Aller au contenu principal

Aides en baisse à la bio, "le coup de massue"

La nouvelle passe mal. La baisse de 25 % des aides au maintien à la bio laisse groggy ses artisans y compris Sébastien Baron, président du GAB 56, dont l'assemblée générale s'est déroulée mercredi dernier.

Sébastien Baron, éleveur laitier à Allaire et président du GAB 56
Sébastien Baron, éleveur laitier à Allaire et président du GAB 56
© claire le clève

 

 

"C'est un coup de massue qui nous tombe dessus à la veille du paiement des aides PAC et dans le contexte du plan ambition de la bio qui prévoit le doublement des surfaces en 2017. On se demande à quoi on joue", déplore Sébastien Baron, éleveur laitier en Gaec à Allaire et président du Gab 56. "Au rythme actuel, on y sera en 2041 s'il n'y a pas plus de moyens". Fin 2013 et en 5 ans, le nombre de fermes bio a avait progressé de 75 % en Bretagne tout comme dans le Morbihan. "La crise laitière a boosté les conversions après 2009. Même si il y a eu tassement, nous étions à 423 fermes fin 2013, 440 en fin d'année dernière. Nous sommes le 1er département breton en terme de surface avec 4,5 % de la SAU départementale", pointe Sophie Milhem, coordinatrice de la structure.

 

L'établissement public foncier sous utilisé

"Avec l'arrêt des quotas, si les laiteries sont les seules à gérer les volumes, ça va être la guerre dans les campagnes", redoute Sébastien Baron pour qui "c'est le moment de passer à la bio, les perspectives sont au vert ". Et si l'enjeu de la transmission reste de taille, (il concernera une exploitation sur 5 dans 5 ans) , avec une difficulté d’accès au foncier, le réseau continue à travailler sur les actions territoriales pour développer l'agriculture biologique. Pour en témoigner, Daniel Cueff, maire de Langouët, vice président du conseil régional et président de l’établissement public foncier de Bretagne, "un dispositif en place et sous utilisé. On peut se porter acquéreur au titre du maintien de l'activité agricole. On peut porter 5 ans en évitant à l'agriculteur d'acheter. Aux maires de saisir l'EPFB", a souligné l'élu.

Claire le Clève

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le Finistère surfe sur le Bien manger
Après avoir lancé son PAT, projet alimentaire de territoire, le Finistère a continué sur sa lancée, en faisant de 2020 l’année du…
Bovins mutilés : comment agir ?
Depuis plusieurs mois, des faits de mutilations de chevaux ont été signalés un peu partout en France et font régulièrement la Une…
Légumes de conserve, gérer la variabilité et le prix juste
Une campagne mitigée avec une tendance aux moindres performances des légumes en conserve et surgelé. La Bretagne n’échappe pas au…
Les ministres trouvent un accord sur la future PAC

Le 21 octobre à l’aube, les ministres de l’Agriculture des 27 sont parvenus à un accord sur la prochaine PAC qui ouvre la…

Une farine pleine de promesses
Produire une farine à base de blé issue d‘une agriculture locale et raisonnée, tout en répondant aux attentes du consommateur,…
Tout Feu Tout Frais traque additifs, conservateurs, colorants et arômes
À Plabennec (29), voilà 20 ans déjà que Brédial et sa marque Tout Feu Tout Frais traquent sans relâche additifs, conservateurs,…
Publicité