Aller au contenu principal

Ad nauseam ! Les EGA devaient restaurer des ponts. Ils ont érigé des murs !

Marcel Denieul, président de la chambre d'agriculture d'Ille-et-Vilaine.
Marcel Denieul, président de la chambre d'agriculture d'Ille-et-Vilaine.
© Terra

Qui, en dehors des agriculteurs, se souvient, moins d’un an après leur lancement, que les États généraux de l’alimentation avaient pour premier objectif de restaurer le revenu des agriculteurs en redonnant de la valeur aux produits agricoles ?

Au mois de mai les agriculteurs ne font pas le pont, ils sont sur le pont, surchargés de travail : préparation des sols, semis, récolte et espoir de récolte à l’été ou à l’automne. Au moins n’ont-ils pas eu le temps de regarder la violence des débats parlementaires les concernant, retransmis dans les médias, réseaux sociaux et chaînes d’information en continu.

Je rencontre quotidiennement des agriculteurs, blessés, tétanisés, sidérés par la violence de certains propos ou images. Je reste marqué par plusieurs discussions avec des collègues au salon de l’herbe. Alors qu’ils sont au quotidien en recherche d’alternatives pour faire évoluer leurs systèmes, gagner en autonomie, répondre à des cahiers des charges, c’est une image déqualifiante, pour ne pas dire humiliante qui leur est renvoyée insidieusement et régulièrement. Une image binaire et réductrice qui se résumerait en deux mots : glyphosate et batterie !

Quel rendez-vous raté ! Ces mêmes agriculteurs, nous les avons rencontrés cet hiver. Ils ne cachaient pas leur scepticisme sur les États généraux, mais il était aussi frappant que la question des transitions et transformations en cours les intéressaient, dès lors qu’elles se fondaient sur une meilleure reconnaissance de la valeur de leur travail et de leurs efforts dans la valeur du produit alimentaire. Les séances d’amendements parlementaires, à grand renfort d’amplification médiatique, nous ont abreuvés de glyphosate et poules en cage jusqu’à l'excès, ont tué l’idée d’une transition à double A : alimentaire donc agricole, agricole donc alimentaire.

"En même temps" peut être une vision intéressante de faire de la politique, en reconnaissant la complexité, la valorisation de chaque avancée, même progressive, les aléas et le temps long dans les métiers du vivant. Mais cela nécessite de privilégier les acteurs de la transition dans leurs compétences plutôt que l’arrogance de ceux qui savent, et qui parlent dans le poste !

Ce n’est pas de Paris que les transitions s’imposeront. L’agriculture et l’alimentaire ont des destins soudés dans les territoires, des biens communs créateurs de richesses, autour de l’emploi, de l’énergie renouvelable, d’une restauration hors domicile plus régionale et mieux connue des consommateurs dans sa diversité. Refusons de nous laisser intoxiquer jusqu’à la nausée par trois ou quatre mots ou images pour nous faire plier l’échine. L’alimentation des Français n’a jamais été aussi sûre et aussi bon marché. Grâce à Sophie Marceau et Brigitte Bardot ?... ou grâce aux agricultrices et agriculteurs ?

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
Les agriculteurs sous la loupe de l'Insee
Les chiffres agricoles de l'Insee confirment les impressions du terrain mais alertent sur la baisse du nombre d'agricultrices. En…
Publicité