Aller au contenu principal

Algues vertes : le CPA de la Lieue de Grève prépare un projet "chiffré"

Le Comité professionnel agricole (CPA) des 5 bassins versants de la Lieue de Grève (170 exploitants agricoles) s'est réuni lundi 9 novembre à Lannion pour finaliser les propositions qui seront présentées à la mission interministérielle autour du 23 novembre dans l'épineux dossier des algues vertes.

Une partie du groupe d'agriculteurs du CPA de la Lieue de Grève, lundi 9 novembre à Lannion.
Une partie du groupe d'agriculteurs du CPA de la Lieue de Grève, lundi 9 novembre à Lannion.
© terranet

Autour de la table, ils sont une petite vingtaine d'agriculteurs du CPA à discuter. "Depuis 10 ans, la participation est bonne", note le président du CPA, Jean Noël Sidaner. Et de poursuivre : "Car notre travail n'a pas démarré hier". C'est en 1997 que le CPA a été créé suite au problème des marées vertes en baie de St Michel en Grève pour permettre aux agriculteurs d'être acteur de la construction des programmes d'actions "bassins versants". Il réunit toutes les orientations professionnelles et syndicales en lien avec les représentants des collectivités. Le résultat de ces démarches volontaires est aujourd'hui palpable puisque l'amélioration des pratiques a permis de réduire de 30 % l'azote minéral et de 20 % l'azote organique. "Nous sommes aujourd'hui à une teneur de 25 mg/litre de nitrate", poursuit Jean Noël Sidaner.
Mais depuis 2007, la réflexion s'est portée plus loin avec l'idée d'un changement de système, basé sur la production d'herbe (voir page suivante). "Sur le bassin versant, 85% des exploitations sont des ateliers bovin. Notre système ne peut être qu'un modèle "St Michel en Grève", non transposable aux bassins versants de la baie de St Brieuc", explique le président du CPA. Sans entrer dans les détails techniques et économiques d'un projet en cours de validation qui sera remis en premier lieu à la mission interministérielle, les agriculteurs peaufinent un système avec pour entrée "l'herbe". "Cela pose beaucoup de problèmes car nos exploitations sont éclatées, il faut prévoir aussi le ramassage, la déshydratation, le stockage de l'herbe sur nos élevages. Sans compter les propositions faites pour les élevages de porcs, de volailles et les céréaliers". Côté agriculteurs, il est clair que la stabilité économique des exploitations ne pourra être remise en cause. D'où une étape importante de chiffrage (non dévoilé) d'un programme inscrit sur 10 ans, qui sera le support d'une demande chiffrée auprès des pouvoirs publics. "Vue la situation économique des agriculteurs, aucun ne peut plus mettre un centime de plus en investissement et revivre ce que l'on vit aujourd'hui. Il faut savoir qu'un tel projet n'a jamais été proposé ailleurs, l'Etat doit prendre la balle au bond", indique Philippe Prigent qui fustige tout excès de réglementation. "Une nouvelle réglementation démobiliserait toute la profession", a-t-il prévenu.
Venu soutenir le travail du CPA, Jean Jacques Poëzévara, président de la FDSEA 22, a appuyé cette remarque :" Il y a une volonté d'avancer ici. Il est important d'encourager les agriculteurs à poursuivre dans ce sens. Je souhaite qu'il y ait une reconnaissance du travail des agriculteurs".

Cette réflexion s'est poursuivie avec un voyage d'études à Vittel, la même semaine, ce qui a permis au CPA de découvrir les pratiques d'agriculteurs dans un contexte tout autre.    

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"La délégation de travail accompagne les mutations agricoles"
Élodie Gapihan travaille au Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine. Elle est la seule chargée d'affaires en France, à suivre…
ETA Guillon-Barbot : l'innovation pour modèle économique
Depuis 1977, l'ETA Guillon-Barbot à Vitré (35) fait de l'innovation sa marque de fabrique avec une philosophie qui se veut simple…
"L'épandage sans tonne, c'est l'avenir !"
L'ETA Guégan à Saint Onen La Chapelle (35) a inauguré cette année son "épandeur sans tonne avec rampe à patins". Une première…
A Moëlan, le projet de reconquête des friches contesté par le SDPPR
A Moëlan sur Mer, la municipalité a commencé à rendre à l'agriculture une partie des 500 ha de friches que compte la commune, via…
L’observatoire du coût de revient : "faire œuvre utile"
Apporter sa pierre à l’édifice pour la prise en compte du coût de revient des adhérents dans la construction du prix du lait, c’…
OP et AOP seront au cœur de la PAC de 2023
Les organisations de producteurs, Op et les associations entre elles AOP, seront au cœur de la future PAC. Elles pourront…
Publicité