Aller au contenu principal

"Agroalimentaire : il faut lutter contre l'aléatoire"

Lors de son assemblée générale, la coopérative Garun-Paysanne a invité Alain Berger, ancien délégué interministériel aux industries agroalimentaires et à l'agro-industrie. Il revient sur sa vision de l'avenir de la filière animale en Bretagne. Extrait de son discours.

Alain Berger, ancien délégué interministériel aux industries agro-alimentaires et à l'agro-industrie.
Alain Berger, ancien délégué interministériel aux industries agro-alimentaires et à l'agro-industrie.
© terra

"Premièrement, tous les agriculteurs doivent tirer un revenu de leur activité économique : c'est le B.A.BA. Or, aujourd'hui, la part de l'agriculture s'est marginalisée dans la valeur d'un produit fini. Ces derniers étant de plus en plus sophistiqués, avec une multitude d'ingrédients, de transformateurs. Le premier défi est de réintroduire de la valeur agricole dans le produit fini : cela devrait être une obsession. Certains – notamment les GMS - sont responsables de cette situation sous prétexte de donner du pouvoir d'achat aux consommateurs. C'est faux. Cette politique conduit à la fermeture des usines et à la perte du pouvoir d'achat. En effet, le prix des produits payé par les consommateurs doit correspondre au prix réel du marché. Ainsi, la production créera de la richesse qui sera transformée en pouvoir d'achat. Dans ce sens, il faut arrêter la guerre des bas prix – à coup de publicités comparatives- qui est néfaste pour tout le système. La course au prix bas ne dure qu'un temps. Il y aura toujours un Taiwan quelque part. Par ailleurs, pour revenir sur l'actualité et la mobilisation de la Bretagne pour sauver économiquement son territoire, je trouve ça normal et légitime. Cependant, pour sauver un territoire, il faut que chacun se mette d'accord dans une approche coordonnée sur l'ensemble de la filière agroalimentaire. Il serait temps de se préoccuper de ce qui se passe en aval. C'est aussi un état d'esprit.

En outre, je remarque des efforts importants à la valorisation. Prenons l'exemple de la filière porcine qui a su assumer la gestion de la problématique environnementale. Il y a des atouts, des savoir-faire, une réalité objective. En revanche, en volaille on observe le manque d'investissement d'outils adaptés à la demande du marché comme la découpe de volaille. Il faut diversifier sa stratégie afin de gagner sur des marchés porteurs en cas de difficultés sur les autres. Il faut lutter contre l'aléatoire. Les petits coups de pouce doivent être transitoires. Le système économique, c'est vous qui le créez".

 

Propos recueillis par Hélène Bonneau

 

Garun-Paysanne regarde plus loin

Depuis 2009, les coopératives La Paysanne et Coop de Garun ont fusionné. Jean-Luc Cade, président de la nouvelle entité explique que "c'est un bon projet. Passé une période de restructuration, cette fusion nous permet aujourd'hui de regarder plus loin". Et d'ajouter : "l'avenir ne sera pas le présent". Forte de 170 salariés et 1400 adhérents, la coopérative gère 370 000 tonnes d'aliments et collecte 120 000 tonnes de céréales par an.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le Finistère surfe sur le Bien manger
Après avoir lancé son PAT, projet alimentaire de territoire, le Finistère a continué sur sa lancée, en faisant de 2020 l’année du…
Légumes de conserve, gérer la variabilité et le prix juste
Une campagne mitigée avec une tendance aux moindres performances des légumes en conserve et surgelé. La Bretagne n’échappe pas au…
Tout Feu Tout Frais traque additifs, conservateurs, colorants et arômes
À Plabennec (29), voilà 20 ans déjà que Brédial et sa marque Tout Feu Tout Frais traquent sans relâche additifs, conservateurs,…
Une farine pleine de promesses
Produire une farine à base de blé issue d‘une agriculture locale et raisonnée, tout en répondant aux attentes du consommateur,…
Bovins mutilés : comment agir ?
Depuis plusieurs mois, des faits de mutilations de chevaux ont été signalés un peu partout en France et font régulièrement la Une…
Les ministres trouvent un accord sur la future PAC

Le 21 octobre à l’aube, les ministres de l’Agriculture des 27 sont parvenus à un accord sur la prochaine PAC qui ouvre la…

Publicité