative d’intérêts collectifs) devrait en permettre le portage.

Affiner les besoins

"Dans le contexte laitier que nous subissons, élever quelques animaux en race à viande, pour des ventes en caissettes afin de répondre à des consommateurs qui recherchent des produits de qualité et de proximité, peut être une opportunité. C’est l’outil pour s’en saisir", appuie Laurent Kerlir. Pour affiner son dimensionnement mais aussi recueillir "les attentes et remarques de chacun", propose le comité de pilotage, le projet et son état d’avancement seront présentés à l’occasion de sept réunions dans le Morbihan dès le 4 décembre prochain.

Prenez date

- Lundi 4 décembre 2017 à 20h30 à Pontivy, antenne chambre d’agriculture, 56, rue de la Fontaine,

- Mercredi 6 décembre 2017 à 20h30 à Berné, salle polyvalente,

- Jeudi 7 décembre 2017 à 20h30 à Saint-Jean-Brévelay, salle de la Claie, bâtiment de la médiathèque,

- Lundi 11 décembre 2017 à 20h30 à Kervignac, antenne chambre d’agriculture, ZA du Braigno,

- Mercredi 13 décembre 2017 à 20h30 à Ploërmel, Cométias, antenne chambre d’agriculture,
PA de Ronsouze,

- Jeudi 14 décembre 2017 à 20h30 à Vannes, chambre d’agriculture, salle des sessions,
avenue Borgnis Desbordes

- Mardi 19 décembre 2017 à 20h30 àBerric, salle culturelle Le Verger.

CONTACT : pour plus de renseignements, contacter Christophe Tachez, animateur du projet, au 02 97 28 31 31.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Quand agriculteur et apiculteur travaillent de concert
Voilà 4 ans déjà que Frédéric Mésangroas, producteur de porcs à Plouigneau (29), accueille les ruches de Daniel Le Louët. Au fil…
Le retour très controversé des protéines animales transformées
Le 14 avril dernier le Standing Committee on Plants, Animals, Food and Feed (Scopaff - en français Comité permanent des végétaux…
Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
Choucas des tours : que faire pour limiter les dégâts à l’agriculture ?
Cette année encore, les dégâts de choucas des tours sur les semis de maïs sont nombreux. Et les agriculteurs des environs de…
Publicité