Aller au contenu principal

COOP D'INSÉMINATION
Amélis : s’adapter au marché européen

Lors de son AG, mardi à Avranches (50), Amélis a démontré qu'elle mise à fond sur la génomique. Une technique capable d’évaluer les veaux au stade de l’embryon.

Les responsables d'Amélis
Les responsables d'Amélis
© Agriculteur normand

Avec la fusion, fin 2008 des coops Agire, Ceiam et Créhen, Amélis va peser un sacré poids dans l’Ouest français. Logique, c’est la zone française à plus forte densité laitière. "Nous avons la dimension, en termes de métiers, du Danemark", lâche Jean-Luc Guérin. Le slogan, "Créer des vaches faciles à vivre" est plus que jamais d’actualité, puisque le bouillonnant directeur d’Amélis dévoile un à un les défis à relever par la structure. "2008 ? Une année de rupture ! Le monopole de l’IA a pris fin en 2007, la disparition des quotas est programmée et la génomique vient faire d’exceptionnels progrès ces derniers mois". Cette technique va être d’ailleurs la pierre angulaire de toute la sélection bovine, dès aujourd’hui.
"La génomique ? On mesure la valeur génétique de l’animal à travers les cellules au lieu du testage, cela permet d’avancer très vite". Et de citer au passage les Hollandais qui lancent leurs propres semences de taureaux génotypés. Bref chez Amélis, la réflexion va vite, très vite. "Nous allons déployer les moyens mis jusqu’ici dans le testage sur la génomique en travaillant évidemment différemment avec les éleveurs". En fait, c’est toute la sélection qui est remise en cause. Jusqu’ici, avoir 200 taureaux en référence c’était formidable. Demain, la génomique, un nom auquel il faudra s’habituer, permettra d’avoir des profils génétiques "originaux". "Nous allons notamment pouvoir repérer de nouveaux caractères et travailler avec plus d’efficacité sur la variabilité génétique". Quant à la nouvelle relation avec les éleveurs, la génomique est d’ores et déjà intégrée dans les contrats.
Présente sur tous les fronts, la coopérative, non plus normande, mais internationale de par son partenariat avec son homologue américain, CRI, signé en juillet 2007, mise à fond sur les nouvelles technologies. Outre 20 % de Médria (la vache envoie un SMS à l’éleveur par le biais d’une balise lorsqu’elle va vêler), Amélis vient de créer Synalis avec le groupement de vétérinaires "Chêne Vert" pour, dixit Jean-Luc Guérin, "développer de nouvelles idées en matière d’environnement animal".
Côté chiffres, la coop se porte  bien avec près d’un million d’IA. A la clé, un actif net de 40,2 millions d’euros, 31,6 de fonds propres et un résultat consolidé de 2,18. De quoi voir l’avenir avec confiance dans les trois secteurs : bovins, porcs et chevaux.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Des protéines végétales bretonnes pour réduire les importations de soja
Si la Bretagne importe 95 % des protéines végétales dont elle a besoin pour nourrir ses animaux d’élevage, le GIE SVP est bien…
Le Finistère surfe sur le Bien manger
Après avoir lancé son PAT, projet alimentaire de territoire, le Finistère a continué sur sa lancée, en faisant de 2020 l’année du…
Bovins mutilés : comment agir ?
Depuis plusieurs mois, des faits de mutilations de chevaux ont été signalés un peu partout en France et font régulièrement la Une…
Robots d’alimentation, pour quels bénéfices ?
Avec l’agrandissement des structures, les robots d’alimentation se multiplient dans les élevages. Pour quels bénéfices ? Chambres…
"Vivre de ma passion, pas pour ma passion"
À l'occasion du Space la semaine passée, une visite d'exploitation était organisée pour mettre en avant les efforts des…
Carbocage ou combien de carbone stocké dans vos haies ?
La haie bocagère recèle de richesses, y compris fourragères. Elle contribue aussi au piégeage du carbone. Mais de combien ?…
Publicité