Aller au contenu principal

Aveltis
Agir pour défendre le prix payé aux éleveurs

Mardi dernier, Aveltis a réuni adhérents et partenaires à Carhaix (29) pour rendre un dernier hommage à son président fondateur, Fortuné Le Calvé, disparu en juin dernier. L'occasion aussi de présenter la stratégie du groupement, notamment en matière de gestion du marché.

Bizien : De gauche à droite : Philippe Bizien, président d'Aveltis, et Bernard Chrétien, vice-président.
Bizien : De gauche à droite : Philippe Bizien, président d'Aveltis, et Bernard Chrétien, vice-président.
© Terra

"Nous n'avons pas eu le temps de te dire merci". Président fondateur d'Aveltis, Fortuné Le Calvé est décédé peu avant l'assemblée générale de juin. Sous le choc, le groupement avait alors décidé d'annuler la réunion. Et, mardi dernier, c'est Philippe Bizien, le nouveau président, qui s'est chargé de rendre un vibrant hommage à son prédécesseur. "Tu as toujours voulu que demain soit meilleur qu'aujourd'hui". Et de le remercier pour tout le travail effectué au service du groupement et, plus largement, de la profession agricole.

 

L'export pour soutenir les prix

 

"Nous ne serons pas les boucs émissaires servant à masquer les erreurs du passé de certains". La réunion a aussi été l'occasion, pour le groupement, de remettre les points sur les i. "L'export en vif n'est pas la cause des difficultés des abattoirs en général et de Gad en particulier, affirme Philippe Bizien, chiffres à l'appui. Ca représente moins de 1% de la production". Et le président de rappeler la philosophie du groupement en matière de gestion du marché. "Notre objectif est de défendre au mieux le prix payé à l'éleveur". Pour cela, il mise d'abord sur la confrontation de l'offre et de la demande au Marché du porc breton, dont il est le premier apporteur. Puis, en cas d'invendus, il vend en direct en ou hors zone Uniporc, avant l'export en vif. Une stratégie qui permet de soutenir le prix du marché au cadran "et qui profite à tous les producteurs de porcs français".

 

Un cours à 2 €

 

Mais la production est en crise depuis 6 ans maintenant. "Sur ces 12 derniers mois, le prix de revient durable, qui intègre rémunération de l'éleveur, rénovation des bâtiments..., se situe à 1,88 €/kg, pour un prix payé de 1,64 €, calcule Philippe Bizien. Il manque 0,22 €, soit 100 000 € pour un élevage de 200 truies". Et le groupement de plaider pour un prix qui avoisine les 2 €.

Dans cette conjoncture difficile, le groupement fait plus que jamais porter ses efforts sur la technique. "Il nous faut produire plus de kilos de viande au moins cher possible", résume Jacques Mainguy, vice-président d'Aveltis. Pour y parvenir, les éleveurs peuvent aussi compter sur la centrale d'achat, qui négocie matériels et matériaux. Et la construction de plate-formes a permis au groupement de transformer la contrainte du traitement des déjections en opportunité, en valorisant les co-produits.

 

Un peu de pragmatisme

 

"L'immobilisme ronge la production porcine". Réagissant à un témoignage d'éleveur, qui a dû attendre 5 ans que son dossier de restructuration aboutisse, Philippe Bizien lance un appel aux élus. "Il faut une réforme ambitieuse des ZES ! Avec un peu de pragmatisme et sans que cela ne coûte un euro à la collectivité, on pourrait améliorer les conditions de travail, l'environnement...". Des élus plus sensibles, après les séismes Doux, Gad... ? "Ils ont découvert, un peu tard, qu'il fallait produire pour faire tourner les abattoirs. Peut-être aurons-nous désormais un soutien politique un peu plus fort ?" La mise en place de l'écotaxe donnera rapidement l'occasion d'en prendre la mesure. "Encore une décision qui pénalise la compétitivité de nos élevages".

Aveltis en bref

 

- 800 adhérents sur le Grand Ouest,

- 3,1 millions de porcs charcutiers commercialisés,

- 513 millions d'euros de chiffre d'affaires,

- premier apporteur au Marché du porc breton,

- deuxième groupement de producteurs français.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
Les agriculteurs sous la loupe de l'Insee
Les chiffres agricoles de l'Insee confirment les impressions du terrain mais alertent sur la baisse du nombre d'agricultrices. En…
Publicité