Aller au contenu principal

AEP : la Région passe à la vitesse supérieure

C'était il y a pratiquement un an. Le conseil régional de Bretagne lançait son appel à projets pour une agriculture écologiquement performante (AEP). En juin dernier, 16 dossiers lauréats étaient retenus par la Région sur les 42 dossiers déposés. Michel Morin, vice-président du conseil régional en charge de l'agriculture et de l'agroalimentaire, organisait une journée d'échanges autour de ces projets vendredi 7 novembre.

Henri-Jean Dolaine explique au vice-président du conseil régional et au comité AEP, les modalités du projet qu'il porte avec une quinzaine d'autres agriculteurs.
Henri-Jean Dolaine explique au vice-président du conseil régional et au comité AEP, les modalités du projet qu'il porte avec une quinzaine d'autres agriculteurs.
© Terra

Agriculture écologiquement intensive (AEI) pour les uns, agriculture écologiquement performante (AEP) pour les autres, quel que soit le nom donné à cette orientation de l'agriculture, l'objectif est bien d'imaginer des systèmes de production à la fois compétitifs et durables. C'est cette idée directrice qui a conduit le conseil régional à lancer un appel à projets en décembre 2013 auprès des agriculteurs bretons. L'idée ? "Il s'agit d'inciter des collectifs d'agriculteurs à s'engager dans des démarches d'innovation et d'expérimentation, les soutenir, puis s'appuyer sur eux pour orienter l'agriculture bretonne dans un changement durable", explique Michel Morin lors de la visite de terrain organisée le 7 novembre à Romagné (35). Amélioration de la fertilité des sols, démédication dans les élevages, autonomie protéique pour la filière laitière, réduction de la consommation de fuel, optimisation des pratiques agronomiques... Autant d'exemples des thématiques abordées parmi les 16 projets retenus par le conseil régional. Un comité régional AEP a été mis en place. Il regroupe des chercheurs, des représentants des chambres d'agriculture, des agriculteurs pratiquant de l'AEP... "Ce comité est chargé d'évaluer les dossiers et de diffuser les résultats obtenus auprès du plus grand nombre de professionnels", ajoute Michel Morin. C'était d'ailleurs l'objectif de la journée du 7 novembre qui a vu les porteurs de projets présenter leurs méthodes, leurs objectifs, les actions déployées et les différents interlocuteurs et partenaires impliqués. Les 16 projets retenus sont portés au total par plus de 200 agriculteurs. La Région encourage ces initiatives en apportant un appui financier qui doit permettre de cou- vrir la "prise de risque". L'aide varie de 64 000 à 108 000 euros suivant les projets, pour un montant total de 1,14 million d'euros.

 


2e appel à projets AEP

Devant le succès rencontré par le premier appel à projet, la Région a décidé de renouveler l'expérience. Les groupes d'agriculteurs qui souhaitent bénéficier d'un soutien régional pour expérimenter des systèmes de production à la fois compétitifs et durables ont jusqu'au 31 mars 2015 pour constituer leur dossier. Volontairement laissés très ouverts quant aux sujets abordés, les projets doivent contribuer à une réelle durabilité des systèmes de production via la mise en œuvre de pratiques agroécologiques. Ils devront se baser sur une problématique de territoire, une approche sys- témique. les candidats sont invités à prendre contact avec le service agriculture de la Région qui pourra les aider à la constitution de leur dossier ou proposer des rendez-vous. Détail des modalités et formulaires de candidature sur www.bretagne.fr

 


Gagner en autonomie protéique en système laitier

Henri-Jean Dolaine est producteur de lait à Romagné.

Le 7 novembre c'est sur son exploitation que le viceprésident du conseil régional Michel Morin est venu avec le comité de suivi AEP. Une manière pour le comité de mieux cerner un projet qu'il avait validé "sur papier". Au sein d'un collectif d'une quinzaine d'agriculteurs, ce projet a pour objectif de gagner en autonomie protéique sur les exploitations du groupe, tout en améliorant ses résultats technico-économiques, le travail en élevage laitier et son impact sur l'environnement. Ainsi Henri-Jean Dolaine a implanté 10 ha de méteil à l'automne de l'année dernière sur les 48 ha de sa SAU et il commence donc à en donner dans les rations. L'aide du conseil régional est importante car elle permet au groupe d'agriculteurs engagés sur ce projet de réaliser les nombreuses analyses, notamment pour définir les rations de fourrages. A noter que ce projet regroupe une quinzaine d'agriculteurs situés sur la partie amont du bassin versant du Haut Couesnon, qu'il est porté par la commission profes- sionnelle agricole de ce même bassin versant et animé par la chambre d'agriculture d'Ille-et-Vilaine.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité