Aller au contenu principal

Accord européen pour débloquer les fonds de relance dès 2021

Une première tranche de 30 % des huit milliards d’euros prévus par le plan de relance de l’économie européenne post-Covid-19 pour le secteur agricole pourra être débloquée dès 2021. Les négociateurs des États membres et du Parlement européen se sont mis d’accord sur ce dossier le 10 novembre.

Au moins 37 % de ces nouveaux fonds devront concerner des actions liées à l’environnement et au climat (mesures agro-environnementales, production biologique, bien-être animal).

Le Parlement européen et le Conseil sont parvenus le 10 novembre à un accord sur le volet agricole du plan de relance post-Covid-19 de l’UE qui prévoit une répartition des quelque huit milliards d'euros à disposition du secteur à hauteur de 30  % en 2021 et de 70 % en 2022 (soit 2,387 milliards d’euros en 2021 et 5,683 milliards en 2022, en prix courants).
La Commission européenne avait initialement proposé de débloquer ces fonds pour le développement rural entre 2022 et 2024.
Mais le Parlement européen comme le Conseil ont souhaité qu’ils soient disponibles le plus rapidement possible. Leur accord qui doit encore être formellement approuvé va s’intégrer dans le règlement sur les mesures transitoires pour la PAC qui entrera en vigueur le 1er janvier 2021.
Parmi les contraintes prévues : au moins 37 % de ces nouveaux fonds devront concerner des actions liées à l’environnement et au climat (mesures agro-environnementales, production biologique, bien-être animal), y compris les ICHN (aides aux zones à handicap naturel) et au minimum 55 % devront être réservés à des mesures d’investissement dans l’agriculture et les territoires, à des aides au démarrage pour les jeunes agriculteurs et les PME rurales ainsi qu’à des activités de coopération pour "une relance résistante, durable et numérique". Les ressources restantes seront mises à la disposition des États membres pour financer d’autres mesures éligibles au titre du développement rural.

 

Cofinancement plus important

Le taux de cofinancement pourra aller jusqu’à 100 % pour les mesures au titre du plan de relance, pour permettre aux pays qui ont des difficultés en matière de liquidités de ne pas fournir de contribution nationale. Le pourcentage de cofinancement par le budget communautaire des investissements est porté de 40 à 75 %. De plus, le plafond de l’aide à la création d’entreprise pour les jeunes agriculteurs passe de 70 000 à 100 000 euros, selon le compromis prévu. Enfin, jusqu’à 4 % des fonds pourront être utilisés par les États membres au titre de l’assistance technique.
Avec cet accord, les mesures de transition pour la Pac en 2021 et 2022 sont désormais pleinement opérationnelles. Les négociateurs du Parlement européen et du Conseil vont désormais pouvoir se concentrer sur la prochaine PAC. Une première réunion en trilogue s’est tenue le 10 novembre. La prochaine, qui portera sur les plans stratégiques, est fixée au 19 novembre.

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"La délégation de travail accompagne les mutations agricoles"
Élodie Gapihan travaille au Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine. Elle est la seule chargée d'affaires en France, à suivre…
ETA Guillon-Barbot : l'innovation pour modèle économique
Depuis 1977, l'ETA Guillon-Barbot à Vitré (35) fait de l'innovation sa marque de fabrique avec une philosophie qui se veut simple…
OP et AOP seront au cœur de la PAC de 2023
Les organisations de producteurs, Op et les associations entre elles AOP, seront au cœur de la future PAC. Elles pourront…
"L'épandage sans tonne, c'est l'avenir !"
L'ETA Guégan à Saint Onen La Chapelle (35) a inauguré cette année son "épandeur sans tonne avec rampe à patins". Une première…
Le projet Egalim II du député Besson Moreau est sur la table
Le député LREM de l’Aube Grégory Besson-Moreau a enfin divulgué sa proposition de loi sur les relations commerciales dans le…
L’observatoire du coût de revient : "faire œuvre utile"
Apporter sa pierre à l’édifice pour la prise en compte du coût de revient des adhérents dans la construction du prix du lait, c’…
Publicité