Aller au contenu principal

Agriculture régénératrice, un nouveau dispositif sur la région

L’agriculture régénératrice répond à trois principes : réduction/absence de travail du sol, couverture permanente des sols et diversification des espèces cultivées. Elle permet de réduire les consommations d’énergie fossile (carburant et engrais azotés) tout en produisant et laissant au sol de la biomasse favorable à la biodiversité des terres agricoles.

Maïs semé dans le couvert végétal selon les prinicpes de l'agriculture régénératrice.

Dans le cadre d’un programme "carbone", Le conseil régional de Bretagne, le Fonds Carbone Livelihoods (fonds d’investissement à impact), la chambre d’agriculture de Bretagne et l’association Sols d’Armorique unissent leurs forces pour mieux reconnaître et accompagner les agriculteurs dans ce type d’agriculture. Ce projet, a pour objectif d’accompagner 100 agriculteurs dans la transition vers l’agriculture de conservation sur dix ans.
Le dispositif prend la forme d’un contrat entre les agriculteurs volontaires et la Région Bretagne. Il a pour objectif d’accompagner la mise en œuvre de l’agriculture régénératrice dans une optique de restaurer la santé du sol, augmenter la biodiversité et capturer le carbone dans le sol, tout en maintenant les rendements. Les agriculteurs éligibles sont ceux qui mettent déjà en œuvre l’agriculture régénératrice, qui sont en transition vers ce mode de production ainsi que les agriculteurs qui souhaitent s’y engager. La chambre d’agriculture de Bretagne accompagne les agriculteurs dans la mise en œuvre des techniques et la collecte des indicateurs utiles au suivi du contrat et au progrès des agriculteurs dans leurs pratiques.

 

Le contrat

D’une durée de 10 ans (cinq ans de transition puis cinq ans de maintien des pratiques), celui-ci s’articule autour de la mise en place de pratiques ayant trait aux principes de l’agriculture régénératrice. On peut citer la réduction progressive du travail du sol ou la mise en œuvre du semis direct. Aussi, les restitutions des matières organiques au sol via le retour des pailles, les apports d’engrais organiques et la production de biomasse par les couverts. Enfin, une moindre consommation de carburant et d’engrais minéraux azotés.
Le contrat s’applique sur les surfaces engagées, c’est-à-dire toutes les terres arables de l’exploitation, il est étendu aux différents associés dans le cadre d’un Gaec. Les agriculteurs recevront une aide financière directe (co-financée par la Région et Livelihoods) basée sur l’adoption des pratiques d’agriculture régénératrice afin d’accompagner leur transition et reconnaître les services que l’agriculture régénératrice apporte à l’environnement et à la mutation de l’économie régionale.

Le dispositif prend la forme díun contrat entre les agriculteurs volontaires et la Région Bretagne.

L’accompagnement

La Région et le Fonds Carbone Livelihoods co-financent un accompagnement des agriculteurs réalisé par la chambre d’agriculture dès le démarrage du contrat et pour toute sa durée.
Le Fonds Carbone Livelihoods mesurera chaque année le carbone stocké dans le sol grâce aux pratiques d’agriculture régénératrice ainsi que la réduction des émissions carbone grâce à la réduction de la consommation de carburant et à la réduction des engrais chimiques.
L’agriculteur, avec l’appui d’un conseiller, réalise un diagnostic afin de valider la possibilité d’honorer le contrat et établit un plan d’action. Chaque année, un bilan est à réaliser.
Un accompagnement au fil des saisons est prévu sous la forme de petits collectifs locaux et les agriculteurs reçoivent un flash technique spécifique à l’agriculture de conservation. Ils ont également accès à un réseau d’échange dédié et une assistance téléphonique pour répondre aux questions techniques de mise en œuvre de l’agriculture de conservation ou plus généralement sur la conduite des cultures.

 

  
Accélérer le développement de l’agriculture de conservation et répondre aux enjeux actuels

L’agriculture régénératrice s’est développée depuis les années 90 pour connaître un véritable essor dans les années 2000, d’abord par les techniques culturales sans labour puis le semis-direct et la mise en place de couverts végétaux de plus en plus performants.
Les enjeux autour du carbone, de la qualité de l’eau et de l’environnement en général mais aussi économiques et sociétaux forment un regain d’intérêt autour de ces modes de productions.
Afin de répondre aux attentes du terrain, la chambre d’agriculture au-delà de ce cadre contractuel renforce ses moyens pour accompagner tous les agriculteurs le désirant dans cette voie. L’ambition est de réunir au sein d’un réseau performant d’échange d’informations et de pratiques tous les agriculteurs et techniciens mais aussi les acteurs de la recherche appliquée. La fluidité et la dynamique du réseau permettra aux agriculteurs de sécuriser leurs pratiques et leur transition vers l’agriculture régénératrice mais aussi d’orienter la recherche vers des problématiques de terrain.

 

Qu’est-ce que l’agriculture régénératrice ?

L’agriculture régénératrice décrit un ensemble de pratiques agricoles innovantes qui aident à inverser les changements climatiques en reconstituant la matière organique et en restaurant la biodiversité d’un sol dégradé. Il s’agit d’une méthode holistique de gestion des terres qui s’appuie sur le pouvoir de la photosynthèse des plantes afin de réintroduire le CO2 atmosphérique en excès dans le cycle du carbone et ainsi de restaurer la santé du sol, la résilience des cultures et leur contenu élevé en éléments nutritifs.

 

Cahier des charges du contrat (résumé) 

Diversification des cultures : quatre cultures présentes chaque année dans l’assolement.
Couverture permanente des sols (cultures, couverts végétaux ou résidus de cultures).
Limitation du travail du sol par la réduction ou l’absence de labour et la mise en place progressive du semis-direct.
Suivi de formations au sein d’un groupe de développement spécifique "agriculture de conservation".
Engagement dans la réduction des produits phytosanitaires avec respect d’un IFT maximum chaque année.

 

Info : Ce dispositif vous intéresse ? Vous souhaitez en savoir plus sur le cahier des charges et les modalités d’engagement ? 
Marie-Paule Tandé, assistante réseau Cultivons l’agriculture de conservation. Tél. 02 23 48 27 10. 
Vous serez orienté vers un conseiller "Agriculture de conservation" de proximité.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Monotraite : Serge Hochet ne reviendrait pas en arrière
Dans le cadre des rendez-vous techniques bio, des éleveurs de la région témoignent de leur expérience. À l’EARL des Genêts, à…
Bien-être en poulet de chair, l’équation impossible ?
Danger ou opportunité ? La question du bien-être est au coeur des préoccupations de la filière avicole. Quelles évolutions et…
Christiane Lambert
"Les citoyens passent des commandes et les consommateurs ne sont pas au rendez-vous"
La présidente de la FNSEA était la semaine passée au Space. Alors que cette semaine du 21 au 23 septembre avait lieu à Niort dans…
La PAC peut-elle faire de l'UE un leader mondial de la durabilité ?
Pierre Bascou, un des penseurs de la PAC, était mercredi dernier au Space à l'invitation de la Maison de l'Europe. L'occasion…
"Agir en collectif" : le CRP Bretagne rappelle sa priorité
La signature par le ministre de l'Agriculture de la reconnaissance de l'AOP Porc Grand Ouest permet à la filière de franchir une…
"Un demandeur d’emploi sur deux change de branche d’activité"
Pôle emploi Bretagne et l’Anefa (Association nationale emploi formation en agriculture) organisent, aux côtés de leurs…
Publicité