Aller au contenu principal

Emploi en agriculture
AEF et Pôle emploi travaillent de concert

L'AEF, l'association emploi formation, et Pôle emploi viennent de signer une nouvelle convention, afin de faciliter l'emploi en agriculture.

Maryvonne Le Liboux, directrice territoriale de Pôle emploi, et Philippe Martail, président de l'AEF, l'association emploi formation.
Maryvonne Le Liboux, directrice territoriale de Pôle emploi, et Philippe Martail, président de l'AEF, l'association emploi formation.
© Chantal Pape

"L'an passé, dans le Finistère, nous avons recensé 3 500 offres d'emploi en agriculture, explique Maryvonne Le Liboux, directrice territoriale de Pôle emploi. Et, dans nos fichiers, nous avions 3 500 demandeurs d'emploi inscrits dans ces métiers". Mais les choses sont loin d'être aussi simples, car il n'y a que rarement adéquation entre offre et demande, en terme de productions, niveau de compétences, localisation géographique...

 

Rapprocher employeurs et candidats

 

Créée il y a 21 ans par la FDSEA et la CFDT, l'AEF, l'association emploi formation s'était fixée pour objectifs de rapprocher employeurs et candidats, le monde agricole faisant déjà le constat d'une pénurie de main d'oeuvre. "A l'époque, l'ANPE était peu impliquée dans l'agriculture", rappelle Gilles Burel, animateur de l'AEF. Depuis, la situation a bien changé, en témoignent les conventions signées régulièrement entre les deux organismes, l'ANPE étant, depuis, devenue Pôle emploi, suite à la fusion avec les Assedic.

"Nous jouons la complémentarité". Si l'AEF a une meilleure connaissance des employeurs, Pôle emploi est son relais auprès des demandeurs d'emploi. "Nous essayons de faire venir à l'agriculture des publics qui n'y auraient pas spontanément pensé". Ainsi, sur les 6-7 dernières années, plus de 150 demandeurs d'emploi ont été formés aux métiers de l'élevage, la plupart étant non originaires du milieu agricole.

 

Anticiper

 

La convention qui lie AEF et Pôle emploi permet aussi d'anticiper les besoins de la profession, en ajustant les formations à l'évolution des métiers de l'agriculture. Ainsi, à la demande de producteurs de porcs, une formation à la maintenance va être expérimentée. "Elle permettra à des personnes ayant acquis des compétences dans d'autres secteurs d'activité de trouver un poste en agriculture", relate Philippe Martail, président de l'AEF.

"Pour les employeurs, nous sommes aussi un relais d'information sur les mesures en faveur de l'emploi", rajoute Maryvonne Le Liboux, citant, par exemple, le sommet de crise du 18 janvier dernier, qui devrait déboucher sur une exonération de charges pour l'embauche de jeunes de moins de 26 ans.

Enfin, la convention va aussi permettre de travailler à changer l'image de l'agriculture. "Dans le département, c'est un secteur qui fournit un emploi à plus de 24 500 personnes chaque année, rappelle l'AEF. Ce qui représente une entreprise de 8 590 salariés équivalent temps plein".

 

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
Les agriculteurs sous la loupe de l'Insee
Les chiffres agricoles de l'Insee confirment les impressions du terrain mais alertent sur la baisse du nombre d'agricultrices. En…
Publicité